UFO SCEPTICISME
Avertissement : UFO SCEPTICISME est un forum indépendant de toute association, groupe, structure, traitant du phénomène ovni.

Son administration se démarque et condamne fermement les activités prosélytes de partisans d'hypothèses exotiques non testables, non vérifiables à propos des PAN.

Avant l'inscription, merci de lire le règlement de l'hébergeur et le règlement particulier du forum. Pour cela, voir la rubrique "A lire avant de s'inscrire ou de poster".

Aucune inscription n'est plus acceptée sans l'adresse mail du fournisseur d'accès internet. Les adresses mail restent totalement confidentielles.

Pour que l'inscription soit pérenne, le nouvel inscrit doit poster au moins un message dans les 8 jours après la validation de celle-ci.

Le forum UFO SCEPTICISME privilégie la participation par rapport au nombre d'inscrits.

UFO SCEPTICISME

UFOLOGIE ET SCEPTICISME


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

UFO SCEPTICISME  » CAS UFOLOGIQUES » Le cas du lac Chauvet vu par Adelmon (par DAR)

Le cas du lac Chauvet vu par Adelmon (par DAR)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

maxbill

avatar
Membre d'honneur
Membre d'honneur
DAR


Alain Delmon (http://adelmon.free.fr/) a ressorti de la naphtaline ce cas photographique remontant à 1952 pour l'élever potentiellement en ""LA" preuve ultime de la réalité des ovnis (le "smoking gun" comme disent les anglo-saxons)". Il pense "avoir montré qu'il ne pouvait s'agir ni d'un canular ni d'une méprise. (…) Il n' y a aucune explication "connue" à cet objet. Il me semble donc qu'il prouve à lui seul que les ovnis existent !". Alain Delmon semble très fier de lui sur ce coup là, s'imaginant triompher des vils sceptiques et apporter sur un plateau "la preuve ultime".

Cet ufologue présente la particularité intéressante de s’auto-debunker assez systématiquement. De fait, il n’y a pratiquemment rien à faire pour réfuter ses assertions, si ce n’est juxtaposer des extraits de ses propres textes.

Il commence par affirmer "dans l'hypothèse d'un canular, le seul objet volant connu qui pourrait expliquer ce cas serait une maquette volante, de type "drone" moderne. Mais ce genre d'aéronefs n'existait évidemment pas en 1952. Même pas en tant que prototype militaire secret.".

Plus loin, il écrit néanmoins que "Julien (Arlandis, un sceptique, NDR) a retrouvé la trace d'un certain Weinstein, qui acquit une courte notoriété en 1952 en construisant et en faisant voler une maquette de soucoupe volante à hélice appelée "la chose", propulsée par un petit moteur thermique d'à peine 5 cc. Ce Weinstein était même un voisin de Frégnale, puisqu'il habitait Vichy. (...) Cette même année 1952 les modèles en forme de soucoupe semblaient être à la mode. Julien Arlandis a en effet trouvé un petit film extrait des actualités Pathé-Gaumont de septembre 52, et montrant une autre soucoupe, celle d'un certain Agostini."

Encore ailleurs, il signale que le témoin "est décrit comme très inventif, très adroit de ses mains. Il bricolait par exemple d'astucieux petits dispositifs pour son institutrice de soeur, afin d'illustrer spectaculairement ses cours de sciences. Il a d'ailleurs enseigné quelques temps dans un lycée de Bagnols sur Cèze ; je me plais à croire que c'était la techno. Son autre talent reconnu était la photographie. Il a commencé sa carrière comme reporter photographe pour un studio de Clermont Ferrand, aujourd'hui disparu. (…) Puis il a quitté ce studio et s'est mis à faire des photographies plus "artistiques", aidé en cela par une troisième passion : les longues balades dans la nature sauvage. (…) Le caractère un peu fantasque, un peu excentrique d'André, transparait encore plus lorsque l'on sait qu'il a écrit et envoyé au ministère de l'éducation nationale un petit livre proposant rien moins qu'une "réforme de l'orthographe"."

Alain Delmon critique pourtant les sceptiques "de mettre en cause la personnalité du témoin présumé, et de chercher a posteriori les ressorts psychologiques qui pourraient justifier le montage d'un canular aussi sophistiqué.
A titre d'illustration, voici un extrait d'un mail que l'une de mes relations, par ailleurs scientifique, m'a adressé après que je l'ai sollicité sur ce dossier :
"Manifestement d'une intelligence au dessus de la moyenne, nourrie par des dons d'observation et une inventivité remarquables, il n'a pas eu la carrière ni le statut social auxquels il pouvait légitimement aspirer. Toutes les conditions me semblent réunies pour imaginer un formidable canular à base de photos, à l'image de celui du monstre du Loch Ness, qu'il avait certainement la capacité de réaliser parfaitement, à une époque où il ne se passait pas de semaine sans que la presse fasse état d'un nouveau témoignage (j'avais 8 ans et ce souvenir m'a marqué). Sa motivation ? comme souvent en pareil cas, le sentiment de supériorité que l'on tire de la mystification de personnes éminentes, du public ou de notables, renforçant sa conviction d'être injustement méconnu par la société. Sil est vrai que les quatre photos sont sur une même bande de négatif, et encadrées par des prises de vue anodines, rien ne dit que ce soit son premier essai, ni que les photos aient été prises dans un court intervalle de temps, dans l'hypothèse d'un canular."
C'est justement pour contourner le caractère totalement subjectif de tels jugements, que je concentre la majeure partie de mes efforts sur des éléments factuels et objectifs. En effet, même si nous tombions tous d'accord un jour pour admettre qu'André Frégnale avait effectivement le profil psychologique favorable pour imaginer et réaliser un tel canular (ce dont je ne suis toujours pas convaincu), cela ne prouverait nullement qu'il l'ai réellement fait, ni même qu'il ait eut simplement l'intention de le faire.
Autrement dit, en prenant une analogie judiciaire, ce n'est pas parce que M. Frégnale avait le "mobile", qu'il avait aussi la "possibilité matérielle" de le faire, ni a fortiori qu'il l'a réellement fait.
Or il me semble justement avoir avancé de nombreux arguments, faits et raisonnements factuels dans ce chapitre ainsi que dans le chapitre II, qui démontrent l'impossibilité matérielle de réaliser ce trucage. Avant d'avancer donc une explication attentant à la probité et à la sincérite d'une personne, il me parait indispensable au préalable de prouver que je me suis trompé dans mes démonstrations."

Voyons donc par exemple la démonstration d'Alain Delmon pour exclure la possibilité d'un canular à l'aide d'un modèle réduit en "vol libre (avec ou sans moteur)". Il l'exclu pour les raisons suivantes : "Une fois en vol, à cette altitude et avec le vent qui soufflait alors, Frégnale risquait de casser son précieux modèle, voire de le perdre en le voyant s'éloigner au loin. Impossible donc de faire plusieurs essais, et gros risque que quelqu'un ne découvre sa soucoupe quelques kms plus loin."

En d'autres endroits de son dossier sur ce cas, il écrit cependant (dans le but de réfuter une autre hypothèse prosaïque) :

1) "Selon les archives de la Météorologie Nationale que j'ai acquises, la vitesse du vent ce jour là (18 juillet 52) dans les deux stations de mesure les plus proches de Chauvet était : "modérée" à Besse à 7h solaires(1050 m), et "faible" à Picherande à 8h légales (1123 m). (...)
Sur ce site (http://segpa.valdugy.free.fr/meteo/instrumesurehtm/laforceduvent.htm) on rappelle les caractéristiques des vents "faibles" à "moyens" :
· A force 2, les petites feuilles s'agitent, la girouette commence à bouger, c'est une "légère brise", de 6 à 11 km/h
· A force 3, les drapeaux se déploient, c'est une "petite brise", de 12 à 19 km/h
· A force 4, la poussière et les feuilles de papier sont soulevées, c'est une "jolie brise", de 20 à 28 km/h
· A force 5, les arbustes en feuilles se balancent et de petites rides se forment à la surface de l'eau sur les lacs et les étangs, c'est une "bonne brise", de 29 à 38 km / h
· A force 6, les grosses branches des arbres sont agitées, les parapluies se retournent, c'est un "vent frais", de 39 à 49 km/h
· A force 7, les arbres sont courbés, la marche est pénible, c'est un "grand frais", de 50 à 61 km / h.
Selon cette autre référence (http://www.meteofrance.com/FR/glossaire/designation/658_curieux_view.jsp), "vent modéré" correspond à "de 12 à 30 km/h".
Donc si l'on en croit ces sources, le vent dans les environs de Chauvet était de moins de 30 km/h au petit matin du 18/07/52. Le vent a-t-il augmenté en fin de journée pour atteindre 60 km/h, ou bien Pierre Guérin s'est-il trompé ? Il sera difficile de vérifier la source de Pierre Guérin, mais en fait peu importe. Le vent était "faible à modéré" ce jour là près du lac Chauvet, suffisant pour expliquer que les feuilles des arbres aient légèrement bougé sur les photos 1 et 2. Mais pas au point de remettre en question les calculs de Laurent Guérin qui se base sur la position de 5 feuilles remarquables pour estimer l'angle χ entre les deux azimuts β1 et β2 .

=> de facto, Alain Delmon opte ici pour un vent non seulement inférieur à 30 km/h mais plutôt compris entre 6 et 11 km/h ("légère brise"), sinon cela remettrait "en question les calculs de Laurent Guérin" dont il se sert ailleurs pour réfuter d'autres explications triviales. La vitesse du vent ne constituait selon toutes probabilités pas un problème ce jour là.

2) "Il n'y avait aucune activité nautique ou de loisir aquatique au lac Chauvet.
Ni en 1952, ni aujourd'hui. Comme le lac Pavin, son voisin, Chauvet est un lac de cratère où ne se pratique aucune activité de loisir de type baignade, planche à voile, et autres "jeux de plage". Le seul loisir possible, outre la promenade autour du lac, est le canotage et la pêche... sauf justement au lac Chauvet, qui est une propriété privée. Pas de chance pour les sceptiques : de tous les lacs du Puy-de-Dôme, le lac Chauvet est justement le moins "touristique"...
Un simple appel à l'office de tourisme du Mont-Dore suffisait à vérifier cela. Sans compter que, en 1952, les loisirs n'étaient pas du tout les mêmes qu'en 2004. Il est illusoire d'imaginer des lacs de montagne avec des plages bondées d'estivants, batifolant au milieu de parasols et de bateaux pneumatiques. On sortait encore de l'occupation, les Français étaient pauvres (le fameux "hiver 54" était encore à venir), il n'y avait encore que deux semaines de congés payés, et aucune structure d'accueil pas chère (le 1er VVF date de 1958)."

=> bref, le secteur avait toutes les chances d’être désert en cette fin d’après-midi. Il n'y avait donc pas de "gros risque que quelqu'un ne découvre sa soucoupe quelques kms plus loin" !

En somme, que reste-t-il des raisons données par Alain Delmon pour exclure une maquette en vol libre (avec ou sans moteur) ? Réponse : rien. (il en existe peut-être d'autres mais celles avancées par l'auteur en tout cas ne valent pas grand chose)

Je ne peux donc que confirmer ce que dit Patrick Gross à propos d’Alain Delmon : "Alain, un sceptique/zet, laisse-moi rire." :mdr99:

maxbill

avatar
Membre d'honneur
Membre d'honneur
NEMROD34

En effet, même si nous tombions tous d'accord un jour pour admettre qu'André Frégnale avait effectivement le profil psychologique favorable pour imaginer et réaliser un tel canular (ce dont je ne suis toujours pas convaincu), cela ne prouverait nullement qu'il l'ai réellement fait, ni même qu'il ait eut simplement l'intention de le faire.

Je suis d’accord.

maxbill

avatar
Membre d'honneur
Membre d'honneur
DAR

Certes mais cela prouve encore moins qu'il ait été le seul témoin d'une soucoupe volante extraterrestre, thèse privilégiée par Alain Delmon !
- - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Les cas intéressants ne sont pas fiables et les cas fiables ne sont pas intéressants (Carl Sagan)

maxbill

avatar
Membre d'honneur
Membre d'honneur
Venom


NEMROD34 a écrit:Je suis d’accord.

C'est le problème du verre vide et du verre plein. En ufologie, c'est très rare les cas où on peut exclure à 100% la possibilité d'un hoax...

maxbill

avatar
Membre d'honneur
Membre d'honneur
DAR


Venom a écrit:C'est le problème du verre vide et du verre plein. En ufologie, c'est très rare les cas où on peut exclure à 100% la possibilité d'un hoax...

Adelmon se fait fort justement dans cette affaire d'avoir pu totalement exclure un canular ou une méprise, ce qui n'est manifestement pas le cas...

maxbill

avatar
Membre d'honneur
Membre d'honneur
Venom


Non, c'est clair, je suis bien d'accord...

maxbill

avatar
Membre d'honneur
Membre d'honneur
marius


Une question SVP. ;-)
Comment être certain des différents calculs à propos de cet objet ? Il faut pourtant connaitre la distance ou la taille non ?
Suis bête hun ? :mrgreen:

maxbill

avatar
Membre d'honneur
Membre d'honneur
DAR


Pierre Guérin aurait calculé une distance (60 m de mémoire) et une taille (1 m) minimales pour l'objet mais je ne sais s'il faut faire confiance a priori à un astronome ne sachant pas reconnaître la Lune (cas de Grisolles de 1974) ! :crazy: De toute façon, avec ces nombres, on ne peut exclure un modèle réduit : on est donc pas plus avancé...

maxbill

avatar
Membre d'honneur
Membre d'honneur
GrossP


> Je ne peux donc que confirmer ce que dit Patrick Gross
> à propos d’Alain Delmon : "Alain, un sceptique/zet, laisse-moi rire."

Et hop, une phrase complètement sortie de son contexte
et utilisée dans un sens qu'elle n'a jamais eue. En effet,
ce n'est absolument pas d'Alain Delmon que je riais,
comme on pourrait le croire ici ou cela sonne comme
une sorte de jugement sur lui.

Pour rappel:

Quelqu'un se plaignait que dans une suite de lien présentée
ici, sur l'incident de Cussac, il n'y aurait eu que des "liens
sceptiques".

Ce n'était pas vrai, il y avait par exemple une page
d'Alain Delmon consacrée à Cussac, laquelle ne
défend nullement l'interprétation socio-psychologique
de cet incident. J'indiquais donc que l'affirmation qu'il
n'y aurait eu que des "liens sceptiques" n'était pas juste.

Patrick Gross

maxbill

avatar
Membre d'honneur
Membre d'honneur
DAR


GrossP a écrit:Et hop, une phrase complètement sortie de son contexte
et utilisée dans un sens qu'elle n'a jamais eue. En effet,
ce n'est absolument pas d'Alain Delmon que je riais,
comme on pourrait le croire ici ou cela sonne comme
une sorte de jugement sur lui.

:mdr99:

maxbill

avatar
Membre d'honneur
Membre d'honneur
NEMROD34


http://www.forum-zetetique.com/forum/forum/viewthread?thread=648

maxbill

avatar
Membre d'honneur
Membre d'honneur
marcassite


N'ayant jamais pris/eu le temps d'approfondir ce dossier, je me risque tout de même à suggérer une idée qui il me semble n'a pas encore été envisagée :

1/ "1m à 60m" admettons cela pour voir. Ce qui équivaut à un objet de 30cm à 20m, 15cm à 10m. Prenons ça comme ordre de grandeur approx.
2/ Vent modéré 12 à 30km/h, capable d'emporter au loin un objet très ou assez léger, surtout sur si l'on est en haut d'une colline.
3/ Forme circulaire de l'objet autour mais intérieur/dessous qui est sombre et de forme non circulaire.
4/ Le personnage était intelligent et original (on se demande quelle est sa profession réelle? Vous savez ?).
5/ Il aime faire des photos esthétiques (voire originales?).

Il prend sa casquette et la lance en l'air. Photo. Il constate qu'elle est emportée par le vent. Il va la ramasser. Revient et relance, plus haut pour qu'elle soit emportée plus loin par le vent. Photo. Ainsi encore 3 fois.
Le trou pour la tête et la petite visière créeraient cette "ombre" de forme intrigante sous l'ovni.

Au final, un physicien calcule que la trajectoire est cohérente avec une trajectoire rectiligne en éloignement (celle du vent ? Connait-on la direction de prise de vue avec certitude ou pas ?).

=> Faudrait faire des essais avec des modèles différents comme une casquette à papa, à visière très courte, années 1920-1930, du type ce celle que portait le syndicaliste Krazuki ?
http://g.lancel.free.fr/pont/pont_cp_0243wbis.jpg
http://www.civilization.ca/hist/biography/images/pitseolak-chro-portraitb.j…
ou
http://nnbonnet.free.fr/casquette_torpedo_1925.jpg
ou ce modèle bien aplati avant d'être lancé
http://www.forum-auto.com/uploads/200603/gv_creations_1142284758_casquette.…
ou un modèle avec le bouton pression fixe la visière à la partie béret , style "golf"

et surtout avoir le même type de vieil appareil photo que le témoin.

maxbill

avatar
Membre d'honneur
Membre d'honneur
marcassite


Encore quelques remarques a propos de ce cas "Lac Chauvet". Il n'y a aucune raison de douter de l'authenticité des photos (pas de trucage/montage) qui montrent un objet réel en l'air. Mais plusieurs choses me semblent suspectes dans les clichés :
1. On devrait voir _plusieurs nuages_ larges, bas sur l’horizon, sur 2 photos. Or ils n’y sont que sur une ! Ce qui permet de douter que ces photos aient été prises à un faible intervalle de temps ou dans la même direction (trajet linéaire vers le lointain).
2. Ici l'objet ne se déplace pas à grande vitesse selon le témoin. Lorsque l’on est surpris par un objet qui apparaît et qu’on le photographie, spontanément on le centre dans le viseur. Or ce n’est le cas sur aucune des 4 photos, ce qui trahirait une forme de « mise en scène » picturale volontaire, réfléchie, de l’objet dans le cadrage. Quand on est surpris on ne réflechit pas comme un photographe esthète (ce qu’était le témoin).
3. Seules 2 photos sur les 4 montrent un élément d’arbuste qui permettrait de construire une trajectoire présumée. Au mieux, donc d'un point A à un point B. Voir une confirmation de la trajectoire rectiligne, sur les 4 vues, telle indiquée par le témoin relève de la spéculation théorique discutable mais pas de l’évidence. D'autant que l'on ignore si (et dans quel sens) le témoin s’est déplacé entre chaque photo.
4. Il est encore plus surprenant que le témoin ait pu percevoir,et pensé à photographier aussitôt, un objet _silencieux_ et situé aussi _haut angulairement au départ_. De plus, un géologue* (mais l’était-il vraiment comme dit dans « La Montagne » ?) _regarde surtout vers le sol_ (j’ai cette manie ayant cette passion des roches et minéraux aussi) lorsqu'il marche dans un tel endroit. Au mieux il regardera vers l'horizon pour étudier le relief. Alors pourquoi avoir regardé au dessus de lui (pas de signal visu ni auditif) ?
5. Il serait intéssant de vérifier si oui ou non, le photographe a suivi l'objet sur les 3 premières photos. Un autre réflexe instinctif courant (lié au réflexe de centrage suscité en 2.) qui tend à rendre net l'objet mouvant et flou le paysage fixe. Donc avoir des certitudes sur le fait qu'il existe ou pas un flou de bougé du photographe sur les feuilles proches (il => un objet net) ou s'il s'agit d'un mouvement de feuilles au vent et d'un ovni avec flou du à son mouvement propre serait un travail à mener auprès d'expertS photo.

Voilà pourquoi, j'ai émis cette idée du lancer de casquette au vent. Un canular simple, non mercantile, juste pour le plaisir de voir les médias et experts sécher dessus ?
N'ayant pas pu encore approfondir ces points et ce dossier, je considére le cas comme toujours inexpliqué.

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum