UFO SCEPTICISME
Avertissement : UFO SCEPTICISME est un forum indépendant de toute association, groupe, structure, traitant du phénomène ovni.

Son administration se démarque et condamne fermement les activités prosélytes de partisans d'hypothèses exotiques non testables, non vérifiables à propos des PAN.

Avant l'inscription, merci de lire le règlement de l'hébergeur et le règlement particulier du forum. Pour cela, voir la rubrique "A lire avant de s'inscrire ou de poster".

Aucune inscription n'est plus acceptée sans l'adresse mail du fournisseur d'accès internet. Les adresses mail restent totalement confidentielles.

Pour que l'inscription soit pérenne, le nouvel inscrit doit poster au moins un message dans les 8 jours après la validation de celle-ci.

Le forum UFO SCEPTICISME privilégie la participation par rapport au nombre d'inscrits.

UFO SCEPTICISME

UFOLOGIE ET SCEPTICISME


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

UFO SCEPTICISME  » MEPRISES » Thorigny - 77 - (sujet de Marius)

Thorigny - 77 - (sujet de Marius)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

Invité


Invité
Marius

Bonjour,Une petite enquête (très ancienne) pour la réflexion. Ou comment les témoins nous décrivent un phénomène en apparence étrange et non reconnu sur l'instant, puis comment l'enquêteur l'interprète.Vient ensuite l'explication....

RETOUR SUR L’AFFAIRE DE THORIGNY (77) ou diffractions en série….

Par Francine et Patrice.

Cet article nécessite un petit retour en arrière. La première partie n’a jamais été publiée jusqu’à présent ! Certainement parce que l’exégèse était trop révélatrice alors ! A contrario, le second phénomène, plus spectaculaire, aura les faveurs d’une honorable publication dans la revue « Lumières dans la Nuit » avec une magistrale « Une » de couverture ! De quoi flatter l’ego d’un jeune enquêteur « ufologique » en quête de preuve ultime ! Nous reprenons ici l’intégralité du dossier d’alors et nous vous le soumettons avec une découverte de bon aloi confirmant (si cela avait été nécessaire) l’origine dudit phénomène….

Notre première visite remonte au 03 janvier 1976. Ce jour ne sera guère favorable pour l’observation du 20 décembre 1975 dont la presse locale rapporte la narration.(1) Quatre autres visites des lieux et des témoins seront nécessaires pour obtenir le rapport qui suit.
Lors de cette première visite nous avons sollicité le commissariat de Lagny qui nous apprit une autre observation, datant d’une semaine plus tard, soit le 26 décembre !
Le 06 janvier, nouvelle approche du témoin principal. Cette dernière, professeur dans une classe de 5éme (Mme Perdrillat) au CES de Thorigny, me déclare alors : « D’abord les journaux en ont trop rajouté. Puis les élèves (19 en tout) étaient surchauffés par les vacances. De toute façon il s’agit, sans aucun doute, d’un phénomène météorologique, puisque cela disparut très vite. Voilà ce que j’ai à vous dire.
Au revoir Monsieur. »
Nous apprendrons que la Directrice (qui n’avait pas l’air très heureuse de ma visite) était présente ! De surcroît, un coup de fil au Conseil d’Administration de Melun, afin d’y conter ma venue aurait conduit à une interdiction d’entrée dudit collège. Mme Perdrillat fut également conviée à raconter son observation à ce même conseil, ce qui pourrait expliquer les paroles guères encourageantes du professeur…
Qu’à cela ne tienne ! Le 24, troisième visite. Second passage à la gendarmerie et au commissariat de Lagny. Toujours aucune déclaration de notre témoin principal de déposée. Or, ce fait particulier avait été convenu avant mon passage au collège. L’inspecteur avec qui j’ai longuement discuté, et qui recueillit les paroles du témoin, m’affirma que nous pouvions la considérer comme sérieuse.
Nous décidâmes alors de forcer les choses. Méprise ou non, cela valait le coup ! Nous distribuâmes des cartes de visites à la sortie du CES (l’accès étant interdit mais pas l’extérieur…) aux élèves susceptibles de connaître un ou plusieurs témoins. En début d’après midi, la chance (enfin !) sourit. Nous avions décidé d’aller « croquer un bout » dans un bar face au CES. En ayant parlé à la serveuse (ne sait-on jamais !) cette charmante créature nous présente alors deux jeunes hommes d’une classe de 3éme D. Eux aussi auraient assisté au phénomène…
Par eux, nous apprendrons également qu’il y aurait bien eu 19 élèves de la classe de 5éme, mais aussi quatre autres dans leur propre classe ainsi que d’autres encore présents dans la cour de l’école. Certains professeurs ont observé aussi, ce que nous confirmera un autre éducateur du collège.
Pendant ce temps, nos cartes de visites voyagent…Le 24 et le 25 janvier suivant, appels téléphoniques chez votre serviteur. Nous notons et prenons rendez-vous…
D’une simple affaire caractéristique, nous en obtenons deux biens distinctes ! C’est ce que je vous propose de découvrir dans ce dossier particulier…

Un 20 décembre 1975 à 08 :45…

Revenons à ce professeur que nous avons rencontré par hasard : il nous confirma un état d’excitation intense chez les élèves consécutif à l’observation du phénomène. Pour lui, il s’agissait de quelque chose de vraiment bizarre n’ayant aucun rapport avec une aberration météorologique. Mme Perdrillat aurait reçu le matin du 06 janvier (seconde visite pour nous et rencontre avec elle) un coup de téléphone de la télévision française (laquelle ?) pour lui demander un rendez-vous, ce qu’elle déclina…
Les faits eurent lieu à Thorigny (Seine et Marne), faubourg de Lagny. A quatre ou cinq kilomètres se trouve la ville de Montévrain et à deux kilomètres Dampmart.

Le temps était couvert ce jour du 20 décembre 1975, et brumeux. Le soleil se levait à 08:42 et l’observation aura lieu à 08:45…

Les premiers témoins (19 élèves et Mme Perdrillat) purent observer, ce matin là, un étrange phénomène au-dessus de Dampmart (à l’est donc). Ils s’exclamèrent et constatèrent la présence d’ une masse ovoïde de couleur rouge orangée et entourée d’une brume bleu-vert. D’après le professeur, cet événement ne dura pas très longtemps. Les journaux mentionnent une durée pouvant atteindre les cinq minutes.
Le commissariat, sur main courante, implique une notion de temps oscillant entre 7 et 8 minutes, ce qui paraît fort long pour une observation brève. (Croquis en A)



L’objet était stationnaire au-dessus d’un groupe d’arbres et à une hauteur d’environ sept mètres. Puis, l’ensemble s’éleva à une vitesse stupéfiante, en moins de quinze secondes…
Jean-Luc et Patrick Tescher, élèves du CES de Thorigny suivaient leur cour depuis peu lorsque l’un d’eux remarque que deux de ses camarades (Fabienne et Elisabeth) semblent fort intriguées par quelque chose se situant au dehors. Il appelle son frère et tous deux regardent à leur tour.
Ils virent une masse orangée stable au-dessus de Dampmart là ou aurait dû se situer le soleil. La grosseur de cette « chose » semblait identique à l’astre du jour, mais sa forme restait dans le vague. Une sorte de nuage de brume entourait l’objet. Ils notèrent une forme approximative rectangulaire pour l’un et ovoïde pour l’autre. Le ciel était bouché par un plafond nuageux assez dense. (Croquis en B)



Aucun des témoins n’a vu l’apparition du phénomène et ils ne le verront pas non plus disparaître. L’observation se prolongera durant moins d’une minute et pendant ce laps de temps, ils ne remarquèrent rien d’autre qu’une masse orangée.
Un autre témoin nous déclara à peu de chose près la même chose, mais put en revanche assister à la disparition du phénomène. Il se trouvait dans la classe des 19 autres témoins et put apercevoir une masse ovoïde de teinte rouge orangée qu’une brume entourait. Cette dernière était bleu vert, ce qui l’intrigua passablement. Au bout d’une minute environ, la masse s’éleva, d’abord lentement, puis de plus en plus vite, en direction du ciel jusqu’à disparaître complètement. A sa place le soleil apparut alors. Il nous réalisa un croquis que nous incluons ci-dessous.



Cette affaire nous fait penser irrésistiblement au lever de soleil. Il est 08h42, ce dernier daigne sortir de l’ombre crépusculaire. Une brume épaisse règne en maître sur la région et le plafond nuageux est chargé. Aucun vent !
Dans ces conditions, les témoins observent alors sa luminosité derrière une bande éparse de brume, et notre astre prend un aspect ovoïde. Il est 08h45. La brume l’entourant accentue une luminosité parasitaire tout autour, d’un bleu-vert (sûrement plus proche du verdâtre d’ailleurs). Continuant sa course vers le ciel, passant au-dessus de la brume, la vision enregistrée par les témoins prend un tout autre aspect. Il leur semble voir « l’objet » s’élever d’abord lentement (puisque dépassant la brume matinale) puis l’illusion s’estompe alors rapidement sous la forme d’une fuite du phénomène. L’astre réchauffant apparaît « pour de vrai » !
Ce phénomène est donc bien une diffraction du soleil levant sur un voile de brume ! L’hypothèse première est bien la bonne, puisque La perception sera vue à l’Est. Rien de bien mystérieux ici, mais en revanche un témoignage de plus à mettre à l’actif des méprises.
Nous noterons au passage pas mal de similitudes avec un phénomène observé le 02 novembre 1972 à Doucier (Jura) qui pourrait bien s’expliquer d’une manière identique… (Voir LDLN n°125 d’avril 1973- enquête de M.Tyrode).
Un note amusante existe (2) sous forme d’un courrier publié à cette époque par la revue « Nostra » où son auteur explicite l’affaire sus-citée par une explosion d’un bolide….De quoi rêver….

Suite prochain message

Invité


Invité
Marius

Un certain 26 décembre 1975 à 08h55…(3)

Cette affaire fut portée à notre connaissance par les policiers de Lagny. Les journaux n’en parlèrent pas ! Nous avons rencontré le témoin, un homme fort sympathique et surpris de nous voir arriver.
Il s’agit de M Farion Louis. Il nous raconte avoir assisté à un phénomène aussi étrange que celui rapporté par les journaux de la semaine précédente. Notre témoin habite une résidence se situant juste derrière le CES de Thorigny et en axe direct avec la présence du phénomène décrit ci-dessus. Est donc !
Il est 08h55 lorsque M.Farion ouvre sa fenêtre pour secouer des chiffons. Soudainement il aperçoit à sa grande stupeur, un étrange objet s’allumant d’un seul coup. Sa forme lui rappela celle d’un vaisseau, mais sans mât.
Pour mieux dire, il précisera que le phénomène ressemblait à la coque d’un bateau, légèrement arrondi et possédant des striures montant jusqu’à sa moitié (voir son propre croquis). Plat au-dessus, il avait une masse imposante ! D’après notre témoin, l’objet couvrait la moitié du paysage ( ?)…
Il nota également une teinte orangée, mais incandescente, soit très lumineuse. Sa femme, témoin à son tour, nous déclara :
« Moi, ça m’est apparu d’un coup ! Comme ça et alors il a sautillé légèrement de droite vers la gauche et là, il s’est stabilisé … »
L’objet, selon notre témoin, donnait donc une impression de « frétillement » avant sa stabilisation. Chacun des deux témoins nous décrira l’objet de la même manière. Puis, ils assisteront au départ du phénomène, une manière singulière qui devait les frapper.
Effectivement, ce dernier sembla disparaître par son dessus. C’est à dire comme s’il montait, en s’inclinant afin de ne laisser entr’apercevoir que le dessous. Cette façon de disparaître nous fait irrésistiblement penser à un glissement…
Les mots exacts de M.Farion sont : « C’est la partie supérieure qui disparut en premier ».
Le phénomène apparut très exactement à l’est-nord-est, puisque nos témoins notèrent la présence du soleil plus à l’est (donc à droite du phénomène). Cette dernière remarque nous est ici d’une importance capitale.
L’évaluation de l’objet fut en revanche plus ardue dans notre enquête. Nous savons que la perception est chose difficile, notamment en ce qui concerne une dimension ou une distance.
Nos yeux ne pouvant percevoir une profondeur, les estimations sont en conséquence sujettes à caution.
D’après nos témoins l’objet aurait eu une grosseur comparable à celle d’un pavillon ( !).
Il tenait dans le paysage, une place couvrant une bonne moitié d’un bosquet d’arbre et descendait jusqu’à un creux matérialisé par de l’herbe. Quand à la hauteur, la base de l’objet se trouvait sous le bois et le haut cachait le toit d’un pavillon…
Il est permis de penser que le phénomène semblait se trouver entre la maison et le bosquet d’arbres, donc en stationnement prés de Montévrain (4 ou 5 Km à vol d’oiseau).
Le temps d’observation sera d’environ cinq minutes (peut-être six). Mr Farion est un ancien policier et il ne commença à regarder le phénomène qu’après le « frétillement » que seule sa femme notera. Après ces minutes de stationnement, le phénomène disparaîtra comme nous l’avons décrit dans un laps de temps couvrant 40 voir 50 sec.
Ce jour précis, le temps était nuageux, et une brume existait. Notons un lever du soleil à 08h45, soit dix petites minutes avant la constatation de notre affaire.

Croquis de M.Farion



Les stries figurant sur ce croquis pourraient n’être que des bandes de brume plus ou moins épaisses !
Si nous nous amusons à superposer une boule sur ce dessin, l’aspect figurant en bas trouve une cohérence puisque le phénomène était en partie caché par une maison et des arbres ! Ce qui implique un lever de soleil depuis cinq bonnes minutes : et c’est ce que confirme notre témoin….

A l’ombre des similitudes.




A une semaine d’intervalle, deux cas nous proviennent de Thorigny. Si le premier s’explique aisément par le lever du soleil, ici, ce dernier est visible, bien que fort bas sur l’horizon, puisque noté par nos témoins.
Il est vrai qu’à cette époque je fus perturbé par cette présence insolite et du phénomène et du soleil. Un manque de réflexion est responsable d’une publication dans la revue « Lumières dans la Nuit » dans son numéro 161 de janvier 1977 (page une et 21-22). Ce qui conféra à l’enquêteur une certaine honte quelques temps plus tard.
En effet, si le premier cas (20 décembre) ne peut qu’être en toute logique le soleil vu au travers de la brume, l’enquêteur d’alors n’a point vu ce même soleil se reflétant SUR la brume…
De nombreuses constatations, faites par nos témoins, sont pourtant révélatrices. Cet effet de « frétillement » d’abord : le soleil naissant projetant son propre reflet sur une mince couche de brume. Ensuite, la manière dont « il » disparaîtra : « C’est la partie supérieure qui disparut en premier – dixit M.Farion » ! Ceci implique obligatoirement une montée du soleil et donc une disparition progressive du phénomène, produit par un basculement de la scène. Si l’un monte, l’autre suit…
Il s’agit ici d’une véritable diffraction de notre astre de chaleur…
La montée rapide (temps donné par nos témoins très sujet à caution) s’explique de la même manière que sur le phénomène enregistré le 20 décembre !
Conclusion.
La seule différence entre ces deux cas consiste à voir, pour l’un, le soleil au travers de la brume et pour l’autre, se reflétant sur la brume…
Rien ne semble perdu, puisque l’enquêteur (après coup) comprend…
Reste cette chance inouïe d’avoir eu à faire à deux reprises à un « coup » du soleil et ce, de deux manières singulières…Je reste persuadé que nos charmants témoins furent quelque peu influencés par les articles de presse parus quelques jours auparavant, ce qui les empêcha d’identifier la cause du phénomène observable alors.
Encore une fois, nous ne pouvons nous empêcher d’être admiratif quand au terme choisi lorsque qu’une observation de ce type survient. Les « images » sont claires et précises et cette fois nous ne pouvons incriminer les Farion d’avoir une imagination débordante… « L’ufo-relecture » nous apparaît plus que nécessaire…
Ajoutons après coup la découverte fortuite d’une carte postale en apparence banale, et nous avons ici une preuve absolue de la méprise avec notre astre tutélaire en…décembre 1975 !
La ressemblance est frappante et la beauté presque…insaisissable !



Patrice Seray avec la collaboration de Francine Cordier.(janvier 2004)



(1) – Voir annexe reproduisant les articles de presses.(2) – Nostra « courrier des lecteurs » joint lettre de M. R.C…(3) – LDLN n° 161 de janvier 1977 – Page de couverture et page 21. Enquête de M.Seray Patrice.




_________________
A VOCE RIVOLTA

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum