UFO SCEPTICISME
Avertissement : UFO SCEPTICISME est un forum indépendant de toute association, groupe, structure, traitant du phénomène ovni.

Son administration se démarque et condamne fermement les activités prosélytes de partisans d'hypothèses exotiques non testables, non vérifiables à propos des PAN.

Avant l'inscription, merci de lire le règlement de l'hébergeur et le règlement particulier du forum. Pour cela, voir la rubrique "A lire avant de s'inscrire ou de poster".

Aucune inscription n'est plus acceptée sans l'adresse mail du fournisseur d'accès internet. Les adresses mail restent totalement confidentielles.
Les adresses mail alternatives ne donneront plus lieu à validation de l'inscription.

Pour que l'inscription soit pérenne, le nouvel inscrit doit poster au moins un message dans les 8 jours après la validation de celle-ci.

Le forum UFO SCEPTICISME privilégie la participation par rapport au nombre d'inscrits.

UFO SCEPTICISME

UFOLOGIE ET SCEPTICISME


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

UFO SCEPTICISME  » RESSOURCES SCEPTIQUES SUR LE NET » The Real Foo Fighters - A Historical and Physiological Perspective on a World War Il Aviation Mystery

The Real Foo Fighters - A Historical and Physiological Perspective on a World War Il Aviation Mystery

Aller à la page : Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 2 sur 2]

PhD Smith


Modération
Modération
Il y a maintenant beaucoup de sources historiques pour la pervitine télévisuellement:
- le documentaire d'Arte "La pilule de Göring" (http://www.arte.tv/guide/fr/040534-000/la-pilule-de-goring)
Arte a écrit:Après de premières recherches au Japon et aux États-Unis dans les années 1920, c’est en Allemagne, en 1937, qu’un chimiste arrive à synthétiser une amphétamine particulièrement efficace, la méthamphétamine. Elle est commercialisée la même année par la firme Temmler sous le nom de pervitine. Très vite, les médecins de la Wehrmacht s’intéressent à ce nouvel excitant du système nerveux qui accroît la vigilance, la résistance à la fatigue et le sentiment d’invincibilité. Distribuée aux conducteurs de chars et aux pilotes d’avion aussi bien qu’à l’infanterie, la "pilule magique" permet à l’armée allemande d’envahir la France et l’URSS à marche forcée. Et, dans les derniers moments du Reich, de faire tenir les recrues des Jeunesses Hitlériennes qui, après l’école, sont mobilisées dans la défense anti-aérienne. Les témoins de cette époque révèlent aussi que, aussi bien dans l’armée que dans la population civile, la consommation de pervitine en Allemagne s’est prolongée bien au-delà de la fin des hostilités.


Et d'autres documentaires sur le Theodor Morell, dentiste qui est devenu le médecin d'Hitler, connu pour lui donner une masse de complément alimentaire, dont peut-être la pervitine, ce qui explique qu'il a pu haranguer Mussolini pendant plusieurs heures en 1943, mais l'usage de la pervitine sur Hitler n'est pas attesté (https://fr.wikipedia.org/wiki/Theodor_Morell), quoique ça reste une probabilité.
Wikipédia a écrit:Hitler souffrait d’un exanthème et de flatulences lorsque, à l’occasion d’une réception au Berghof près de Berchtesgaden, il rencontra pour la première fois Morell qui lui déclara qu’il pourrait le soigner en moins d’un an. L’épouse de Morell n’approuva pas le fait qu’il accepte de devenir le médecin personnel d'Hitler. Morell commença à traiter son patient avec diverses préparations commerciales comprenant notamment une combinaison de vitamines et de bactéries E. coli appelée Multiflor. Hitler sembla commencer à récupérer et Morell finit par devenir membre du cercle intime de ses proches. Il allait en faire partie quasiment jusqu’à la fin de la guerre. Certains historiens ont essayé d’expliquer cette association avec Morell en se basant sur la réputation acquise en Allemagne par Morell dans le traitement de la syphilis combinée avec la crainte (supposée) d'Hitler pour cette maladie qu’il associait aux Juifs. D’autres observateurs ont émis des commentaires sur le fait qu’Hitler aurait montré des symptômes visibles de la maladie de Parkinson et de la syphilis, en particulier à la fin de la guerre.

En tant que médecin d'Hitler, Morell était constamment recommandé à d’autres membres de l’appareil nazi mais, la plupart d’entre eux, y compris Hermann Göring et Heinrich Himmler le rejetèrent immédiatement, le considérant comme un charlatan. Comme Albert Speer le raconte dans son autobiographie :

« En 1936, lorsque ma circulation et mon estomac se rebellèrent… j’appelai le cabinet privé de Morell. Après un examen superficiel… Morell me prescrivit ses bactéries intestinales, de la dextrose, des vitamines et des tablettes d’hormones. »
« Par mesure de sécurité, j’eus ensuite un examen minutieux opéré par le Professeur von Bergmann, le spécialiste en médecine interne à l’Université de Berlin. Selon lui, je ne souffrais d’aucun trouble organique, mais seulement de symptômes nerveux causés par le surmenage. »
« Je réduisis mon rythme de travail autant qu’il était possible et les symptômes se réduisirent. Pour ne pas blesser Hitler, je lui prétendis que je suivais soigneusement les prescriptions de Morell et, comme ma santé s’améliorait, je devins pour un temps le patient témoin de Morell. » (Albert Speer, Au cœur du troisième Reich, 1970).
De plus, outre la méfiance des dignitaires nazis à son égard, la plupart des proches d'Hitler refusaient d'être soignés par Morell à cause de sa malpropreté. Parmi eux, certains tentèrent de conseiller le Führer de le congédier, mais Hitler le considérait, selon ses propres termes, comme un « médecin-miracle ».

Göring appela Morell Der Reichsspritzenmeister, un surnom qui fit mouche. Ce terme est difficilement traduisible en français, il pourrait par exemple se traduire, bien qu’imparfaitement, par "Le maitre de la piqure du Reich ". Ce terme impliquait de toutes manières que Morell finissait toujours par avoir recours à des injections et des médicaments lorsqu’il était confronté à n’importe quel problème médical et qu’il abusait de ces injections de substances pharmaceutiques.

Morell développa une rivalité avec le Dr Karl Brandt qui suivait Hitler depuis 1933. Tous deux étaient souvent en discussion, bien qu'Hitler se rangeât habituellement avec Morell. Eva Braun finit par changer d’avis sur Morell, décrivant son cabinet comme une « étable de cochons » et refusant d’encore le voir.

En 1939, Morell fut impliqué par inadvertance dans l’annexion de la Tchécoslovaquie. Le président tchèque, Emil Hacha, fut si effrayé par une explosion d'Hitler qu’il s’évanouit. Morell lui injecta des stimulants en vue de le réanimer et, bien qu’il prétende qu’il ne s’agissait que de vitamines, il se peut que l’injection ait contenu de la méthamphétamine. Hacha céda bientôt aux exigences d'Hitler.

Après la tentative d’assassinat du 20 juillet 1944 contre Hitler, Morell le traita avec de la pénicilline qui venait d’être testée depuis peu par l’armée américaine. On ignore où il a pu se la procurer et Morell prétendit ne rien connaître de la pénicilline lorsqu’il fut interrogé par des officiers de renseignements américains après la guerre. En outre, quand des membres du cercle intime de Hitler furent interviewés pour la rédaction du livre Le Bunker, certains prétendirent que Morell détenait une participation importante dans une société qui vendait frauduleusement un produit présenté comme de la pénicilline.

En avril 1945, Hitler ingurgitait quotidiennement vingt-huit pilules différentes outre de nombreuses injections (dont plusieurs de glucose). Le 21 avril 1945, Hitler renvoya Morell du Führerbunker à Berlin après lui avoir déclaré qu’il n'avait plus besoin de soins médicaux. Morell laissa néanmoins derrière lui de nombreuses préparations médicales prêtes à l’usage. Durant la dernière semaine de vie de Hitler, elles lui furent administrées par le Dr Werner Haase et par Heinz Linge, son valet.


_________________
Praedicator veredicus, inquisitor intrepidus, doctor egregius

nablator


Administration
Administration
Le lien avec les foo-foo, il est où ?

Selon http://www.theatlantic.com/technology/archive/2013/05/pilots-salt-the-third-reich-kept-its-soldiers-alert-with-meth/276429/ les pilotes alliés ont expérimenté cette drogue mais les tests ont vite cessé parce que ils devenaient agités, agressifs et leur jugement était altéré...

http://nabbed.unblog.fr/

PhD Smith


Modération
Modération
nablator a écrit:Le lien avec les foo-foo, il est où ?

Je ne sais pas, je n'ai fait que préciser le contexte historique


_________________
Praedicator veredicus, inquisitor intrepidus, doctor egregius

william l'Ozone


Bonsoir ,

pardon mais la question posée n'est pas ce que ou ne prenait pas un certain führer longuement développée ci-avant dans un article mais bien les pilotes allemands voire alliés, pouvant être à l'origine d'hallucinations, expliquant peu ou prou le phénomène connu sous le terme de foo fighters, tandis qu'un certain nombre de photos viennent en renfort de la théorie exotique.

L'administration de cette substance, qu'elle eût été à l'insu des personnes, lors d'essais ou en connaissance de causes, ne semble souffrir d'aucun doute.

Pour la petite histoire et outre son implication à des intérêts militaires ou politiques, des musiciens bien connus y ont eu recours pour tenir le rythme  lorsqu'ils devaient galérer jusqu'à plus d'heure dans les clubs allemands fin années 50 début soixantes. Parfois ces pilules faisaient office de salaires...

Donc la question reste entière, les foo fighters, (pas le groupe musical mais l'éventuel phénomène OVNI) peuvent-ils être expliqués par la prise de ces substances et les veilles prolongées chez des pilotes, si oui forcément c'est un pan...entier de l'ufologie HET facile et approximative qui s'effondre?

PhD Smith


Modération
Modération
Dans le documentaire d'Arte, tout le monde prenait de la pervitine: l'effort de guerre le valait bien. Les effets secondaires sont les hallucinations, paranoïa... Les pilotes allemands prenaient les "comprimés Stuka". L'hypothèse des hallucinations envers les foo-fighters à cause de la méthamphétamine est séduisante et il serait intéressant de savoir quel était l'état psychologique des pilotes qui les ont vu après toutes ces missions sans dormir, surtout lors des missions de nuit. Que prenaient les pilotes alliés pour tenir le coup ?


_________________
Praedicator veredicus, inquisitor intrepidus, doctor egregius

oncle dom


PhD Smith a écrit:L'hypothèse des hallucinations envers les foo-fighters à cause de la méthamphétamine est séduisante et il serait intéressant de savoir quel était l'état psychologique des pilotes qui les ont vu après toutes ces missions sans dormir, surtout lors des missions de nuit. Que prenaient les pilotes alliés pour tenir le coup ?
Il faudrait caractériser davantage le type d'hallucinations provoqués par la pervitine. Si d'autres personnes que les pilotes y ont eu recours, ont elles eu des hallucinations? Et de quel type?

http://oncle-dom.fr/index.htm

nablator


Administration
Administration
PhD Smith a écrit:Les effets secondaires sont les hallucinations, paranoïa...
C'est plus crédible comme lien spéculatif.

http://nabbed.unblog.fr/

william l'Ozone


La paranoïa est un état psychologique et comportemental qui doit s'inscrire à mon avis dans le cadre d'une intoxication chronique mais pas sûr.

Il ne faut pas non plus négliger l'état de veille prolongé connue pour manifester seule des états hallucinatoires. Des études doivent exister.

Puis viennent les circonstances de survenue , le type de stimuli, le combat aérien en l'occurrence et le sentiment paranoiaque effectivement alors que les états majors parlent des 2 côtés d'armes secrètes déployées etc etc.

La schizophrènie est pourvoyeuse d'un certain type d'hallucinations et la mélancolie aussi, tandis que le delirium tremens s'accompagne toujours de zoopsies.

Quant aux alliés le reportage tv parle d'essai sur une année avec diverses substances dont les amphétamines mais que dire des états de veille prolongée, du rythme de récupération/mission de pilotes?
Les américains sont peu enclins à dévoiler leur tambouille de toute façon et il faudrait savoir ce qu'il se passe lorsque la prise de ces substances cesse (sevrage) car il existe une dépendance.

S'agissant des amphétamines d'après mes souvenirs cela expose à la dépression notamment et le syndrome post guerre d'Irak épisode 1 chez certains soldats us peut du coup intriguer..,quant à avoir une réponse fiable....hem!

Comme on dit il y a du grain à moudre et on ne pourra se passer de l'avis de pontes de la spécialité à un certain moment...

william l'Ozone


Bingo!

(pour mes souvenirs!)

syndrôme post trauma seulement?

privation sommeil

(intéressant le stade préhallucinatoire de la privation)

diagnostic hallucinations

(potentiel hallucinogène des amphétamines, mais aussi du cannabis...)

emission france culture volet4

(plutôt imprécise, on en parle à partir de 27 min, surtout ponctuellement à 35)

un peu d'anglais

rien qu'avec ça les témoignages ne peuvent tenir la route, si l'on prend en considération la combinaison drogues et privation de sommeil...dans un contexte guerrier paroxystique - conditions qui rien à voir avec l'existant y compris le type même de conflit, avoué et documenté dans un camp et fortement suspecté dans l'autre...

restent les photos, je crois que vous avez des compétences, je dirais à première vue de néophyte que les lumières en question n'ont pas été le motif des prises puisque excentrées, sans parler de la motivation générale d'un "reportage" au décours de combats, puisqu'elles apparaissaient préférentiellement et théoriquement dans le feu de l'action...

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 2 sur 2]

Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum