UFO SCEPTICISME
Avertissement : UFO SCEPTICISME est un forum indépendant de toute association, groupe, structure, traitant du phénomène ovni.

Son administration se démarque et condamne fermement les activités prosélytes de partisans d'hypothèses exotiques non testables, non vérifiables à propos des PAN.

Avant l'inscription, merci de lire le règlement de l'hébergeur et le règlement particulier du forum. Pour cela, voir la rubrique "A lire avant de s'inscrire ou de poster".

Aucune inscription n'est plus acceptée sans l'adresse mail du fournisseur d'accès internet. Les adresses mail restent totalement confidentielles.

Pour que l'inscription soit pérenne, le nouvel inscrit doit poster au moins un message dans les 8 jours après la validation de celle-ci.

Le forum UFO SCEPTICISME privilégie la participation par rapport au nombre d'inscrits.

UFO SCEPTICISME

UFOLOGIE ET SCEPTICISME


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

UFO SCEPTICISME  » ARCHEOVNI » La révélation des pyramides

La révélation des pyramides

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4 ... 21 ... 40  Suivant

Aller en bas  Message [Page 3 sur 40]

Invité


Invité
J'y connais rien -donc à prendre avec plus que des pincettes -, mais ( à propos du pyramidion "d'un mètre") en ajoutant différentes mesures (utilisées) de longueurs Egyptiennes, on peut tomber sur le mètre ou approximativement.
1/12eme de coudée sacrée (environ 2.52cm) + 24 doigts - petite coudée - (45.4 cm environ) + coudée royale (52.5 ou 52.9) = environ un mètre.
7/3 de coudée sacrée (environ 70.5 cm) + 16 doigts (30.2 cm environ) = environ un mètre.
Il existe d'autres pyramidions qui ne mesurent pas un mètre, à ce que j'ai brièvement lu.
Bref, hasard ? Auto-illusion ?

NEMROD34

avatar
Modération
Modération
...si elles étaient peintes en noire, elles seraient effectivement "en foncées"...j'ai pas pu m'empêcher...
Tu as bien fait c'est excellent! diablotin content :(MRDgreen):


_________________
NEMROD34 S.A.R.L de démolition minutieuse de foutaises.
Siret : 123456789
Capital: 3 millions de brouzoufs
Certifié sans chat (iso 21122012).

Jeansériel

avatar
merci Nablator, j'apprécie. J'ai l'esprit malgré tout fatigué, je suis en train de faire des stats mode régression logistique... Embarassed

Invité


Invité
Cela me fait toujours marrer de lire des choses sur les templiers et les cathédrales gothiques quand on parle de la franc-maçonnerie, alors que c'est un courant ésotérique né au XVIIIème siècle...

Ted


Cortex a écrit:Cela me fait toujours marrer de lire des choses sur les templiers et les cathédrales gothiques quand on parle de la franc-maçonnerie, alors que c'est un courant ésotérique né au XVIIIème siècle...
Parenthèse sur ce point, je vous cite un extrait de la littérature franc-maçon en lien dans mon précédant message:

La Franc-maçonnerie s'est ainsi développée en Ecosse sous l'influence de Templiers isolés, avant de se répandre en Angleterre en 1603, après l'accession au trône du Roi Ecossais JACQUES IV. Les Templiers seraient ainsi à l'origine de la révolte des paysans en 1381 qui s'en prirent aux biens de l'Eglise et des Chevaliers Hospitaliers. Néanmoins, la Maçonnerie des débuts était une école de mystères avec des initiations solennelles s'inspirant de traditions occultes anciennes ; visant ainsi à provoquer une illumination transcendantale et à tisser des liens intimes entre les Frères.

JOHN ROBINSON affirme détenir des preuves de l'existence de loges maçonniques dès les années 1380, un traité alchimique datant de 1450 utilise le terme "Franc-maçon", les premières références connues datant de 1614. Lors de la création de la ROYAL SOCIETY en Angleterre, il est fait état d'un "Collège invisible" original des Franc-maçon, formé en 1645.

L'actuelle Maçonnerie est apparue le 24 Juin 1717, jour de la Saint-Jean Baptiste, et constituée par la Grande Loge.

Il est avéré que la Maçonnerie était déjà une véritable société secrète avant sa fondation officielle. Certains prétendent descendre des guildes médiévales anglaises de tailleurs de pierres, qui utilisaient des gestes et des signes de reconnaissance secrets, ainsi que la géométrie sacrée.

Ces tailleurs de pierres auraient hérité leur connaissance secrète des bâtisseurs du Temple de Salomon.

Par contre les Templiers écossais actuels affirment descendre des Chevaliers fugitifs, qui avaient hérité de la flotte templière. Ils se battirent contre les anglais à la bataille de BANNOCKBURN le 24 Juin 1314, jour de la Saint-Jean Baptiste ; un contingent de Chevaliers du Temple assurant la victoire à la 11ème heure. Certains édifices portent les traces de cette tradition templière et maçonnique comme la chapelle de ROSSLYN à côté d'Edimbourg, qui fut bâtie entre 1450 et 1480.

Cependant en 1329, l'ombre de l'autorité Papale plana une nouvelle fois sur les Templiers lorsqu'il fut question de lever une croisade contre l'Ecosse. Les Templiers écossais jugèrent alors plus prudents de rentrer dans la clandestinité comme leurs Frères européens. Ce serait là une origine de la Franc-Maçonnerie.

Un écossais, ANDREW MICHAEL RAMSAY, Chevalier de l'Ordre de Saint-Lazare, fit un discours mémorable en 1737 à Paris, lors d'une réunion maçonnique où il fit la première allusion officielle au fait que les Francs-maçons descendraient des Templiers. Peut-être est-ce la raison de l'excommunication de l'ensemble de la Fraternité Maçonnique par le Pape l'année suivante.

L'inquisition n'hésitât pas à arrêter et torturer des Francs-maçons suite à la publication de cette bulle papale.

Par la suite, un certain Baron VON HUND affirma avoir été initié dans un Ordre Maçonnique du Temple à Paris en 1743, il ouvrit des Loges fondées sur une tradition qu'il nomma « STRICTE OBSERVANCE TEMPLIERE », plus connue en Allemagne sous le nom de « CONFRERIE DE JEAN BAPTISTE ». L'histoire précisait que lors de la condamnation du Temple, certains chevaliers s'étaient enfuis en Ecosse et avaient poursuivi l'idéal Templier tout en élisant régulièrement leurs Grands Maîtres. Le Baron VON HUND disait détenir une liste recensant tous les Grands Maîtres successeurs de JACQUES DE MOLAY dans la clandestinité, ce que les historiens n'ont jamais pu découvrir. Il se disait aussi détenteur de la patente Templière héritée des descendants de ces Grands Maîtres Templiers.

En fait la « STRICTE OBSERVANCE TEMPLIERE » était essentiellement un réseau alchimique de pure tradition templière. La Franc-maçonnerie Templariste se trouva alors établie des 2 côtés de l'Atlantique, ce qui influença certainement la pratique du RITE ECOSSAIS, dont le RITE ECOSSAIS RECTIFIE et le RITE ECOSSAIS ANCIEN ET ACCEPTE sont particulièrement actifs en France. Certains ont même suggéré que les Templiers s'étaient cachés dans les hauts grades de la Maçonnerie, ce qui est difficile à vérifier quand on connaît l'hermétisme des Rites Ecossais.

Sénéchal

avatar
Tout simplement, les Egyptiens ont donné à cette pyramide un rapport hauteur/base de 7/11 (280/440 coudées) qui sont 2 nombres premiers. Faut-il chercher plus loin? Je ne suis pas sûr...

Je me dis qu'ils auraient pu choisir d'autres nombres premiers. Supposons qu'ils aient choisi un rapport de 7/13. En conservant la même hauteur de 280 coudées, sa base aurait mesuré 520 coudées. Il est intéressant de remarquer que l'apothème aurait alors mesuré 382,01 coudées. Avec une coudée de 0,52354m (0,5235 ou 0,5236 dans le documentaire), ça nous mets l'apothème à 200m tout rond. 2 hectomètres pile-poil ! Ca ne peut pas être un hasard! 8) Je n'ai pas trouvé pi mais en cherchant un peu...

Jeansériel

avatar
Pour quelle raison 280 et 440 coudées? Es-tu sûr qu'ils utilisaient la base 10?

Sénéchal

avatar
Jeansériel a écrit:Pour quelle raison 280 et 440 coudées? Es-tu sûr qu'ils utilisaient la base 10?
Ce sont le mesures communément admises, celles qui sont utilisées dans le documentaire en question et à partir desquelles les auteurs nous annoncent, entre autres, que le mètre était connu des Egyptiens 4.300 ans avant sa définition. Ceci dit, donner des dimensions précises à un bâtiment ayant perdu son parement me parait assez optimiste. Ca ne change rien au fond du problème: la manipulation de quelques données chiffrées permet d'y trouver ce qu'on a envie d'y voir.

Jeansériel

avatar
..J'ai le sentiment que tu éludes ma question! Cependant c'est sans importance toutefois.
La question fondamentale s'articulant su la possibilité que les égyptiens possédaient ou non des connaissances mathématiques avancées ne peut pas être résolue avec ce genre d'argument "on peut faire dire....". Les relations avec Pi et la section dorée existent, c'est un fait!

Maintenant si tu veux démontrer que la présence des rapports est aléatoire, je te propose de faire l'exercice avec une pyramide à base carrée et avec des cotés équilatéraux.
je m'était proposé de le faire, sans avoie eu physiquement le temps jusqu'ici.
Je veux bien participer.

Avec mes cordiaux messages

PhD Smith

avatar
Modération
Modération
Et moi je peux fournir la doc officielle ! Very Happy


_________________
Praedicator veredicus, inquisitor intrepidus, doctor egregius

hal9000

avatar
Modération
Modération
Je m'étais amusé il y a longtemps à chercher des relations remarquables dans les dimensions d'un objet usuel simple et qu'on trouve partout, pour que n'importe qui puisse vérifier (ce qui n'est pas le cas pour le kiosque à journaux de la rue Wagram choisi par J-P Adam !) J'avais choisi pour ça la grosse boîte d'allumettes SEITA qu'on trouvait alors dans tous les supermarchés... Ça n'est plus vraiment le cas maintenant, mais elles sont toujours vendues sous la marque Flam'up : http://www.flamup.fr/_upload/ressources/fichier_a_telecharger/102_epices.pdf
Et pour ne pas être accusé d'arranger les dimensions, je les avais arrondies au millimètre près, trouvant 79 mm pour la longueur, 56 pour la largeur et 31 pour la hauteur (c'est à un demi-millimètre des dimensions données sur la fiche de Flam'up)
Voilà ce que j'avais trouvé (entre parenthèses, les précisions des relations) :
Pour commencer, considérons que la longueur représente la distance Soleil-Terre; on trouve alors que la hauteur est égale à la distance Soleil-Mercure (+1,37%), et la largeur à la distance Soleil-Vénus (-2%). Quant à la distance de Mars, on la trouve en Unités Astronomiques dans le rapport de la diagonale d'un côté sur la largeur (-0,56%) : le fait que cette distance soit indiquée d'une manière différente des autres est très certainement un signe des constructeurs, nous désignant clairement que leur origine, de même que celle des bâtisseurs de la Grande Pyramide, doit être recherchée sur la planète rouge (rouge comme le bout des allumettes, encore un signe).
Le nombre d'or se trouve dans le rapport de la longueur sur la demi-diagonale de base (+0,84%). Quant au nombre pi, on le trouve dans le rapport de la diagonale de base sur la hauteur (-0,57%).
D'autre part, la surface totale de la boîte divisée par la surface de la face donne le carré de pi (+0,25%).
Le volume de la boîte est égal au volume d'une sphère ayant pour diamètre la diagonale de la face (-0,2%).
Le volume de la boîte est égal au volume du Soleil divisé par 1031 (-2%).
Enfin, la surface totale moins la surface de base (donc la surface visible lorsque la boîte est posée normalement) est égale à la section équatoriale de la Terre, soit sa plus grande section, divisée par 10^16 (+0,1%); et inversement, la surface de la Terre est égale à la diagonale de la face de la boîte multipliée par sa longueur, soit sa plus grande section, multipliée par 10^17 (+0,9%).


_________________
Robert Alessandri, agitateur en ufologie
http://univers-ovni.com

oncle dom

avatar
hal9000 a écrit:Je m'étais amusé il y a longtemps à chercher des relations remarquables dans les dimensions d'un objet usuel simple et qu'on trouve partout, pour que n'importe qui puisse vérifier (ce qui n'est pas le cas pour le kiosque à journaux de la rue Wagram choisi par J-P Adam !) J'avais choisi pour ça la grosse boîte d'allumettes SEITA qu'on trouvait alors dans tous les supermarchés...
Hé bien, ça prouve que que sens réel de SEITA est:
Service d'Explications Initiatoire de Trivialités Astronomiques
... ou quelque chose comme ça.
De Vaucouleurs, en 1948, était parti des dimensions de sa table de travail (que personne ne pouvaient vérifier).
Enfin, en se basant sur les dimensions de la Tour Eiffel, on trouve des relations merveilleuses... :\\

http://oncle-dom.fr/index.htm

NEMROD34

avatar
Modération
Modération
Il y avait au moins 14 signes dans les paquets de CAMEL (les anciens) le KKK dans les paquets de malboros etc ....


_________________
NEMROD34 S.A.R.L de démolition minutieuse de foutaises.
Siret : 123456789
Capital: 3 millions de brouzoufs
Certifié sans chat (iso 21122012).

Invité


Invité
Ted a écrit:L'actuelle Maçonnerie est apparue le 24 Juin 1717, jour de la Saint-Jean Baptiste, et constituée par la Grande Loge.

Donc en gros, rien d'antérieur au XVIIIème, à part ce que racontent les maçons eux-mêmes pour revendiquer un héritage qui leur donnerait plus de légitimité/prestige. Dire qu'il existait des choses "avérées" avant cette date ne mange pas de pain, surout si on ne cite pas de source. Charge de preuve, tout ça...

Ted


Sénéchal a écrit:Tout simplement, les Egyptiens ont donné à cette pyramide un rapport hauteur/base de 7/11 (280/440 coudées) qui sont 2 nombres premiers. Faut-il chercher plus loin? Je ne suis pas sûr...
Des nombres premiers, il y en a une infinité, pourquoi précisément ces deux là, et dans ce rapport là?

Sénéchal a écrit:Supposons qu'ils aient choisi un rapport de 7/13. En conservant la même hauteur de 280 coudées, sa base aurait mesuré 520 coudées. Il est intéressant de remarquer que l'apothème aurait alors mesuré 382,01 coudées. Avec une coudée de 0,52354m (0,5235 ou 0,5236 dans le documentaire), ça nous mets l'apothème à 200m tout rond. 2 hectomètres pile-poil ! Ca ne peut pas être un hasard! 8) Je n'ai pas trouvé pi mais en cherchant un peu...
Justement, cherchons. Car pour être rigoureux, nous devrions effectivement suivre la recommandation de Jeansériel et prendre différents modèles de pyramides à base carrée, éventuellement triangulaires, avec différentes hauteurs (ce qui revient à travailler sur plusieurs pentes en gardant la base fixe). L'informateur dit avoir testé d'autres configurations pyramidales dans lesquelles il ne retrouve pas autant si ce n'est aucune des proportions mentionnées, ce qui ferait de la pyramide de Kheops un modèle en ce sens unique (idéal?). Nous devrions le vérifier ensemble, je pourrai m'y mettre dès la semaine prochaine: existe-il des logiciels pour nous faciliter la tâche?

Cortex a écrit:Donc en gros, rien d'antérieur au XVIIIème, à part ce que racontent les maçons eux-mêmes pour revendiquer un héritage qui leur donnerait plus de légitimité/prestige. Dire qu'il existait des choses "avérées" avant cette date ne mange pas de pain, surout si on ne cite pas de source. Charge de preuve, tout ça...
La maçonnerie était différente dans les siècles précédents, mais elle était bien là, sous des formes plus rudimentaires et dissimulées. D'après Douglas Knoop, dans The Genesis of Freemasonry (Manchester University Press, 1947), les premiers documents officiels anglais faisant référence aux maçons sont écrits en latin ou en normand comme "sculptores lapidum liberorum" (Londres, 1212), "magister lathomus liberarum petrarum" (Oxford, 1391), et "mestre maçon de franche peer" (Statut des travailleurs, 1351). Toutes ces expressions signifient un tailleur en pierre, de grès ou de calcaire. Dans les archives de la construction du Wadham College au XVIIe siècle les mots francs-maçons (freemasons en anglais) et pierre de taille (freestone en anglais) ont le même sens.
Il y a de fait d'abord eu ces maçons opératifs (bâtisseurs au Moyen-Age, qui édifièrent, entre autres, les cathédrales), puis des membres spéculatifs, avant que les loges spéculatives (philosophiques) n'émergent avec des Grandes Loges comme celle de Londres en 1717. Mais ce n'est pas elle qui nous intéresse ici, puisque la question est de savoir si des architectures anciennes sur lesquelles une recherche de proportions divines peut être menée, peuvent avoir été conçues justement en les y intégrant, ce qui biaiserait l'argument du hasard! Avant les franc-maçons, il y avait les Templiers qui ont eux aussi construits des monuments, tout ceci ne date pas du 18ème!

oncle dom

avatar
Cortex a écrit:Donc en gros, rien d'antérieur au XVIIIème, à part ce que racontent les maçons eux-mêmes pour revendiquer un héritage qui leur donnerait plus de légitimité/prestige. Dire qu'il existait des choses "avérées" avant cette date ne mange pas de pain, surout si on ne cite pas de source. Charge de preuve, tout ça...
Hé!
Ne prétend on pas que la franc-maçonnerie existait avant que le monde n'exista?
C'est que pour que Dieu ait su créer le monde comme il le fit, il fallait qu'il fut franc-maçon!
Et voila

http://oncle-dom.fr/index.htm

Invité


Invité
Si je comprends bien, dès le Moyen-Âge, il y avait des maçons qui construisaient des édifices en pierre de taille. Outre le fait que, comment dire... ça n'a rien de foncièrement nouveau, le lien réel entre "maçonnerie opérative" (on parlerait aujourd'hui du secteur du bâtiment...) et "maçonnerie spéculative" (qui n'a guère qu'un peu de vocabulaire en commun) reste encore à démontrer en ce qui me concerne. J'ai dans l'idée que la "maçonnerie opérative" médiévale ressemblait davantage à des ouvriers d'aujourd'hui buvant des 1664 en empilant des moellons qu'à une tenue maçonnique. Mais j'ai tellement peu d'imagination...

nablator

avatar
Administration
Administration
Ted a écrit:Des nombres premiers, il y en a une infinité, pourquoi précisément ces deux là, et dans ce rapport là?
Parce que si ce n'étaient pas ces nombres-là c'en seraient d'autres.

Partir d'un cas particulier pour en faire la preuve ultime d'un secret caché est un raisonnement de crank. Même si cette pente de 14/11 se prête bien à des interprétations multiples, ça n'a rien d'extraordinaire : la section dorée n'est pas agréable à l’œil pour rien et pi et phi sont reliées approximativement par plusieurs relations simples donc quand on a l'un on a l'autre. Après vouloir justifier la pente de la Grande Pyramide par un raisonnement post hoc ergo propter hoc pour y trouver des constantes exprimées en système métrique est fallacieux. Les choses sont comme elles sont et les hasards existent. Ce n'est pas parce qu'on trouverait (ou pas) d'autres relations, sur les dimensions d'autres pyramides que ça prouve quoi que ce soit.

Je me répète mais j'essaye autrement... un garde fou minimal consisterait à rechercher d'abord si c'était la volonté des bâtisseurs de pyramides de privilégier une telle pente plutôt qu'une autre... et là on remarque que pas du tout. Le choix était différent pour d'autres pyramides, et rien n'indique que les constructeurs avaient finalement décidé qu'une pente de 14/11 était idéale : la pente s'est stabilisée à 4/3 pour les 4 dernières pyramides de l'Ancien Empire.

Alors pourquoi ces pentes-là et pas d'autres ? Personne ne sait : considérations esthétiques (jamais 45°), méthodes géométriques ou arithmétiques...

http://nabbed.unblog.fr/

Sénéchal

avatar
Ted a écrit:
Justement, cherchons. Car pour être rigoureux, nous devrions effectivement suivre la recommandation de Jeansériel et prendre différents modèles de pyramides à base carrée, éventuellement triangulaires, avec différentes hauteurs (ce qui revient à travailler sur plusieurs pentes en gardant la base fixe). L'informateur dit avoir testé d'autres configurations pyramidales dans lesquelles il ne retrouve pas autant si ce n'est aucune des proportions mentionnées, ce qui ferait de la pyramide de Kheops un modèle en ce sens unique (idéal?). Nous devrions le vérifier ensemble, je pourrai m'y mettre dès la semaine prochaine: existe-il des logiciels pour nous faciliter la tâche?

J'ai un peu commencé. Le problème est que, bien qu'une pyramide semble être un objet de grande simplicité, on y trouve un bon paquet de mesures qu'on peut combiner presque à l'infini. Par exemple:
- côté de la base
- diagonale de la base
- hauteur
- apothème
- longueur d'une arrête
- surface de la base
- surface d'une face
- volume
- angle de l'apothème
- angle de l'arrête

Si on s'autorise à mettre certaines valeurs au carré, au cube, a utiliser des valeurs intermédiaires (hauteur du sol et du plafond des chambres funéraires), ou encore des unités de mesures inconnues des bâtisseurs ou même des demi-valeurs ("le demi-perimètre moins la hauteur en mètres donne cent fois pi"), je ne serais pas surpris d'y trouver ma date de naissance. Avec tout ce qu'on trouve déjà dans la boite d'allumettes de HAL9000...

nablator

avatar
Administration
Administration
Sénéchal a écrit:Avec tout ce qu'on trouve déjà dans la boite d'allumettes de HAL9000...
Le nombre de mes posts sur ce forum, 6934, divisé 16 fois par phi est égal à pi à 0,007% près !

C'est à dire : 6934 / phi^16 = 3,1418...

http://nabbed.unblog.fr/

Soeur Pétard

avatar
Bonzour,

Petit complément (de 6h30) sous forme d'interview du réalisateur :

https://www.youtube.com/watch?v=zIObcsE4EWc&feature=player_embedded#!

Ted


Cortex a écrit:le lien réel entre "maçonnerie opérative" (on parlerait aujourd'hui du secteur du bâtiment...) et "maçonnerie spéculative" (qui n'a guère qu'un peu de vocabulaire en commun) reste encore à démontrer en ce qui me concerne. J'ai dans l'idée que la "maçonnerie opérative" médiévale ressemblait davantage à des ouvriers d'aujourd'hui buvant des 1664 en empilant des moellons qu'à une tenue maçonnique. Mais j'ai tellement peu d'imagination...
Pour alimenter votre imagination, jetez un oeil à ce document.

Sénéchal a écrit:Le problème est que, bien qu'une pyramide semble être un objet de grande simplicité, on y trouve un bon paquet de mesures qu'on peut combiner presque à l'infini. Par exemple:
- côté de la base
- diagonale de la base
- hauteur
- apothème
- longueur d'une arrête
- surface de la base
- surface d'une face
- volume
- angle de l'apothème
- angle de l'arrête
Essayons pour commencer avec d'une part les côtés, diagonales, longueurs et apothèmes, d'une autre les surfaces combinées entre les faces et la base, d'autre part des volumes et enfin les angles (homogénéité des grandeurs). Limitons nous à des opérations simples faisant intervenir des additions, produits et divisions, pour retomber sur des multiples entiers ou des dérivés du nombre pi et/ou du nombre d'or (du type: racine carré ou puissance 2, pas plus). En mètres et en coudées. Pas d'autres considérations sur des distances de planètes ou autres fantaisies pour le moment, on ne fait que rechercher la présence de nombres particuliers ("divins").

nablator a écrit:Les choses sont comme elles sont et les hasards existent. Ce n'est pas parce qu'on trouverait (ou pas) d'autres relations, sur les dimensions d'autres pyramides que ça prouve quoi que ce soit.
Si on trouve d'autres relations simples menant avec une bonne approximation au nombre d'or, dans d'autres configurations de pyramide, ça renforcerait l'argument du hasard. Si en revanche, en diminuant ou augmentant la hauteur, on ne parvient plus à retrouver pi ou le nombre d'or, ou les deux à la fois, l'argument d'une volonté des bâtisseurs, en sortirait grandit. Ça ne prouve définitivement rien, ça permet seulement de se faire une idée plus fine de la pertinence argumentaire du film. Je rappel à ce titre les deux interventions de:

1. Claude Genzling, polytechnicien, architecte-urbaniste, professeur de mathématiques, ergonome et chargé de missions au Ministère de la Culture:

On le trouve tellement souvent [le nombre d'or] que la probabilité pour que ce soit dû au hasard est pratiquement nulle, infinitésimale. Pour moi, très sincérement, c'est comme si elle était nulle. Il est raisonnable de penser, même pour un mathématicien, qui normalement doit pouvoir calculer les probabilités, que le volume même de cette pyramide [de Khéops] a été choisi en raison des grandes possibilités de faire apparaitre à travers elle, le nombre d'or.
2. Jean Leclant, qui fut professeur d'Egyptologie au Collège de France, spécialiste de l'histoire et la civilisation pharaonique:

Je pense que le nombre d'or a été réalisé par les anciens egyptiens et là aussi, ils ne peuvent pas tomber à tous les coups, pile sur la résolution [du nombre d'or], une résolution parfaite, par conséquent, il faut bien qu'ils aient cette connaissance. Il n'est pas dans leur culture de le faire connaitre, ça reste un secret.

Invité


Invité
Ted a écrit:
Cortex a écrit:le lien réel entre "maçonnerie opérative" (on parlerait aujourd'hui du secteur du bâtiment...) et "maçonnerie spéculative" (qui n'a guère qu'un peu de vocabulaire en commun) reste encore à démontrer en ce qui me concerne. J'ai dans l'idée que la "maçonnerie opérative" médiévale ressemblait davantage à des ouvriers d'aujourd'hui buvant des 1664 en empilant des moellons qu'à une tenue maçonnique. Mais j'ai tellement peu d'imagination...
Pour alimenter votre imagination, jetez un oeil à ce document.

C'est un document intéressant, merci. Dommage qu'il n'y ait ni auteur ni date ou autre espèce de référence. Dommage aussi que l'anonyme auteur reconnaisse explicitement que le lien entre maçonnerie opérative (quel nom pompeux pour parler du BTP, vraiment ! Laughing ) et maçonnerie spéculative est au mieux très incertain. Enfin bon, je lis ça, je lis rien...

nablator

avatar
Administration
Administration
Cortex a écrit:C'est un document intéressant, merci. Dommage qu'il n'y ait ni auteur ni date ou autre espèce de référence.
Si, il y a l'ISBN 978-2-84670-224-9 dans les propriétés du PDF.
http://www.lecavalierbleu.com/f/index.php?sp=liv&livre_id=49

"Les Francs-Maçons étaient, à l’origine, des bâtisseurs de cathédrales" est le premier chapitre du livre "Les Francs-maçons" de Jean Moreau aux Editions Cavalier Bleu
http://www.paperblog.fr/2234382/les-francs-macons-etaient-a-l-origine-des-batisseurs-de-cathedrales/

Les bâtisseurs de cathédrales ? Une simple hypothèse…
http://www.compagnonnage.info/ressources/origines-franc-maconnerie.htm

http://nabbed.unblog.fr/

Invité


Invité
C'est clair que tout produit manufacturé (quelconque - comme la boîte d'allumettes de Hal, le fameux kiosque à journaux,etc. - ou notable - comme la Grande Pyramide, le Parthénon, etc.) a des propriétés géométriques qui vont émerger/découler de ses proportions, et on peut s'amuser à cela avec un peu tout. Sont-elles pour autant la volonté des manufacturiers ?
Ici, certains veulent nous faire croire que c'est le cas, sans à ma connaissance, pouvoir apporter d'autres éléments indépendants (documents historiographiques corroborant une telle volonté, par exemple) de cet exercice "ludique", où, pour tout objet ayant des proportions, et des propriétés géométriques vont forcément émerger et en découler. C'est du moins ainsi que je comprends la fausse (?) problématique.
Pas très convaincant àmhà du point de vue de la démonstration qu'il y aurait eu une réelle et telle volonté des manufacturiers à ce que ces propriétés et celles-ci découlant des proportions de l'édifice émergent.

Autrefois, on m'avait donné cet exemple (connu ?) : soit un triangle rectangle assez simple, avec un petit côté de longueur 1 et le grand côté de longueur 2 (simple en ce sens que la grand côté est le double du petit côté).
BC² = AB² + AC². Soit une hypoténuse égale à racine de 5. (1² + 2² = 1 + 4 = 5)
Racine de 5 (2.23606) + 1 + 2 = 5.236.
Or, 52.36 est une mesure acceptable pour la Coudée Royale qui semble avoir variée dans le temps (entre 52.3 cm et 52.5 cm d'après la wiki). Soit : 0.5236 m.

Si je divise par deux cette mesure (0.5236/2) = 0.2618 m (soit le pied égyptien). Or:
2.618 - 1 (le petit côté de mon zédifice) = 1.618 soit le nombre d'or.
2.618 - 2 (le grand côté de mon zédifice) = 0.618 soit l'inverse du nombre d'or.

Avais-je cette volonté quand j'ai "construit" mon petit et simpliste édifice triangulaire ?

Contenu sponsorisé


Revenir en haut  Message [Page 3 sur 40]

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4 ... 21 ... 40  Suivant

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum