UFO SCEPTICISME
Avertissement : UFO SCEPTICISME est un forum indépendant de toute association, groupe, structure, traitant du phénomène ovni.

Son administration se démarque et condamne fermement les activités prosélytes de partisans d'hypothèses exotiques non testables, non vérifiables à propos des PAN.

Avant l'inscription, merci de lire le règlement de l'hébergeur et le règlement particulier du forum. Pour cela, voir la rubrique "A lire avant de s'inscrire ou de poster".

Aucune inscription n'est plus acceptée sans l'adresse mail du fournisseur d'accès internet. Les adresses mail restent totalement confidentielles.

Pour que l'inscription soit pérenne, le nouvel inscrit doit poster au moins un message dans les 8 jours après la validation de celle-ci.

Le forum UFO SCEPTICISME privilégie la participation par rapport au nombre d'inscrits.

UFO SCEPTICISME

UFOLOGIE ET SCEPTICISME


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

UFO SCEPTICISME  » CAS UFOLOGIQUES » L'OVNi de la Place Bonaventure, Montréal, 7 novembre 1990

L'OVNi de la Place Bonaventure, Montréal, 7 novembre 1990

Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 3]

PhD Smith

avatar
Modération
Modération
Les "30 histoires extraordinaires" diffusées sur TF1 ont parlé des lumières au-dessus de Montréal en 1990 avec une interview de Gildas   :\\ Bourdais.


_________________
Praedicator veredicus, inquisitor intrepidus, doctor egregius

NEMROD34

avatar
Modération
Modération
Les conneries ont du pleuvoir...
Je paris que light pilar n'est même pas invoqué !


_________________
NEMROD34 S.A.R.L de démolition minutieuse de foutaises.
Siret : 123456789
Capital: 3 millions de brouzoufs
Certifié sans chat (iso 21122012).

Invité


Invité
Bonjour,
Et qu'est-ce qu'il a narré Gildas Bourdais sur ce cas SVP ?
L'une des meilleures sources que je connaisse pour ma part à propos de ce cas de Montréal est la suivante (en anglais) :
Large stationary object over Montreal
Bonne lecture !
Gilles

PhD Smith

avatar
Modération
Modération
L'émission est à revoir ici:

http://videos.tf1.fr/les-30-histoires-les-plus-extraordinaires/emission-du-23-mars-2012-7075421.html

En bref, Gildas narre le truc, le journaliste prend la photo, un témoin téléphone à la police, puis à l'armée, qui confirme qu'il n'y a pas de véhicules aériens militaires dans le coin. Pas d'explication avancée..., comme d'hab avec Gildas.


_________________
Praedicator veredicus, inquisitor intrepidus, doctor egregius

Invité


Invité
Merci PhD pour le lien.
En effet, l'hypothèse explicative "light pillars" (voir "mon" lien plus haut) n'est même pas abordée, ni discutée. No

Dans le montage suivant (crédit CAELESTIA), en haut à droite, la fameuse photo de Montréal ; au centre, un "light pillars" parisien ; en haut à droite, idem au-dessus de la Belgique ; et enfin en bas, un "light pillars" photographié au-dessus de l’Oregon.




A noter qu'un "light pillars" a été photographié en décembre 2010 au-dessus... de Montréal !


[source: OVNI-ALERTE]

Voir aussi la vidéo suivant (light pillars, Région Parisienne - le même que dans le petit montage plus-haut- ) : http://vimeo.com/5908993

Bref...

RayanOO

avatar
Bonjour Gilles F,

L'hypothèse du "light pillar" aurait pu être la bonne en raison notamment de la proximité du fleuve St-Laurent qui aurait pu fournir les cristaux de glace pour que le phénomène puisse se produire. Par contre, il y a des éléments qui ne plaident pas en faveur de cette piste:

- L'heure à laquelle s'est produit le phénomène: Pour que ce dernier puisse avoir lieu, il faut des rayons en provenance du soleil ou de la lune. Le phénomène s'est produit à 19h15 et s'est terminé à 22h10. Le crépuscule était ce jour-là à 17:05 et la lune s'est levée cette nuit-là à 21:17... ( http://www.meteomedia.com/index.php?product=moonsun )

- La présence des cristaux de glace: Fin décembre, en janvier ou en février, on peut voir le Saint-Laurent émettre de la vapeur de cristaux de glace mais pour que ce phénomène puisse se produire de façon importante, la température doit être plus basse que -20 degrés (température d'ailleurs inhabituelle pour un mois de novembre à Montréal). Or la station McGill (qui est située à moins d'1,5 Km de l'hôtel ) a enregistré les températures suivantes pour le mois de novembre 1990:

http://www.climat.meteo.gc.ca/climateData/dailydata_f.html?timeframe=2&Prov=QUE&StationID=5420&dlyRange=1871-07-01|1993-03-31&Year=1990&Month=11&Day=01

Il a fait en moyenne +0,8 degrés ce jour-là. Trop doux pour qu'on puisse voir des cristaux de glace en quantité importante dans l'atmosphère.

Il reste la piste d'un projecteur. Sur la tour Ville-Marie qui est toute proche on peut voir actuellement un "laser" qui, lorsque le ciel est nuageux peut donner l'impression qu'un objet lumineux de couleur verte se déplacer au dessus du même spot... Je suis convaincu que ce cas n'a rien de spécial.

Une autre piste possible: Un phénomène lié à une aurore boréale.

Très cordialement,



Dernière édition par RayanOO le 30.03.12 17:52, édité 3 fois

Major Boyington

avatar
All the evidence in this major Canadian case points in the direction of a remarkable optical phenomenon, namely a reflection from the under water lights of a swimming pool in a cloud layer of ice crystals.

Mattouze

avatar
- L'heure à laquelle s'est produit le phénomène: Pour que ce dernier puisse avoir lieu, il faut des rayons en provenance du soleil ou de la lune. Le phénomène s'est produit à 19h15 et s'est terminé à 10h10. Le crépuscule était ce jour-là à 17:05 et la lune s'est levée cette nuit-là à 21:17... ( http://www.meteomedia.com/index.php?product=moonsun )

Tu confond avec une parhélie !
Un light pillar peut très bien venir d'un simple lampadaire, c'est même généralement le cas...

Quant aux cristaux de glaces, en région parisienne, comme en Belgique, c'est extrêmement rare d'avoir des températures qui descendes en dessous des -20°c pourtant dans light pillar y ont été vu (photos de Gilles).

- La présence des cristaux de glace: Fin décembre, en janvier ou en février, on peut voir le Saint-Laurent émettre de la vapeur de cristaux de glace mais pour que ce phénomène puisse se produire de façon importante, la température doit être plus basse que -20 degrés (température inhabituelle pour un mois de novembre à Montréal). Or la station McGill (qui est à située à deux ou trois cents mètres de l'hôtel ) a enregistré les températures suivantes pour le mois de novembre 1990:

http://www.climat.meteo.gc.ca/climateData/dailydata_f.html?timeframe=2&Prov=QUE&StationID=5420&dlyRange=1871-07-01|1993-03-31&Year=1990&Month=11&Day=01

Il a fait en moyenne 0,8 degrés ce jour-là. Trop doux pour qu'on puisse voir des cristaux de glace dans l'atmosphère.

Ce qui compte ce n'est pas la température au sol, en septembre dernier à coté D'Orléans j'ai assisté à une parhélie pourtant à cette période de l'année, on est loin, même très loin des températures négatives, par contre en altitude...
(je mettrais la photo plus tard, là je suis bloqué par le proxy)

Pour qu'un light pillar se forme, il suffit "simplement" d'avoir de l'humidité dans l'air, qui se cristallise en altitude.

Donc l'hypothèse proposé par Gilles tien toujours.

Invité


Invité
Bonsoir RayanOO,
Comme le rappellent Major Boyington ou Mattouze, ou encore si tu avais pris le temps de lire le texte en lien, il est discuté de l'hypothèse d'artificial light pillars (la photo de Ath, Belgique est par exemple une photo dont la source de lumière est celle de projecteurs d'une Église). Pas besoin de la Lune ou du Soleil donc. Or, les photos aériennes de l’hôtel de la place Bonaventure montrent 6 projecteurs (spotlights) autour de la piscine. Il y a peut-être d'autres sources lumineuses possibles.
Quand à la remarque à propos de la température, elle est peu pertinente àmha, voire allant dans le sens de l'hypothèse, puisqu'il s'agit de la température au sol à Montréal ce jour-là. Comme le signale Mattouze, ce qui compte plutôt, ce sont les températures en altitude afin qu'il se produise des cristaux de glace.
Par exemple ou de plus, la photo de light pillars prise à Paris et fournie plus haut l'a été en juillet 2009 ! Je doute qu'on ait des températures négatives à cette époque à Paris^^
Sinon l'hypothèse de l'aurore boréale a également été évoquée, mais elle a été rapidement écartée semble-t-il.



Dernière édition par Gilles F. le 30.03.12 18:21, édité 1 fois

NEMROD34

avatar
Modération
Modération
RayanOO c'était un light pilar, dans les deux cas, même F BOURBEAU a fini par le comprendre c'est dire ... Laughing
http://www.ovni-alerte.com/
http://www.sceptiques.qc.ca/forum/post251937.html?hilit=montreal%20casino#p251937


_________________
NEMROD34 S.A.R.L de démolition minutieuse de foutaises.
Siret : 123456789
Capital: 3 millions de brouzoufs
Certifié sans chat (iso 21122012).

RayanOO

avatar
Bonjour tout le monde,

Effectivement, les "light pillars" que j'ai cités sont d'origine naturelle. mais l'éclairage du coin n'a rien d'impressionnant (un parc à l'ouest, un autre un peu plus au nord, à l'est, rien de spécial et des quais de trains au sud puis c'est la zone du fleuve)... Je connais bien le coin. Je bosse à un pâté de maisons du complexe.

La source lumineuse ne peut être donc que soit la piscine soit une source très proche (Gratte-ciel Ville-Marie). Une autre piste: Une boîte de nuit très connue située tout en haut de la tour Ville-Marie qui domine le ...complexe Bonaventure...

Le seul truc que je ne comprends pas vraiment est la source potentielle des cristaux de glace ce jour-là. Il aurait fallu qu'il y ait un différentiel de température énorme avec le sol... Une bonne question que je pourrais poser à un pote météorologue.

Quoi qu'il en soit, ce cas ne m'a jamais paru intéressant...

Très cordialement,

Major Boyington

avatar
Je poste aussi à tout hasard le lien qui détaille la théorie des lights pillars, puisqu'il n'aura pas échappé à ceux qui ont commencé par lire l'étude de Van Utrecht avant de la commenter.

RayanOO

avatar
When the air temperature sinks below 0° C and the moisture content of the air is sufficiently high, microscopic particles in the atmosphere (most of which are produced by automobiles, industrial sites, forest fires, volcanoes and ocean spray) act as nuclei for the formation of ice crystals.

Mmm...Lien très intéressant! Merci beaucoup! Et en le lisant,...

Au sud du complexe Bonaventure se trouve l'une des principales voies d'accès à Montréal: L'autoroute Bonaventure ainsi qu'une importante zone industrielle (en voie de reconversion urbaine aujourd'hui mais très active il y a vingt ans) et pas très loin du complexe Bonaventure (à 1 km à vol d'oiseau) on trouve notamment la célèbre minoterie "Farine Five-Roses" qui possédait à l'époque un ... néon géant très impressionnant (probablement le plus puissant de toute la ville). La circulation automobile est particulièrement intense en fin de journée à partir de 16h00 jusqu'à 19h00. Le phénomène a commencé juste après 19h00...




L'autoroute ainsi que la zone industrielle ont donc très bien pu fournir ces particules et la source de lumière vient peut-être de l'ancienne minoterie.




Le complexe Bonaventure est à l'arrière-plan sur la droite (en surbrillance)


Cordialement



Dernière édition par RayanOO le 30.03.12 22:01, édité 10 fois

hal9000

avatar
Modération
Modération
Lire aussi l'excellent dossier d'Elevenaugust sur les light pillars sur MO :
http://www.forum-ovni-ufologie.com/t11933-piliers-de-lumiere-light-pillars


_________________
Robert Alessandri, agitateur en ufologie
http://univers-ovni.com

RayanOO

avatar
Hal9000 a dit: Lire aussi l'excellent dossier d'Elevenaugust sur les light pillars sur MO :
http://www.forum-ovni-ufologie.com/t11933-piliers-de-lumiere-light-pillars
Très intéressant en effet!

J'ai passé toute la soirée d'hier à étudier ce cas. L'hypothèse des "light pilars" est peut-être la plus probable. Mais pour qu'elle soit validée, il faut trouver la source. Sinon, elle ne restera qu'une hypothèse parmi d'autres.

1 - Les projecteurs de la grue du chantier du 1000 de la Gauchetière Ouest ? Nope, car, la police a bien demandé leur extinction et la fin du phénomène n'a pas suivi.

2 - La piscine ? Le phénomène était bien visible de l'hôtel Bonaventure mais si on se fie aux reconstitutions, il n'était pas du tout à la vertical de l'hôtel. De plus un témoin a bien affirmé qu'il l'avait bien vu de la rue Saint-Sulpice (située pas très loin dans le Vieux-Montréal) (voir vidéo plus bas à la 4:50) entre l'église et la bâtisse qui bordent la rue.



L'orientation de cette rue ne permet pas du tout de considérer la piscine comme étant la source.

3 - La fameuse enseigne du Five-Roses? La couleur (un rouge-orangé) de l'enseigne, sa puissance exceptionnelle ainsi que sa position pas trop éloignée du site plaident en sa faveur. Mais encore une fois les témoignages semblent exclure cette piste (problèmes d'orientation).

4 - La discothèque de Ville-Marie ? Les policiers l'auraient facilement identifiée comme étant la source.

Reste à mettre la main sur l'analyse de R.Haines.

La piste de l'aurore boréale est aussi à considérer. Les phénomènes lumineux ici ne sont pas rares. Il y a deux mois nous avons eu dans les Laurentides une panne d'électricité générale qui a duré deux jours et deux nuits. On pouvait voir dans le ciel des changements de couleurs très impressionnants s'opérer au dessus des nuages et directement au dessus de nos têtes. Aucune source d'origine terrestre ne pouvait être la source de ces phénomènes.


Cordialement et bon w-e à tous!

Invité


Invité
2 - La piscine ? Le phénomène était bien visible de l'hôtel Bonaventure mais si on se fie aux reconstitutions, il n'était pas du tout à la vertical de l'hôtel. De plus un témoin a bien affirmé qu'il l'avait bien vu de la rue Saint-Sulpice (située pas très loin dans le Vieux-Montréal) (voir vidéo plus bas à la 4:50) entre l'église et la bâtisse qui bordent la rue.
Bonjour,
Cela ne marche pas ainsi àmha. L'ensemble light pillars est vu par un observateur comme à peu près au milieu de la distance entre cet observateur et la source lumineuse du LP. En conséquence, un observateur éloigné de la source (si celle-ci était l'éclairage de la piscine) ne verra pas le LP "comme au-dessus" de l’hôtel, mais grosso modo entre l’hôtel et là où lui-même se trouve. C'est du moins ce que j'ai compris pour ce genre de LP "zénithal".

De plus, tu oublies surtout de discuter ce qui est présenté dans le document et qui amène les investigateurs à pencher pour "la piscine" comme la source très probable au LP : il y a six spots lumineux autour de la piscine, arrangés en demi-cercle, de différentes puissances apparentes du fait d'orientations légèrement différentes et d'où est prise la photo par hélicoptère. OR, selon les chercheurs, le diamètre angulaire, comme les points lumineux de l'ovni sont compatibles avec la taille et l'arrangement des spots lumineux de la piscine. C'est cela principalement qui semble les amener à conclure que l'éclairage autour de la piscine était la source lumineuse du LP.

Pour la taille angulaire (je ne copie colle pas tout) :

This gives 1,083 m for the minimum and 1,312 m for the maximum distance between the camera and the phenomenon. To obtain the size of the phenomenon we have to multiply these distances by 1.079 and divide the result by 50. We get 23.4 and 28.3 m. In other words, not that far away (compared to 585 and 1,504 m) from the average length of a swimming pool (the pool at the Hilton hotel being "about 15 metres long", according to a traveller's review on http://www.tripadvisor.com).

"MATCH".

Pour l'arrangement des spots de la piscine et la forme de l'ovni (idem) :

The pool lights visible in the helicopter shot from the CBC news item, are six in number. They are arranged in a semi circle and are not all equally bright. These variations in intensity are probably due to the fact that each of the lights reaches the camera under a different angle. It is also quite likely that the lights are mounted on an inclined pool surface, meaning that some lights will be deeper under water than others. The three lights visible on the UFO pictures display a similar appearance as the ones in the helicopter shot and are also positioned on one side of an imaginary circle (or oval).

According to a line drawing made from a high quality print of the first picture, there are three more lights visible in the original document, two of which are located on the opposite side of the "oval body" and one at its lowest point. Apparently, these lights are very faint because they do not appear in the colour reproductions that are inserted in the report. Moreover, the positions of the two opposite lights, as sketched by H & G, suggest that they may have been caused by internal camera reflections of the two brightest lights in the picture.

"MATCH".

Cordialement,

Gilles.

RayanOO

avatar
Bonjour Gilles F,

Gilles F a dit: Cela ne marche pas ainsi àmha. L'ensemble light pillars est vu par un observateur comme à peu près au milieu de la distance entre cet observateur et la source lumineuse du LP.En conséquence, un observateur éloigné de la source (si celle-ci était l'éclairage de la piscine) ne verra pas le LP "comme au-dessus" de l’hôtel, mais entre l’hôtel et lui-même. C'est du moins ce que j'ai compris.
Je pense que tu as mis le doigt sur le "bobo". Le problème est là. Prenons pour hypothèse que le témoignage de la rue Saint-Sulpice n'est pas crédible (en fait, c'est lui seul qui pose problème pour l'hypothèse de la LP + Enseigne hyper-puissante). Les témoins principaux étaient dans la piscine (qui est surélevée et c'est un point idéal d'observation). Si cette dernière avait été la source du LP, ces derniers l'auraient vu exactement au-dessus d'eux en levant très haut la tête. Or, d'après les reconstitutions, les témoins regardent clairement vers le sud de l'île indiquant clairement que le LP était bien plus au sud. On peut prendre comme référence le gratte-ciel de la Bourse (tour noire) qui est un peu plus au sud-est de l'hôtel. (c'est d'ailleurs la vue que j'ai de mon bureau...)


Et au sud, on trouve justement l'enseigne lumineuse. D'ailleurs, le phénomène semble avoir lieu à mi-chemin...


Il faut bien sûr prendre la Tour de la Bourse comme référence. Le gros bidule rouge que j'ai placé, devrait être probablement encore plus haut en altitude.

De plus, la zone industrielle + l'autoroute + le fleuve St-Laurent qui ont probablement participé au spectacle en créant les micro-particules nécessaires pour le LP sont aussi au sud et le phénomène semble avoir eu lieu au milieu de cette zone. Pour moi, il y a un match parfait et a priori tout concorde parfaitement. Cette piste est très crédible (couleur des lumières, les faisceaux correspondraient à ce moments aux lettres de l'enseigne qui je le rappelle était très puissante), d'ailleurs quand on regarde de plus prêt la photo, on a vraiment l'impression que ce sont les lettres déformées de l'enseigne (qui est sur deux niveaux) qui se sont regroupées en deux spots. Vraiment, c'est un candidat qui est àmha très potentiel.



Bien sûr, il faudra confirmer les différentes hypothèses et notamment la position apparente de l'objet. Pour ce faire, je suis à la recherche de l'étude de R.Haines qui semble difficile à trouver.

Cordialement,

PS 1: Et dire qu'au début du fil, je n'aurais jamais pensé que les LP pouvaient avoir une origine artificielle... On apprend tous les jours... Merci à tous!


PS 2: Pour l'orientation sur l'Île de Montréal, elle est un peu spéciale, quand on parle du sud de l'île, ce n'est pas le sud géographique...mais plus le sud-est et le nord de l'île étant le nord-ouest. Assez déroutant quand on ne le sait pas...

Invité


Invité
Si cette dernière avait été la source du LP, ces derniers l'auraient vu exactement au-dessus d'eux en levant très haut la tête. Or, d'après les reconstitutions, les témoins regardent clairement vers le sud de l'île indiquant clairement que le LP était bien plus au sud.
Bonsoir,
Peux-tu présenter s'il te plait les sources de ces reconstitutions? Je ne connais pas celles-ci désolé et je ne les trouve pas Embarassed
Car dans l'émission Québécoise pour le 4ème anniversaire de l'incident, un des témoins (un gars de la sécurité je pense?) est interviewé à la piscine de l'hôtel, et semble plutôt désigner et pointer plutôt (pas trop le temps de regarder ce soir et surtout écouter - en famille -) "à la verticale" de celle-ci (par exemple, vers 3' dans la vidéo suivante).
http://archives.cbc.ca/science_technology/unexplained/topics/725-4366/
Cordialement,
Gilles

nablator

avatar
Administration
Administration
Gilles F a dit: Cela ne marche pas ainsi àmha. L'ensemble light pillars est vu par un observateur comme à peu près au milieu de la distance entre cet observateur et la source lumineuse du LP.En conséquence, un observateur éloigné de la source (si celle-ci était l'éclairage de la piscine) ne verra pas le LP "comme au-dessus" de l’hôtel, mais entre l’hôtel et lui-même. C'est du moins ce que j'ai compris.
Euh non, les piliers verticaux sont vus pile au dessus de la source lumineuse. Les cristaux de glace, eux, sont situés à la moitié de l'altitude apparente du phénomène lumineux.

Il semble bien que le phénomène était à la verticale de la piscine : il a été bien cadré et photographié en posant un appareil photo à plat au sol (ou sur un banc ? alors ce n'était peut-être pas à l'horizontale.)

Aussi :
November 7, 1990. It's about 7:15 in the evening. An American woman tourist is swimming in the outdoor rooftop pool on the 17th floor of the International Hilton Bonaventure Hotel in downtown Montreal, when she notices a strange lighted object in the night sky. The object is directly overhead and looks like "an oval shape with a yellowish colour".
http://www.caelestia.be/montreal.html

http://nabbed.unblog.fr/

RayanOO

avatar
Bonjour Gilles F,

Voici le lien:



C'est un programme de Canal D. C'est une chaîne qui a pour habitude de faire des émissions très correctes et des reconstitutions en général assez réalistes.

Bien sûr, je ne fais que spéculer sur l'enseigne (hyper-)lumineuse comme origine possible du phénomène mais, la reconstitution si elle est fidèle pousse en ce sens. Le présentateur dit clairement (à la 0:50) que le phénomène s'est déplacé de la tour de la Bourse (la tour noire) vers l'hôtel. La tour se trouve entre l'hôtel et la minoterie.



Selon la reconstitution, les témoins qui se trouvent au bord de la piscine se déplacent vers le coin sud de ls terrasse



Dans cette reconstitution, tous les témoins regardent vers le haut et vers le sud (de l'île)

De plus, l'impact des vagues et des gens qui s'y baignaient sur la modulation de la luminosité des projecteurs (sous-marins) de la piscine auraient été visible et même amplifié par le phénomène. De plus, personne n'a eu la présence d'esprit d'éteindre les lumières de la piscine...Tout ceci exclut apparemment la piscine comme étant la source.


Un autre élément qui pourrait exclure la piscine comme la source (ainsi que l'enseigne de la minoterie d'ailleurs), c'est Bernard Guénette lui-même (du Mufon) qui indique avoir vu le phénomène entre les bâtiments de la rue de Saint-Sulpice juste au coin de la Place d'Armes (ceux qui ont été à Montréal connaissent ce coin touristique à coup sûr...) (voir ton lien sur la CBC à la 4:38). L'orientation de la rue ne le permet tout simplement pas (Google Earth peut aider à comprendre mon point)


Et moi qui ai toujours pensé qu'on avait eu affaire cette nuit-là à un simple phénomène magnétique (ce n'est pas le cas car pas d'activité solaire ce jour-là)... Ça a l'air beaucoup plus complexe qu'à prime abord...

========================================



J'ai retrouvé l'analyse de Bernard Guénette et de Richard Haines. Elle cite aussi clairement d'autres phénomènes qui auraient eu lieu cette nuit-là...

La voici: http://ufoupdateslist.com/2007/feb/m04-011.shtml

Haines, Richard, Dr.

A well-known research scientist, Dr Richard Haines has three
degrees in psychology from the Pacific Lutheran College, Tacoma,
Washington and Michigan State University, and further education
in Engineering from the University of Washington, Seattle, as
well as an FAA Pilot Ground School Certificate. Recently
retired, his past employment includes posts with the National
Research Council, Boeing Airplane CO. and at NASA's Ames
Research Centre, where he served as Chief of the Space Human
Factors Office and as a research scientist, Life Sciences
Division, as well as for the Research Institute for Advanced
Computer Science.

Dr Haines directed 'focused human vision research' for the
manned space programme, spacecraft window design for the Space
Station Freedom programme, and 'visual cue extraction from the
real world' during landing by pilots of commercial aircraft. In
1989 he was appointed Project Manager for NASA's Remote Coaching
Facility, which he helped design and develop. This facility is
engaged in defining teleoperational concepts, transmission
bandwidth requirements, and other telescience needs for carrying
out future operations on the Space Station Freedom.

Dr Haine's four US patents include designs for a visiual
examination apparatus for glaucoma and a simulator scene display
evaluation device. He is the author of numerous articles in
scientific journals and has produced three NASA technical films.
He has edited 'UFO Phenomena and the Behavioral Scientist'
(1979)1 and is the author of 'Observing UFOs' (1980)2,
'Melbourne Episode: Case Study of a Missing Pilot' (1987)3; and
'Advance Aerial Devices Reported During the Korean War (1990)4
(available from LDA Press at PO Box 880, Los Altos, California
94023-0880).

Dr Haines has made several scientific research trips to the
former Soviet Union in order to discuss UFOs, and a report on
his meetings with scientists (including those from the USSR
Academy of Sciences) appears in 'The UFO Report 1992' by Timothy
Good.5

In 1991, together with Russian colleagues, he founded the Joint
USA-CIS Aerial Anomaly Federation.


Guenette, Bernard

Bernard Guenette is a professional computer graphics expert and
author, who lives in Montreal. A member of MUFON, he has been
interested in UFOs for many years, and was fortunate to witness
the object over Montreal on the night of November 7, 1990.

---


A Large Stationary Object Above Montreal by Dr. Richard Haines
and Bernard Guenette

This article describes the background and analysis of two colour
photographs and numerous eye-witness descriptions of an
angularly large stationaryl aerial object seen on November 7,
1990 between about 7:30 p.m. and 10:00 p.m. EST, as it hovered
over the downtown area of Montreal, Canada.

Although the huge object was seen by between forty and
seventy-five people (including policemen) standing on the
rooftop of the International Hilton Bonaventure Hotel, and at
ground-level within a large area, and was photographed by a
newspaper journalist on the hotel's rooftop, there was no
official follow-up nor very much interest shown in the event by
government officials.

The orginal 35mm colour negatives and positive colour negatives
and positive colour prints were subjected to microscopic
examination and to computer-based enhancements of various kinds.
They were also related to the drawings and narrative
descriptions of the object made by many eye-witnesses.

The Initial Sighting Over Montreal on Wednesday, 7 November
1990, the sun set at 4:28 p.m. local (EST) time. (All times
cited are p.m. Eastern Standard Time, unless noted otherwise.)
The air was clear and cold. But a high relative humidity near
the ground of approximately 95 per cent gradually turned into a
thin haze extending from the ground to an altitude of several
thousand feet. There were only a few scattered clouds present at
between 5,000 and 8,000 feet.

At 7:30, co-author Bernard Guenette and a Mr. P. Lachapelle were
in Old Montreal walking near the corner of Sainst-Sulpice Street
and Rue de Bresolles, about ten city blocks east-south-east from
the Hilton. They noticed many fire-trucks, police cars and other
emergencyl vehicles, and a commotion nearby which blocked the
road; a practice fire alert was underway. Bernard happened to
glance directly upward and saw a small greenish Aurora
Borealis-like phenomenon with long streamers extending out from
it, which did not move during the thirty to sixty seconds they
looked at it. Both men felt that the phenomenon was at a very
high altitude.

All of the other orginal eye-witnesses to the object were
located on the seventeenth-floor rooftop of the International
Hilton Bonaventure Hotel (hereafter referred to simply as the
Hilton) in central downtown Montreal, which boasts an outdoor
heated swimming pool and other facilities. An American woman
tourist was swimming in the pool, and she was the first to sight
the strange lighted object, directly overhead in the night sky,
at about 7:15. Later, she described it as having an oval shape
with a yellowish colour. She then notified Mrs. L.S.P., the
hotel's pool lifeguard, who alerted the hotel's security
officer, Albert Sterling, at about 7:30. He arrived at about
7:35 and also looked up at the large object hovering in the
'almost cloudless sky', and soon (7:38) telephoned the Montreal
Urban Community Police Station No. 25 for assistance. His first
impression was that it was 'fallen debris from the sky, a
satellite or other space object'. He also tried to call the
Montreal Dorval International Airport to ask what the object
could be, but the line was busy.

Meanwhile, between 7.30 and 7.35, Mrs. L.S.P. called La Presse
newspaper office and also urged other guests to come outside to
look at the apparition. Mr Sterling said that the object ws
situated over the south-east corner of the pool and that there
were about twelve people present at that time. There were about
twelve people present at that time. There were as many as
seventy-five people present during the entire period the object
was visible, according to Mrs. L.S.P. At 7.55, after the object
became brighter, Mr Sterling telephoned the Police Station a
second time.

At 8.00, Marcel Laroche, the first of three journalists to be
involved, arrived from the newpaper La Presse.

Officer F. Lipp=82 of the MUCP was dispatched at 8.07 and arrived
at about 8.11. He spoke with Mr Sterling and looked at the
object himself. Later (in MUCP file #25-901107-059), he
described what he saw as three yellowish lights, from each of
which a single beam of light emanated. The object itself was
luminous and round and did not appear to move.

Officer Lipp=82 Mr Laroche and Mrs L.S.P. all saw a small
('Cessna-type') private aircraft fly directly beneath the clouds
and much farther below the object. Officer Lipp=82 felt that the
object was '...much higher than the plane' and Laroche estimated
that the aircraft was at an altitude of 1,200 feet above ground
level (AGL). Mrs L.S.P. and Mr Laroche referred to the aircraft
as 'miniscule' in relation to the aerial object. (non-scheduled
private aircraft must maintain a vertical clearance of at tleast
1,000 feet above the highest obstruction within a lateral radius
of 2,000 feet. Mount Royal, with an altitude of 1,199 feet, is
the highest point near downtown Montreal and is located 1.3
miles north-west of the Hilton. It has radio and tv antennas on
its top so that the minimum legal flight altitude is 1,200 feet
AGL. In addition, private aircraft may not fly above 2,000 feet
altitude unless the plane is 'instrument flight rules' (IFR)
equiped and the pilot is rated to fly in 'instrument
meteorological conditions (IMC), due to potential interference
with air traffic to and from Dorval Airport. Most private pilots
between 1,500 and 1,800 feet.)

Jules Beliveau, another La Presse journalist, received a letter
(dated 8 November 1990) from a Fran=87ois Chevrefils who said that
his friend (Mr Jean --) witnessed the object sometime between
7.30 and 8.00 from his small plane. Although he completed a
MUFON sighting form, he declined any further interviews, and may
not have been the pilot of the small aircraft that was seen.

At 8.15, a mother and her daughter drisving on Champlain
Boulevard in south-west Montreal, near the Douglas Hospital,
reported seeing two large white spots of light in the sky along
with a number of smaller lights which did not appear to move and
were silent. This sighting location is about 4.2 miles
west-south-west from the Hilton.

Officer Lipp=82 telephoned Sgt Masson at 8.20 for back-up and at
8.30, Masson arrived on the Hilton rooftop. Overwhelmed by the
appearance of the object, Masson Called the Royal Canadian
Mounted Police (RCMP) at 8.44. Inspector Minkoff of the RCMP
said that Inspector Morin would be assigned to handle the case.
Meanwhile, Officer Lipp=82 telephoned the MUCP's District
Director, Denis Pare, who immediately telephoned the RCMP for
'in situ assistance'. Lipp=82 also called the control tower at
Dorval International Airport.

He was informed (at 8.52) that he was not the first to call
about the strange objecst and that nothing was seen on the
airport radar. Almost simultaneously, Sgt Letendre, telephone
operator at the RCMP Operations Centre, also called the Dorval
airport and was reffered to the Flight Path (Plans de Vol)
Department.

Mr Laroche returned to his car for his personal 35 mm camera
between 8.30 and 8.45 and returned to the rooftop of the Hilton.

At 9.00, Mr B=82liveau and Robert Mailloux, both La Presse
journalists, arrived at the Hilton. Late, Mr B=82liveau described
seeing what is sketched in Figure 4. Because of the earlier
telephone call by Sgt Masson for more assistancem Denis Pare
arrived at 9.00. Investigator Morin of the RCMP was also
dispatched to the scene. However, before leaving his home, he
called Major Thompson (commander of military operations of
Canada's Department of National Defence - St. Hubert base) to
discover whether or not military operations were being held in
the area. He was told they were not.

The Photographs It was between 9.00 and 9.05 when Mr Laroche
took the first of several photos with his camera. When he
realised that the conditions were so dark that the photograph
might not come out, he called a photographer at La Presse, using
his cellular telephone, for advice, and was told to stabilise
the camera on a bench near by and to use a 30-second manual
exposure. The second exposure was taken about two or three
minutes later. Co-author Bernard Gu=82nette contacted Mr Laroche
on 8 Aprile 1991 in order to inspect the photographs and
negatives. Mr Laroched said, 'I have received no communications
from any officials - Defence Department, RCMP or Montreal UCP -
about any aspects of this event.' Mr Laroche was employed by La
Presse as a journalist and not as a photographer and, therefore,
owns all rights to the photographs he took. Nevertheless, he has
not tried to capitalise on this fact to date. Mr Laroche mailed
Dr Haines frames containg the two UFO photos, as well as some
additional (unrelated) frames from the same roll of film.

One of the two photographs was published with an article in an
edition of La Presse, which stated: 'Mr Sterling described some
clouds in the sky. The lighted object had six lights on the
perimeter of a large circle with a ray of light emmitted from
each one. Most witnesses described the rays as white, while some
also claimed they saw blue, yellow and red lights. 6

Further Developments Having been called at his home, RCMP
Faction Officer, Inspector Luc Morin (General Inquiries
Department, RCMP), arrived at the Hilton at 9.30 and also saw
the object; his description is very similar to that shown in
Figure XX. At about this time, all three journalists left for
their offices at La Presse to write the articel which appeared
on 8 November. Personnel from the Quebec Provincial Police (QPP)
and the Canadian Security Service (CSIS) may also have been
present along with the RCMP and MUCP, according to a witness who
was qualified to make this observation.

Also present on the rooftop at 9.40 was another Hilton Hotel
guest, an Air Canada Pilot. He remarked that he estimated the
altitude of the object was between 8,000 and 10,000 feet,
although the cloud ceiling was at about 3,500 feet at the time.

Thoughtfully, Officer Lipp=82 contacted the superintendent of a
forty-five-story commercial building being built across the
street to the west of the Hilton (at 1000 de la Gaucheti=8Are) to
turn off all the intense lights which were located on the top of
a construction crane. As was expected no inluence was noticed on
the appearance of the object when these lights were extinguised.
There is no possibility that the object was a direct or indirect
result of these construction lights shining upward on to the
bottomof clouds due to the very great difference in cloud base
height above the top of the building. Likewise, the calculated
angle (from vertical) from the top of the Hilton to the top of
the forty-five-story commercial building was about 60 degrees,
which is much lower than the object.

As Officer Lipp=82 was telephoning Lt Proulx of the MUCP's Survey
(monitoring) Department at 9.45 for a video camera to be brought
to the Hilton, Officer O'Connor arrived from the MUCP's Judicial
Identity Department in order to take photographs with his 35mm
photographic camera. (Officer Michel Cote of the MUCP Survey
Department arrived at the hotel at 10.20 with a camcorder but
the object was no longer visible, so he left again). No
photographs were taken, however, because 'the clouds were too
thick', even though the object was still faintly visible to the
eye. He did not try to obtain a low-contrast image using a very
long exposure (as the journalist had successfully managed to
do).

Investigator Morin telephoned the Montreal Headquarters of the
RCMP at 9.58, some twenty-eight minutes after he first saw the
object, to request more assistance in order to 'solve this
mystery'. Morin stated that the object disappeared from sight at
about 10.10, due to increasingly dense cloud cover. If true,
this suggests that the object remained at a constant altitude
while the cloud base became lower and lower, but this is
impossible to verify. The cloud base was about 3,600 feet above
ground level (AGL), very opaque, and from 4,000 to 5,000 feet
thick, when the object was last seen. Mr Sterling later
estimated that by about 10.00, the object had moved to a
position above the north-west corner of the pool. Inspector
Morin left the Hilton at 10.10; the MUCP policeman left at
10.30.

Mr Sterling's estimate of the visual (angular) size of the
object's body (see fig XXX) is inconsistent with his statement
that the object moved from the south-east to the north-west
corner of the pool during the course of the entire sighting
period. If the object was at an altitude of even 3,000 feet and
subtended an angle of 20 degrees, it would be 1,058 feet across.
A horizontal movement of such a large object of only 65 feet,
the diagonal dimension of the swimming pool, is only 6 per cent
of the objects width. This very small movement, extended evenly
over two-and-a-half-hour period, very likely would be
perceptually invisible. It is more likely that his estimate of
the objects position was in error and influenced by where he was
standing when he made these judgments.

A Mr Pierre Caumartin said that while he was driving home from
work between 10.30 and 11.00, he saw some 'very odd lights, a
strange luminous object in a boomerang shape low in the sky at
about the level of the clouds'. Its lights wwere 'very big and
strong'. He thought that it might have illuminated the interior
of his car. Upon arriving near his home in the eastern section
of Montreal, not far from the Longue-Pointe Military Base, he
watched the object hover near the Hydro-Quebec Longue-Pointe
power station, which receives 12,000 volts of electricity. When
he got out of his car, he heard a 'purring' sound, and thought
the object was a dirigible with only a gondola visible below the
cloud base. His total sighting lasted from ten to fifteen
minutes.

The Longue-Pointe Military base is the largest military base of
the Montreal Canadian Forces Garrison, with forty-eight regular
units and detachments, of about 1,900 persons, twenty-five
reserve units with 3,000 persons and ninety-seven cadet corps
with 7,500 persons. It also supports three military schools. No
one at the base could be found who saw the aerial object on
November 7.

A power failure (hors tension) was experienced between 11.08 and
11.50 at the Longue-Pointe Military Base. The base is recieves a
12,000 volt feed from the Hydro-Quebec Longue-Pointe power
station. It is the only one which broke down on November 7 1990
between 11.08 and 11.50. A check of the operating records of
telecommunications networks, amateur radio operators and
telephone circuits during the evening of November 7 1990 did not
uncover any unusual malfunctions.

In summary, all of the professionally trained eye-witnesses
inspected the luminous, stationary object for between one and
two-and-a-half hours; yet no one was able to obtain any
photographic, magnetic, radio frequency, microwave radiation or
other 'hard' evidence of the aerial object, or even request that
an aircraft be sent up to investigate. One has to ask how long
an unusual aerial phenomenon must remain stationary and in plain
sight in order to evoke an adequate scientific and/or technical
analysis response. This is yet another reason why traditional
science has not become involved in UFO studies.


nablator

avatar
Administration
Administration
La reconstitution ne respecte pas les témoignages. C'était bien directement au dessus de la piscine, et le seul mouvement de déplacement décrit, du coin sud-est au coin nord-ouest de la piscine aurait été imperceptible selon Haines & Guénette. Merci pour l'extrait du rapport, je le cherche aussi depuis longtemps.

P.S.
En Googlant un peu, je découvre que le rapport Haines-Guénette est reproduit dans Alien Update de Tim Good (ed.), pp. 95-123.

Si vous voulez un scan, MP.

http://nabbed.unblog.fr/

Invité


Invité
Re,
Hum, les reconstructions pour les émissions TV, j'ai un peu du mal... Pas top ici.
Pour le reste, c'est bien ce qui me semblait.
La baigneuse et témoin premier de l'ovni :
an American woman tourist was swimming in the pool, and she was the first to sight the strange lighted object, directly overhead in the night sky, at about 7:15.
Directement au-dessus (de la tête) donc d'où elle nage (la piscine).
QED.
Pareil, le déplacement indiqué par le commentateur à 0'50'' est peu réaliste et surtout peu respectueux des témoignages. Sinon, on retrouve "l'effet de boule suiveuse" dans le dernier témoignage (car le témoin se déplace en voiture, tout prosaïquement).
Quoi qu'il en soit, l'hypothèse prosaïque et fort réaliste, explicative, des Light Pillars n'est même pas évoquée, ni présentée ou discutée dans l'émission présentée par C. Rousseau et J. Legros, avec G. Bourdais comme "expert" de l'affaire. C'est tout ce qu'il fallait pointer Wink
That's ufology !

Merci pour le lien UFO Updates, Jojo.

Cordialement,

Gilles

Invité


Invité
nablator a écrit:
Il semble bien que le phénomène était à la verticale de la piscine : il a été bien cadré et photographié en posant un appareil photo à plat au sol (ou sur un banc ? alors ce n'était peut-être pas à l'horizontale.)
Aussi :
November 7, 1990. It's about 7:15 in the evening. An American woman tourist is swimming in the outdoor rooftop pool on the 17th floor of the International Hilton Bonaventure Hotel in downtown Montreal, when she notices a strange lighted object in the night sky. The object is directly overhead and looks like "an oval shape with a yellowish colour".
http://www.caelestia.be/montreal.html

Pardon Nab, je n'avais pas lu ta réponse. Embarassed
En effet, le témoignage de la baigneuse indique "directly overhead", même dans le lien UFO updates que je citais "moi" et que je répercutais aussi suite au quote UFO Updates de Jojo, ne t'ayant pas lu.
Pareillement pour la prise de la photo, si ceci est exact.
On pointe vers la piscine comme source lumineuse encore au L.P.

Ceci dit, encore une fois, il s'agissait de montrer qu'il était plutôt dommageable, voire lamentable, que cette hypothèse des HP, la plus explicative et la plus vraisemblable pour élucider ce cas, n'a même pas été présentée ou évoquée dans l'émission ou par l"ufologue Gildas Bourdais (on l'a coupé au montage ?!?!^^).

Cette petite anecdote montre encore une fois que ces ufologues fort médiatiques sont en fait parfois peu renseignés sur certaines affaires, mais continuent à faire illusion d'expertise. That's ufology.

RayanOO

avatar
Nablator a dit: Merci pour l'extrait du rapport, je le cherche aussi depuis longtemps
il n'y a pas de quoi! Smile

Gilles F a dit: Pareil, le déplacement indiqué par le commentateur à 0'50'' est peu réaliste et surtout peu respectueux des témoignages.
En fait c'est basé sur le témoignage de l'agent de sécurité qui l'a vu pour la première fois à 7;35. La position de Sterling et de la maître-nageuse Line Saint-Pierre sont pour le moins contradictoires. Qui dit vrai ? Shocked

Mais bon, je pense aussi qu'il faut fouiller un peu plus. Ce qui m'ennuie c'est le témoignage du même Bernard Guénette qui situe l'objet à un endroit qui ne va pas du tout avec les deux sources potentielles du LP Shocked

Pour finir, je vous avoue que j'ai beaucoup de mal avec l'hypothèse de la piscine comme étant la source (pour toutes les raisons listées plus haut).

Surtout, les fluctuations de la luminosité auraient été visibles dans le phénomène. Si vous avez nagé dans une piscine éclairée vous savez exactement de quoi je parle.

Pour moi, la source la plus probable reste l'enseigne ultra-lumineuse de l'ancienne minoterie (de couleur rouge orangé comme dans la photo).

Mais bon, il y a au moins une explication qui fonctionne Smile. N'est-ce pas ?

Si on oublie ce que R.Haines et Bernard Guénette ont rapporté sur les autres événements ayant eu lieu cette nuit Shocked , le cas n'a donc pas grand chose de spécial.

Merci pour le lien UFO Updates, Jojo.
C'est avec grand plaisir Very Happy

Cordialement et bon w-e!,

PS 1: Je pense être en mesure d'entrer (assez vite?) en contact avec un témoin direct. J'y travaille.






Dernière édition par RayanOO le 01.04.12 1:42, édité 6 fois

RayanOO

avatar
Témoignages recueillis sur Radio-Canada le lendemain:



et ici: Entretien téléphonique de Sylvain

http://www.ovni-quebec.info/2010/09/ovni-cercle-lumineux-au-dessus-de.html



Cordialement,

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 3]

Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum