UFO SCEPTICISME
Avertissement : UFO SCEPTICISME est un forum indépendant de toute association, groupe, structure, traitant du phénomène ovni.

Son administration se démarque et condamne fermement les activités prosélytes de partisans d'hypothèses exotiques non testables, non vérifiables à propos des PAN.

Avant l'inscription, merci de lire le règlement de l'hébergeur et le règlement particulier du forum. Pour cela, voir la rubrique "A lire avant de s'inscrire ou de poster".

Aucune inscription n'est plus acceptée sans l'adresse mail du fournisseur d'accès internet. Les adresses mail restent totalement confidentielles.
Les adresses mail alternatives ne donneront plus lieu à validation de l'inscription.

Pour que l'inscription soit pérenne, le nouvel inscrit doit poster au moins un message dans les 8 jours après la validation de celle-ci.

Le forum UFO SCEPTICISME privilégie la participation par rapport au nombre d'inscrits.

UFO SCEPTICISME

UFOLOGIE ET SCEPTICISME


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

UFO SCEPTICISME  » ACTUALITÉS SCIENTIFIQUES ET PHOTOS DE L'ESPACE » Preuve d'eau sur mars : Encore une supposition présentée comme une certitude

Preuve d'eau sur mars : Encore une supposition présentée comme une certitude

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

Rosetta


Administration
Administration
Beaucoup d'articles font état d'une preuve d'eau sur la planète Mars à partir de l'analyse d'une météorite trouvée en antarctique.

Or,

"On peut se demander, bien sûr, si ces microtunnels ont été formés sur la Terre au lieu de Mars, après que le rocher soit tombé sur l'Antarctique. La NASA reconnaît devoir prendre en considération cette hypothèse et assure que d'autres études de ces météorites devraient continuer ..."

http://www.eparsa.com/index.php/technologies/sciences-technologies/item/2708-une-meteorite-trouvee-en-antarctique-suggere-la-presence-d-eau-sur-mars.html

Il vaut mieux attendre des preuves certaines plutôt que d'absorber des annonces sensationnalistes.


_________________
Conclusion d'un exoticien : "S'il n'y a pas de preuves c'est qu'on nous les cache". 
Question d'un sceptique : "Si les preuves sont cachées comment sais tu qu'il y en a ?"

edengenesis


Merci pour cette info.

Sur le site de Futura-Science on peut lire qu'il coulerait parfois de l'eau saumâtre dans l'hémisphère Sud de la planète Mars.

Futura-Science a écrit:Loin d’être une planète desséchée et inerte, Mars renferme de grandes quantités d’eau, principalement de la glace, comme l’ont révélé orbiteurs et rovers. Aujourd’hui, sa surface se montre encore dynamique au gré des saisons, comme en témoignent les apparitions et disparitions récurrentes de traces sombres sur les pentes de certains cratères. Un phénomène qui ravive les questions sur l’éventuelle existence d’eau liquide, probablement salée, à sa surface.

Souce : http://www.futura-sciences.com/magazines/espace/infos/actu/d/astronautique-eau-saumatre-coulerait-parfois-mars-52253/

Superman


Je préfère demander l'avis à la meilleure spécialiste mondiale de Mars, Française d'ailleurs. Rosetta vous tiendra informée.

Superman


Le chemcam fabriqué en France par Thales pour le compte du CNES est ce qui a permi de determiner la quantité d'eau dans le sol martien, et il y en a bien:

http://www.space.com/22949-mars-water-discovery-curiosity-rover.html

Les photos
http://www.space.com/12542-mars-water-photos-red-planet-images.html

Le chemcam

CHEMCAM (« CHEMistry CAMera ») est un instrument qui permet d'analyser à distance la nature, la composition et l’état d'altération des roches. Il utilise pour la première fois sur un engin spatial la technique d'analyse spectroscopique induite par ablation laser : un laser pulsé tire sur la roche à analyser provoquant la fusion de sa couche superficielle et générant un plasma. La lumière de désexcitation émise dans le visible et l'ultraviolet est collectée par un télescope et envoyée à des spectromètres qui établissent la composition chimique élémentaire de la roche. Avec une portée de 7 mètres, cet instrument permet d'analyser rapidement plusieurs échantillons de sol ou de roche et de déterminer s'il y a lieu de poursuivre l'analyse avec d'autres instruments. De plus son utilisation consomme relativement peu d'énergie. CHEMCAM est composé d'une partie optique montée au sommet du mât du rover et de trois spectromètres abrités dans le corps du rover avec la majorité de l'électronique. La partie optique comprend le laser qui envoie des impulsions venant frapper la cible sur un diamètre de 0,3 à 0,6 mm durant 55 nanosecondes pour effectuer des mesures par le procédé LIBS (Laser-Induced Breakdown Spectrometer). De 50 à 70 impulsions successives sont nécessaires pour obtenir une analyse spectrale correcte de la roche. L'optique de 110 mm utilisée pour viser la cible avec le laser permet de recueillir l'image renvoyée et de la transmettre par fibre optique aux spectromètres. Les spectromètres analysent la lumière sur une bande allant de 240 à 850 nm avec une résolution de 0,09 à 0,3 nm. La partie optique comprend également une caméra (Remote Micro-Imager ou RMI) fournissant une image du contexte de l'échantillon analysé. Commandé au CNES par la NASA, la réalisation de CHEMCAM a été confiée au CESR/Observatoire de Toulouse. Celui-ci a demandé au CEA (Plateforme Laser Nanoseconde pour applications Industrielles du Département de Physique et Chimie) de réaliser les études préliminaires et la mise au point. La partie optique de l'instrument a été développée par l'IRAP à Toulouse sur la base d'un laser développé par Thales36, sous financement CNES, tandis que les spectromètres et l'intégration de l'instrument sont placés sous la responsabilité du Laboratoire national de Los Alamos37.

Superman


Reponse d'une experte de la NASA

It's everywhere in the morphology (channels, gullies, rivers, debris-covered glaciers and the ice that is uncovered regularly at mid-latitudes by new impact crater, It's in the mineralogy (e.g., clays, sulfates), and composition of sediments.


CQFD. Avant de publier, il faut se renseigner.....

Rosetta


Administration
Administration
Merci Superman,

Et cet article aussi qui vient de paraître :
http://quebec.huffingtonpost.ca/2014/03/01/le-mystere-des-myrtilles-sur-mars-enfin-resolu_n_4889958.html


_________________
Conclusion d'un exoticien : "S'il n'y a pas de preuves c'est qu'on nous les cache". 
Question d'un sceptique : "Si les preuves sont cachées comment sais tu qu'il y en a ?"

nablator


Administration
Administration
Superman a écrit:CQFD
Personne ne doute qu'il y ait eu de l'eau liquide à la surface il y a des milliards d'années. La question est de savoir s'il en a eu plus récemment, voire encore de nos jours. Ça parait plausible, mais il n'y a pas encore de preuve directe. Comment on dit "circumstantial evidence" in French ?

http://nabbed.unblog.fr/

Superman


Preuves substantielles et prouvées lors de l'analyse spectroscopique de degagements gazeux par réchauffements laser du Chemcam dans tous les points étudiés et analysés.

Autrement dit, pas sous forme de rivières boueuses ou torrentielles, mais apparemment répartie uniformément à travers le sol Martien, hormis concentration sur les pôles. Mais l'eau est bien là.

Par ailleurs presence egalement d'eau sous forme de glace hors pôles relevés par les sondes martiennes lors d'impacts de cratères ...

oncle dom


nablator a écrit:
Superman a écrit:CQFD
Personne ne doute qu'il y ait eu de l'eau liquide à la surface il y a des milliards d'années. La question est de savoir s'il en a eu plus récemment, voire encore de nos jours. Ça parait plausible, mais il n'y a pas encore de preuve directe. Comment on dit "circumstantial evidence" in French ?
Et puis surtout, à l'heure où on sait détecter une seule molécule de pesticide dans une barrique de vin, "de l'eau" ça ne veut plus rien dire. Combien de molécules d'eau? Des molécules d'eau, on en a trouvé sur la lune, on en trouve dans les déserts terriens, on en trouverait partout, on doit en trouver sur Mars.

http://oncle-dom.fr/index.htm

Superman


Des glaciers sur Mars démontrant une concentration d'eau dans certaines conditions en tres grande quantité

http://geology.com/research/glaciers-on-mars.shtml
Fichiers joints
image.jpg
Vous n'avez pas la permission de télécharger les fichiers joints.
(202 Ko) Téléchargé 3 fois

NEMROD34


Modération
Modération
Je suis en train de finir de lire Mars la rouge, et je viens de commander les suites Mars la verte, Mars la bleu.
Et c'est carrément génial!  cheers 


_________________
NEMROD34 S.A.R.L de démolition minutieuse de foutaises.
Siret : 123456789
Capital: 3 millions de brouzoufs
Certifié sans chat (iso 21122012).

marcassite


Membre d'honneur
Membre d'honneur
Pour étayer la thèse d'un rôle prépondérant du CO2
et mineur de l'eau sur Mars :


Une expé avec glace carbonique et dune
qui explique les ravines martiennes :

http://www.youtube.com/watch?v=_CuK7bqa0zA

http://www.space.com/13855-martian-polar-gullies-mystery-carbon-dioxide.html

<lire aussi un geologue qui, comme moi, pense qu'un volcanisme violent , des tempetes violentes (érosion éeolienne) ; des variations de température sur la glace de CO2 provocant des charriages violents ou des explosions souterraines , des propriétés particulières du sol (poussière fine sur Mars) , etc ... suffiraient à expliquer bien des reliefs martiens sans faire appel
à des quantité d'eau fluviales ou océaniques.

Bref la thèse d'une Mars bleue prend l'eau au fil du temps en faveur d'une Mars blanche.

http://astronomy.swin.edu.au/sao/guest/hoffman/

nablator


Administration
Administration
Hum hum ?
http://www.nature.com/ngeo/journal/vaop/ncurrent/full/ngeo2412.html

http://nabbed.unblog.fr/

L.J. Silver




De nouvelles preuves tangibles de la présence d'eau sur Mars, selon cet article :


http://www.begeek.fr/curiosity-trouve-de-nouvelles-preuves-de-presence-deau-sur-mars-166681

marcassite


Membre d'honneur
Membre d'honneur
De l'eau ... mais pas liquide :

http://spaceref.com/mars/new-study-favors-cold-icy-early-mars.html

L.J. Silver



Bonjour à tous.
Il semble d'après l'article dont voici un extrait ci-dessous qu'il se soit formé des lacs sur Mars à une date géologiquement très récente.

"Paléo-lac gelé martien, figures tectoniques et érosives
Pierre Thomas
ENS Lyon - Laboratoire des Sciences de la Terre
Florence Kalfoun
25/02/2005

Découverte d'un paléo-lac gelé (ou paléo-mer)
Un très intéressant résultat vient d'être publié par l'ESA : il s'agit de la découverte d'un paléo-lac (ou d'une paléo-mer) gelé ne datant, d'après l'ESA, que de 5 millions d'années.


Résumons et commentons les propos de l'ESA. Il s'agit d'une « plaine plate » qui est couverte de blocs de forme irrégulière, qui rappellent les radeaux de glace dérivante qu'on voit en bordure des banquises terrestres. L'eau de cet ancien lac (ou mer) viendrait de la fonte lointaine (600 km au NE) de glace souterraine, arrivant ici par une séries de vallées de débâcles ( Athabasca Valles ), vallées de débâcles issues de fractures tectoniques ( Cerberus Fossae ). La fonte de cette glace souterraine serait due à une augmentation du degré géothermique local, augmentation liée à des phénomènes volcaniques. Toute cette région se trouve au Sud-Est du deuxième plus grand ensemble volcanique martien, la région d' Elysium et d' Albor Mons .
Cette eau a été collectée dans cette plaine basse de 900 sur 800 km. Comme cette eau commençait à geler et à former une banquise fragmentée et dérivante, la région a été recouverte de poussières ou de cendres volcaniques. Poussières et cendres sont tombées au fond du lac, mais ont recouvert les radeaux. Puis le lac a entièrement gelé.

Dans les millénaires qui suivirent, la glace non recouverte se serait largement sublimée. Mais la glace des anciens radeaux, protégée par quelques mètres de poussières se serait beaucoup moins sublimée. Pour diverses raisons dues à la topographie extrêmement plate de cette région et à la morphologie des cratères, l'ESA pense qu'il reste là (sous les radeaux et peut-être même ailleurs) de la glace à très faible profondeur.

Les deux cratères que l'on voit sont plus anciens que le lac, et auraient été des îles annulaires pendant le remplissage du lac.

Le comptage des cratères "perforant " cette couche "poussièro-glacée" (ils n'y en a pas !) indique que ce lac est très jeune. L'ESA avance un âge de 5 millions d'années (rappelons cependant que la chronologie absolue martienne est très discutée).

L'âge très jeune de ces écoulements avait déjà été proposé en 2002. (voir l' article de 2002 de Burr, McEwen et Sakimoto paru dans les Geophysical Research Letters).

Mais ces auteurs n'avaient pas eu la preuve de l'existence d'un lac avec banquise dérivante.

Le débouché d' Athabasca Valles était d'ailleurs un des nombreux sites proposés pour l'atterrissage des deux robots NASA actuellement en mission. Ce site avait été classé septième et donc non retenu, puisqu'il n'y avait que deux robots (voir la liste des sites d'atterrissage)
."

http://planet-terre.ens-lyon.fr/article/mars-express-2005-02-25.xml

marcassite


Membre d'honneur
Membre d'honneur
Dans la queste de liquide, encore une news ronflante développée dans ce fil :

http://ufo-scepticisme.forumactif.com/t5376-il-y-a-bien-de-l-eau-liquide-salee-sur-mars

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum