UFO SCEPTICISME
Avertissement : UFO SCEPTICISME est un forum indépendant de toute association, groupe, structure, traitant du phénomène ovni.

Son administration se démarque et condamne fermement les activités prosélytes de partisans d'hypothèses exotiques non testables, non vérifiables à propos des PAN.

Avant l'inscription, merci de lire le règlement de l'hébergeur et le règlement particulier du forum. Pour cela, voir la rubrique "A lire avant de s'inscrire ou de poster".

Aucune inscription n'est plus acceptée sans l'adresse mail du fournisseur d'accès internet. Les adresses mail restent totalement confidentielles.

Pour que l'inscription soit pérenne, le nouvel inscrit doit poster au moins un message dans les 8 jours après la validation de celle-ci.

Le forum UFO SCEPTICISME privilégie la participation par rapport au nombre d'inscrits.

UFO SCEPTICISME

UFOLOGIE ET SCEPTICISME


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

UFO SCEPTICISME  » LECTURES » Théorie des événements extraterrestres

Théorie des événements extraterrestres

Aller à la page : 1, 2  Suivant

Aller en bas  Message [Page 1 sur 2]

NEMROD34

avatar
Modération
Modération
PSYCHOLOGIE - Mulder et Scully n'ont pas tort, la vérité est parfois ailleurs. Les extraterrestres existent-ils? Vont-ils nous envahir? Sont-ils déjà parmi nous? Ce n'est pas à ces insolubles questions que le sociologue Arnaud Esquerre a cherché à répondre dans son dernier livre, Théorie des événements extraterrestres: Essai sur le récit fantastique. Il a mené l'enquête sur les seules choses tangibles qui restent de ces rencontres du troisième type: les récits qui en sont faits.

"Quelqu'un raconte avoir aperçu dans le ciel, de manière soudaine et inattendue, puis avoir perdu de vue, tout aussi subitement, une chose, qu'il ne reconnaît pas", raconte Arnaud Esquerre. "Ni un ballon, ni un avion, ni une comète, ni une planète, ni quoi que ce soit d'autre qu'il ait l'habitude d'observer en levant les yeux. Une chose qui l'amène à signaler, souvent, qu'il ne croit pas, malgré tout, aux extraterrestres." Voilà la trame immuable de ces récits.

Je ne crois pas aux extraterrestres mais...

Lire la suite

Le livre: http://www.fayard.fr/theorie-des-evenements-extraterrestres-9782213686356


_________________
NEMROD34 S.A.R.L de démolition minutieuse de foutaises.
Siret : 123456789
Capital: 3 millions de brouzoufs
Certifié sans chat (iso 21122012).

william l'Ozone


Lorsqu'on est bercé dès son jeune par à la fantômerie, on risque de tomber dans le domaine OVNI...version moderne de l'apparition étrange et fugace, mettant en péril les lois de la science...

On pourrait tout à fait retroprospecter , avant fantôme, il y a esprit et avant esprit il y a Dieu, et encore avant Dieu....il y a les dieux, émanation de l'inexpliqué, l'incompréhension du monde qui nous entoure et ses phénomènes naturels, foudres, éclipses etc etc...

Il ne faut évidemment pas isoler le phénomène OVNI, l'avantage qu'il a sur un Dieu est sa probabilité d'exister de façon vérifiable en dehors de toute considérations religieuses, mais rattrapé par la métaphysique et le virtuel.

Bien sûr comme les Dieux, les ZITIS seraient de l'ordre des entités, et nous bien encore bien trop ancrés sur le matériel...évidemment...

Comment transformer l'absence de preuve en probabilité avancée, c'est simple, nous sommes des êtres inférieurs, les soucoupes et leur capacités extraordinaires sont là pour y pallier...

Rosetta

avatar
Modération
Modération
Dans "croyances et imaginaires contemporains", Gérald Bronner revient sur son enquête concernant l'abandon de la croyance au Père Noël pour introduire que selon certains auteurs ("le paradigme perdu" (Morin)) notre capacité à croire est une des caractéristiques de notre humanité et aborde ensuite l'échec de la thèse que la connaissance progressant, adviendrait une société où la croyance elle, diminuerait.
Henri Broch de son côté a bien expliqué, par constats, qu'il fallait toujours donner "une béquille" lorsqu'une croyance était démystifiée.
Je trouve amha que ce qui précède est assez convergeant et donnent à cette phrase toute sa pertinence :

William l'ozone a écrit:Lorsqu'on est bercé dès son jeune par à la fantômerie, on risque de tomber dans le domaine OVNI...version moderne de l'apparition étrange et fugace, mettant en péril les lois de la science...

william l'Ozone


Ils avaient déjà tout prévu!.....


DAR

avatar
Membre d'honneur
Membre d'honneur
Rosetta a écrit:Dans "croyances et imaginaires contemporains", Gérald Bronner revient sur son enquête concernant l'abandon de la croyance au Père Noël pour introduire que selon certains auteurs ("le paradigme perdu" (Morin)) notre capacité à croire est une des caractéristiques de notre humanité et aborde ensuite l'échec de la thèse que la connaissance progressant, adviendrait une société où la croyance elle, diminuerait.

On peut effectivement se demander si l'espèce humaine pourrait survivre sans croire à des choses non objectivement fondées. Et d'abord sans croire qu'il existe pour les humains quelque chose après la mort (toutes les sociétés historiques ont développé un discours sur l'après-vie). Vous me direz que cela commence à être le cas pour notre société mais justement celle-ci semble en décadence rapide, elle paraît se déliter à vue d'oeil...

Quelqu'un qui, comme moi, n'a, en première approximation, jamais adhéré à aucune croyance (ni croyance religieuse, ni croyance péri- ou para- religieuse, ni croyance para-scientifique) est quelque part anormal (au moins statistiquement). J'ai raison sur le fond, bien sûr, dans le sens où le dieu personnel des religions monothéistes n'existe pas, où l'astrologie ne prédit rien de précis et où la télékinésie ne fonctionne pas, mais il est naturel pour un cerveau d'homo sapiens normalement organisé de croire à ce ce type de choses (cela a pu être présenté comme un sous-produit normal de son fonctionnement), modelées en fonction de la culture de l'individu.

william l'Ozone


Il y a plus simple, Engels dans son "anti-Duhring" attribue toute idée religieuse, métaphysique, conception "idéaliste" (par rapport au matérialisme scientifique) à l'incapacité pour l'humain à maîtriser son environnement, son mode sociétal, enclin aux crises cycliques, chômage, guerres etc...

Ce qui reviendrait à dire que plus les sociétés sont "évoluées", et avec surtout un mode de production maîtrisé, moins il y aurait de place pour les fantaisies dont nous parlons et y compris les conceptions religieuses en général, non pas par censure comme le colportent les détracteurs qui se trouvent bien dans ce système,  mais par simple déclin progressif d'intérêt...bien dans son corps bien dans sa tête dit l'adage populaire...et vice versa!

Il suffit de constater ce qu'était devenue la pratique religieuse en France.

Après que le cerveau humain soit capable de produire certains événements dans des situations de déséquilibres paroxystiques, voire de dons (sourciers?), des stigmates apparaissant sur la peau d' hyper-croyant(e)s etc...je dirais, peut-être, qu'en conditions exceptionnelles, mal maîtrisées et à tous les niveaux d'étude, il réside des événements non encore explicables, et largement exploités par les obscurantismes de tous poils.

DAR

avatar
Membre d'honneur
Membre d'honneur
william l'Ozone a écrit:mais par simple déclin progressif d'intérêt...bien dans son corps bien dans sa tête dit l'adage populaire...et vice versa!

Ce phénomène existe aussi. Les croyances et les mythes ne disparaissent pas vraiment parce qu'ils ont été scientifiquement réfutés mais parce qu'ils ne parlent plus à l'époque. Les gens cessent de s'y intéresser, d'en parler, c'est tout. Ainsi en va-t-il de la psychanalyse et de ses idées sur le refoulement sexuel ou de la théorie du complot sur l'assassinat de JF Kennedy, entre mille autres croyances fossiles ou en voie de fossilisation.

L'idée même du méga-complot, de la main cachée qui intervient derrière le chaos apparent des événements, elle subsistera toujours chez notre espèce (nous sommes des mammifères très sociaux). C'est juste son incarnation qui mutera en fonction du climat culturel.



Dernière édition par DAR le 07.03.16 11:20, édité 1 fois

william l'Ozone


Concernant la théorie du complot, elle ne peut être par définition, tout ou rien, lorsque les politiques s'en mêlent, la vérité est probablement dans l'usage qu'ils font de la "politique occulte", secret d'Etat etc...tout n'est pas limpide en toutes hypothèses il faut bien le dire...

...A mon avis ils (derrière politiques manifestement résident des intérêts liés au moins au pognon) se débrouillent pour y recourir parcimonieusement et laisser pétarader (voire encourager) les conspirationnistes de tous poils...

Autres adages populaires: tout est question de dosage, trop de ...tue le ...

Alors Kennedy....peut-on appliquer le rasoir d’Ockham? Perso je n'ai pas de réponse, juste des interrogations, pas de certitude si ce n'est que cette affaire n'est pas claire et le restera probablement encore longtemps.

et perso rien à voir avec l'HET.

PS mammifères très sociaux, peut-être par nature...

DAR

avatar
Membre d'honneur
Membre d'honneur
Si l'on recentre le débat sur le livre de Renaud Esquerre, tout en réservant mon jugement sur un livre que je n'ai pas encore pu lire, je note cependant que ce sociologue a été un élève de Luc Boltanski, comme Pierre Lagrange soit dit en passant, et qu'il s'inscrit apparemment dans le courant structuraliste, un peu tombé en désuétude (avec quelque raison). Cela a tendance à éveiller chez moi un premier petit signal d'alerte. Rien de rédhibitoire naturellement mais une certaine circonspection disons.

D'après ce que j'ai pu lire et entendre ici et là, il se borne essentiellement à interpréter les récits d'ovnis comme une variété de récits fantastiques (le fantastique classique, celui caractérisé par le doute sur la nature des faits), rapprochant les témoignages d'observations d'ovnis de ceux concernant les fantômes (ovnis = fantômes dans le ciel).

C'est assez pertinent mais ne casse cependant pas trois pattes à un canard. Que le point récurrent des rapports d'ovnis est l'incertitude du témoin sur ce qu'il a vu, on l'avait tout de même remarqué et écrit avant qu'il ne nous l'annonce... Laughing

Sa conclusion finale paraît être une sorte de pirouette intellectuelle à la Bertrand Méheust : les observations d'ovnis seraient à ranger dans une catégorie d'expériences vécues ni objectives ni subjectives (facile !) qu'on n'arriverait jamais à résorber entièrement dans une description. Comme l'amour, on ne pourrait jamais épuiser leur part énigmatique...

Mais, bon, peut-être que ce bouquin estampillé scientifique (dans la mesure où la sociologie peut être considérée comme une véritable science) est plus riche que cela. C'est du moins tout ce que l'on peut espérer.

william l'Ozone


Les témoignages?

Divorcez ou je ne sais quoi qui nécessite des attestations et vous aurez une idée "objective" de ce que valent les témoignages!

Alors je suis de ceux qui attendent la preuve irréfutable sans blablaterie, même sincère.

Autre chose  la mythomanie atteint tous les niveaux sociaux et est plus répandue qu'on ne  croit, parfois les conjoints rompus à ce type de pathologie, ne s'en aperçoivent pas!

NEMROD34

avatar
Modération
Modération
Quand je lis des choses comme ça (et j'en lis de plus en plus) je me dis qu'il n'a pas tort ...
http://ufolog.eu/le-passage-du-ou-au-et/


_________________
NEMROD34 S.A.R.L de démolition minutieuse de foutaises.
Siret : 123456789
Capital: 3 millions de brouzoufs
Certifié sans chat (iso 21122012).

nablator

avatar
Administration
Administration
Extrait long (epub) ici : https://www.numilog.com/Pages/Livres/Fiche.aspx?LIVRE_ID=647643

Arnaud Esquerre a écrit:Ma thèse est que l’événement qui capte le plus l’attention dans un récit direct d’un événement extraterrestre vécu est la soustraction à la perception – que je nommerai « imperception » – d’une chose qui s’était auparavant présentée de manière énigmatique. Cette imperception renforce l’énigme au sens où, comme l’entend Luc Boltanski, elle est « une singularité ayant un caractère que l’on peut qualifier d’anormal, qui tranche avec la façon dont les choses se présentent dans des conditions supposées normales, en sorte que l’esprit ne parvient pas à inscrire cette inquiétante étrangeté dans le champ de la réalité ». Cette thèse inverse celle qui consiste à mettre l’accent sur « l’apparition », sans prêter attention au fait que l’événement qui frappe le plus, et qui est positionné comme tel dans les récits, est, au contraire, celui de la « disparition », c’est-à-dire plus exactement de la soustraction aux sens, et notamment à la vue.
La disparition peut-être un élément plus ou moins important du récit voire être complètement absente (c'est louche mais ça arrive assez souvent).

L’analyse des récits d’événement extraterrestre collectés permet dès lors de faire surgir un modèle narratif partagé par un grand nombre d’entre eux, séquencé de la manière suivante :
(1) Orientation : Le récit débute par l’indication du temps, de l’espace, des personnes impliquées et de leur comportement au moment de l’événement initial.
(2) Complication : L’événement initial est la présentation d’une chose énigmatique, située dans le ciel (mais qui, dans certains cas minoritaires qui seront étudiés à part, peut prendre la forme de traces au sol).
(3) Description : La chose est décrite dans son aspect visuel (sa forme, sa couleur, son relief, sa position) ; puis dans son aspect sonore (en général une absence de son).
(4) Résolution : L’événement final est l’imperception de la chose énigmatique, qui se produit de manière soudaine alors qu’elle était jusqu’alors repérée dans le ciel.
(5A) Chute A : Le narrateur se présente comme sérieux, notamment en faisant référence à son statut professionnel, à son expérience passée (« c’est la première fois… », « je n’avais jamais vu… »), ou en déniant l’existence d’une vie extraterrestre.
Et/ou :
(5B) Chute B : Le narrateur sollicite une explication ou une enquête de la personne à laquelle il fait son récit pour résoudre l’énigme.
Évidemment on trouve une structure à peu près commune parce qu'un récit d'observation a de fortes chances de ressembler à un autre récit d'observation, avec parfois, quelques informations de contexte situationnel et personnel (pas assez, en général).

http://nabbed.unblog.fr/

william l'Ozone


Vous compliquez trop....

personne n'a jamais recueilli le moindre morbac de ziti et encore moins ce qui lui sert de moyen de transport (aux deux!).

Comme il n'y a rien, les grands théoriciens s'orientent vers la "Conscience", beaucoup moins palpable, mais tellement pratique pour faire vivre les fantasmes....

nablator

avatar
Administration
Administration
william l'Ozone a écrit:Vous compliquez trop....
Vous êtes hors sujet.

http://nabbed.unblog.fr/

nablator

avatar
Administration
Administration
NEMROD34 a écrit:Quand je lis des choses comme ça (et j'en lis de plus en plus) je me dis qu'il n'a pas tort ...
http://ufolog.eu/le-passage-du-ou-au-et/
Quel est le rapport entre ce livre et cette sociologue tombée dans le paranormal ?

http://nabbed.unblog.fr/

NEMROD34

avatar
Modération
Modération
Relier croyance aux ovnis et fantômes, c'est exactement ce qui est fait.
Les ovnis ne sont plus tôles et boulon, mais du "psi" ce qui marche aussi avec les fantômes et un tas de trucs, le pont est parfaitement (dans l'aspect zozo) établit, tous les mécanismes y sont.

En effet, la masse considérable de témoignages en matière d’ovni, d’abduction, de médiumnité, de transcommunication audio et vidéo, de NDE-EMI, d’expériences multidimensionnelles diverses et variées, etc., appelle de toute évidence une autre façon de considérer la connaissance en général et la recherche en particulier.

PRENONS CONSCIENCE que les parasciences ont aujourd’hui l’élan nécessaire ainsi que les moyens humains de fonder un protocole de recherche inédit ; les compétences viennent de tous les horizons disciplinaires et de tous les coins du monde : physiciens, philosophes, psychologues, médecins, vétérinaires, professeurs, thérapeutes, écrivains, créateurs divers, etc., bref, hommes et femmes aux diverses compétences ouvrent de plus en plus leur Cœur et leur Esprit aux différents reliefs du paranormal et à ses enjeux multidimensionnels.

Les ovnis et n'importe quelle croyance à la con c'est pareil, c'est ignoré de la science et pourtant c'est de la science, science sans âme blablabla...
Bref le discours est le même que ce soit les ovnis ou n'importe quoi de paranormal, c'est bien ce que dit le livre en sujet non ? Sauf qu'il transpose l'un à l'autre, c'est normal c'est les mêmes mécanismes.


_________________
NEMROD34 S.A.R.L de démolition minutieuse de foutaises.
Siret : 123456789
Capital: 3 millions de brouzoufs
Certifié sans chat (iso 21122012).

nablator

avatar
Administration
Administration
NEMROD34 a écrit:Relier croyance aux ovnis et fantômes, c'est exactement ce qui est fait.
Les ovnis ne sont plus tôles et boulon, mais du "psi" ce qui marche aussi avec les fantômes et un tas de trucs, le pont est parfaitement (dans l'aspect zozo) établit, tous les mécanismes y sont.
Ah OK, c'est bien vrai. Toujours est-il que ce livre étudie la structure des témoignages collectés par le GEIPAN, contenant peu d'interprétations New Age et paranormales, contrairement à la littérature.

Ce qui me surprend d'abord c'est le choix d'appeler ces témoignages des "récits d'événements extraterrestres". Pourquoi ? Je sais bien que dans la culture populaire OVNI = ET mais tout de même c'est un peu léger de tout mettre dans le même sac de la part de quelqu'un qui est censé avoir étudié le sujet.

http://nabbed.unblog.fr/

Patrice

avatar
Administration
Administration
Peut-être considère -t-il que comme la majorité entend "ET" lorsque l'on cause OVNI... silent  ?

http://ufo-scepticisme.forumactif.com

DAR

avatar
Membre d'honneur
Membre d'honneur
Dossiers de S.O a écrit:Peut-être considère -t-il que comme la majorité entend "ET" lorsque l'on cause OVNI... silent  ?

Vraisemblablement.

Si l'on voit le verre à moitié plein, on ne peut que se réjouir qu'un scientifique (même "mou") fasse quelque chose de ce travail de collecte au long cours du micro-service du CNES (financé par les deniers publics, rappelons-le). C'est quasiment le premier et peut-être demeurera-t-il le seul.

Si l'on considère maintenant le verre à moitié vide, eh bien il semble qu'il n'en ai retiré que des lapalissades présentées d'une façon scientifique.

Patrice

avatar
Administration
Administration
Je conclurai en le lisant. Il est commandé pour le moment. Wink
De toute manière restera toujours la manière dont les éléments sont collectés, comment ils sont alors traités. Nous tournons en rond depuis 60 ans !

http://ufo-scepticisme.forumactif.com

DAR

avatar
Membre d'honneur
Membre d'honneur
Dossiers de S.O a écrit:Nous tournons en rond depuis 60 ans !

S'il n'y a aucun phénomène original/exotique, rien de tangible à débusquer en somme, cela paraît normal...

DAR

avatar
Membre d'honneur
Membre d'honneur
Ma thèse est que l’événement qui capte le plus l’attention dans un récit direct d’un événement extraterrestre vécu est la soustraction à la perception – que je nommerai « imperception » – d’une chose qui s’était auparavant présentée de manière énigmatique. Cette imperception renforce l’énigme au sens où, comme l’entend Luc Boltanski, elle est « une singularité ayant un caractère que l’on peut qualifier d’anormal, qui tranche avec la façon dont les choses se présentent dans des conditions supposées normales, en sorte que l’esprit ne parvient pas à inscrire cette inquiétante étrangeté dans le champ de la réalité13 ». Cette thèse inverse celle qui consiste à mettre l’accent sur « l’apparition », sans prêter attention au fait que l’événement qui frappe le plus, et qui est positionné comme tel dans les récits, est, au contraire, celui de la « disparition », c’est-à-dire plus exactement de la soustraction aux sens, et notamment à la vue.

L’imperception d’une chose énigmatique repérée dans le ciel est un seul événement, dépeint comme soudain, qui clôture la succession des événements vécus. Dans les cas, très minoritaires, où la chose repérée se présente sous forme de traces au sol, la soustraction à la vue est dédoublée : la cause de ces traces est attribuée à une chose qui les a produites et qui n’est plus là, sur laquelle va peser un soupçon extraterrestre, mais les traces aussi peuvent s’estomper et ne plus être.

Si la chose ne devenait pas brusquement imperceptible, si elle persistait jusqu’à l’évaporation de tout soupçon enrobant son être, alors le mystère du récit serait dissipé. L’effet stupéfiant produit par l’imperception est tel qu’il donne l’impression que la personne est « folle », n’est pas dans un état « normal » et, d’une manière générale, que l’événement rapporté n’est pas crédible. C’est pourquoi, juste après, le témoin se présente souvent brièvement comme une personne digne de crédibilité, mettant en avant sa situation professionnelle, ou le fait qu’il n’a auparavant jamais été témoin d’un tel événement, ou encore qu’il ne pense pas qu’une vie extraterrestre puisse exister.

Hum, oui, si l'observation de l'ovni "persistait jusqu’à l’évaporation de tout soupçon enrobant son être, alors le mystère du récit serait dissipé"... et la chose en question pourrait accessoirement être qualifiée d'ovi (objet volant identifié). Quelle découverte inédite !  prostern

Sinon, affirmer que l’événement qui frappe le plus les témoins est la disparition du phénomène observé (thèse présentée par l'auteur comme sa grande découverte, son apport à la connaissance scientifique du sujet) apparaît plutôt contestable. Par exemple, est-ce le cas dans la fameuse observation de masse du 5 novembre 1990 ?

Les témoins peuvent être plus frappés par la forme inhabituelle de l'engin qu'ils disent avoir vu (les soucoupes passées à la postérité du cas fondateur de 1947), par sa vitesse de déplacement, ou par l'énormité apparente du phénomène, couplée à l'absence de son, ou encore par ses trajectoires bizarres (style virage à angle droit), ses émissions lumineuses anormales (faisceaux apparemment tronqués)... La disparition brusque (aux yeux des observateurs) fait certes partie des éléments récurrents ; dans ces cas, elle contribue alors puissamment à l'étrangeté de l'expérience mais de là à en faire systématiquement le point essentiel des rapports d'observation, il y a un pas... Quand à présenter cela comme une découverte ou une thèse audacieuse et novatrice...

Rosetta

avatar
Modération
Modération
Dans son essai, A Esquerre, en page 11 explique pourquoi il préfère "événements extraterrestres" aux acronymes OVNI, PAN ou termes comme "soucoupe volante" et "vaisseaux spatiaux". Il justifie "événement" comme étant quelque chose de différent de la moyenne du flux continu et multiforme de tout ce qui arrive dans nos vies d'humains et "extraterrestres" par quelque chose d'extérieur au domaine terrestre.
Sauf si j'ai mal compris et à moins que cela soit démenti par la suite de ma lecture à venir de cet essai, les événements extraterrestres ne semblent donc pas être, pour A Esquerre, une hypothèse, celle des vaisseaux spatiaux habités ou non ou dirigés par des Êtres d'une autre planète, mais peut en englober d'autres.
A Esquerre explique également que les éléments contenus dans la matière qu'il a utilisée, c'est à dire les enquêtes comme elles ont été menées jusqu'à présent, (et sans qu'il semble les remettre en cause mais je n'en suis qu'au début de son ouvrage et j'espère qu'il contiendra quelque part quelques réserves à ce sujet), n'ont pas exploité le narratif des témoins, c'est à dire son angle d'approche des histoires d'ovnis (clin d’œil à Patrice).
Je ne sais pas non plus, au stade actuel de ma lecture, si A Esquerre va citer les constats faits depuis des lustres par certains enquêteurs, ufologues, sceptiques et sociologues dont ceux qui ont planché sur le besoin de croire, par exemple. Je suppose que la reconstruction mémorielle, les pièges inextricables que se sont tendus les affabulateurs et tout ce qui touche au témoignage seront au menu, j'ai peu de doutes à ce sujet.
J'espère que d'autres ici ont fait l'acquisition de cet essai sur le récit fantastique à base d’événements extraterrestres afin que nous puissions poursuivre la discussion.
S'il est vrai que nous n'avons toujours pas un peu d'ADN des pseudo visiteurs apparemment fort nombreux, ni un boulon de leurs appareils, il m'apparait d'autant plus intéressant AMHA de poursuivre l'étude du mythe et pourquoi pas sous cet angle proposé par A Esquerre : Le narratif.



Dernière édition par Rosetta le 16.03.16 17:45, édité 1 fois

NEMROD34

avatar
Modération
Modération
Dans son essai, A Esquerre, en page 11 explique pourquoi il préfère "événements extraterrestres" aux acronymes OVNI, PAN ou termes comme "soucoupe volante" et "vaisseaux spatiaux". Il justifie "événement" comme étant quelque chose de différent de la moyenne du flux continu et multiforme de tout ce qui arrive dans nos vies d'humains et "extraterrestres" par quelque chose d'extérieur au domaine terrestre.

Sans méchanceté (vous me connaissez ) je vois là un bon candidat pour le prix:"Du texte le plus abscons qui ait été pondu en ufologie dans l'année 2016". ..
Il justifie "événement" comme étant quelque chose de différent de la moyenne du flux continu et multiforme de tout ce qui arrive dans nos vies d'humains

Peut-être qu'il parle en ancien ...
Bon sang, c'est facile de parler un langage commun quand même.


_________________
NEMROD34 S.A.R.L de démolition minutieuse de foutaises.
Siret : 123456789
Capital: 3 millions de brouzoufs
Certifié sans chat (iso 21122012).

Rosetta

avatar
Modération
Modération
"Certes, il est des régions en Ile de France, en Provence Alpes Côte d'Azur, en Rhône Alpes, où les récits abondent d'avantage qu'ailleurs ..."

puis :

"Mais comment des personnes qui sont censées n'avoir rien en commun n'être jamais entrées en contact les unes avec les autres, n'ayant pas vécu en même temps ...peuvent elles livrer dans des contextes différents, des récits articulés de la même manière."

affraid

Je ne suis qu'en page 18. Peut être ne suis je pas encore dans le modèle rédactionnel de l'auteur qui va peut être revenir sur les explications que nous connaissons (densité population, ufologues actifs dans un secteur géographique, légende urbaine, climat, propagation de l'information, clichés etc.)

Allez je ne reviens plus avant d'avoir terminé.

Contenu sponsorisé


Revenir en haut  Message [Page 1 sur 2]

Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum