UFO SCEPTICISME
Avertissement : UFO SCEPTICISME est un forum indépendant de toute association, groupe, structure, traitant du phénomène ovni.

Son administration se démarque et condamne fermement les activités prosélytes de partisans d'hypothèses exotiques non testables, non vérifiables à propos des PAN.

Avant l'inscription, merci de lire le règlement de l'hébergeur et le règlement particulier du forum. Pour cela, voir la rubrique "A lire avant de s'inscrire ou de poster".

Aucune inscription n'est plus acceptée sans l'adresse mail du fournisseur d'accès internet. Les adresses mail restent totalement confidentielles.

Pour que l'inscription soit pérenne, le nouvel inscrit doit poster au moins un message dans les 8 jours après la validation de celle-ci.

Le forum UFO SCEPTICISME privilégie la participation par rapport au nombre d'inscrits.

UFO SCEPTICISME

UFOLOGIE ET SCEPTICISME


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

UFO SCEPTICISME  » MEDIA » l'accident de Millas et l'expérience de l'ufologue

l'accident de Millas et l'expérience de l'ufologue

Aller à la page : 1, 2  Suivant

Aller en bas  Message [Page 1 sur 2]

oncle dom

avatar
Le consternant accident de Millas ce 14 décembre, nous interpelle sur les témoignage humain, et sur les possibilités d'en contourner les failles.

Remarquons d'abord qu'il est consternant qu'en 2017, on doive encore s'en remettre aux témoignages. Ni le bus, ni le train n'étaient équipés d'une caméra qui aurait pu nous livrer une représentation objective de l'accident. Pourtant, nombreux sont aujourd'hui les automobilistes qui ont une caméra à  bord, surtout en Russie, ce qui nous vaut d'ailleurs régulièrement des vidéos de bolides.

Ensuite les témoignages, mentionnant des barrières levées, viennent d'occupants survivants du car, ou de témoins choqués. Or il est connu depuis longtemps que ce genre de témoin reconstruit la scène, de façon achronique: les témoins mélangent différentes phase.

Un exemple, paru dans Science & Vie, il y a des dizaines d'années: Un malheureux piéton s'étant fait renverser par  une voiture, les premiers témoignages indiquaient que le témoin sortait d'un café, et qu'il avait traversé la rue en titubant, d'où on aurait pu déduire qu'il était ivre. Or l'enquête montra que le piéton n'était jamais rentré dans ce café, et qu'il n'avait titubé qu'après la collision. Mais il avait commencé de traverser devant ce café, et son trajet pouvait laisser penser qu'il en venait. Ainsi les témoins s'étaient reconstruit une scène, vraisemblable pour eux, en mélangeant incorrectement les différentes pièces du puzzle.

La plupart des témoignages, en particulier d'automobilistes arrêtés de l'autre coté, mentionnent des barrières baissées. Or s'ils s'étaient arrêtés, c'est évidemment que les barrières étaient baissés. A l'arrivée des secours, une barrière était levée l'autre fracassée. Mais il était normal que les barrières se relèvent, un certain temps après le passage du train.

Pour ce qui est de la barrière fracassée, on a prétendu que ce pouvait être la partie arrière du car, qui rejetée sur la droite l'aurait fracassé. Or nous disposons à la fois de la photo du car après l'accident, et de celle des lieux par Google Street:

https://www.francetvinfo.fr/image/75ej0nez5-7666/1200/450/13954091.jpg

https://www.google.fr/maps/@42.6855174,2.7040027,3a,90y,127.82h,82.47t/data=!3m6!1e1!3m4!1sbOVtStPnihZPuG-cEGBLMg!2e0!7i13312!8i6656?hl=fr

On voit que l'avant du car a arraché le feu de signalisation, et partiellement renversé un support de caténaire.
La partie arrière a arraché l'indicateur kilométrique, mais il ne semble pas qu'elle ait pu arracher la barrière qui avait donc du être arrachée avant la collision.

Enfin le point le plus important, et qui, selon les médias, n'a été remarqué par personne, est que le car était arrêté au milieu de la voie au moment de la collision. C'est ce qu'a aussi remarqué le conducteur du train, qui a klaxonné (plusieurs fois, selon un témoin éloigné), en découvrant le car arrêté. Or ceci est incompatible avec ce que disent les occupants, choqués, du car, qui disent que les barrières étaient levées, le feu de signalisation éteint, et que le car s'est engagé normalement: dans ce cas, le car aurait eu le temps de passer, et la collision n'aurait pas eu lieu

Donc, on peut reconstituer la scène comme suit:
Les barrières sont baissées, et de l'autre coté, les automobilistes attendent.
Le car défonce la barrière et s'arrête au milieu de la voie
Il ne repart pas immédiatement, et le train le percute

On en déduit immédiatement que la conductrice du car a vu trop tard que la barrière était baissée, a freiné, mais n'a réussi qu'à éjecter la barrière et à s'arrêter au milieu de la voie. Or, tant géoportail que Google maps et Google Street nous montre que la route est rectiligne et bien dégagée à cet endroit.
Par conséquent la conductrice du car n'était pas dans son état normal. Selon les médias les tests d'alcoolémie se sont avérés négatifs, et les résultats de l'analyse toxicologiques ne sont pas encore connus. Mais j'ajouterais une troisième hypothèse, assez vraisemblable: la fatigue. Si la conductrice était "surbookée", fatiguée, elle pouvait conduire en état de "conduite automatique", surtout sur une route sans problème, et n'aurait découvert que trop tard que la barrière était baissée.
Elle d'ailleurs eu un mauvais réflexe en freinant. Si elle avait foncé, elle aurait fait valser la barrière (qui était prévue pour cela) et serait passée avant l'arrivée du train.

http://oncle-dom.fr/index.htm

NEMROD34

avatar
Modération
Modération
Je ne cesse de poster des faits divers où on voit que le témoignage humain n'est pas fiable.
Dans ce cas je ne cesse de me demander comment le car peut être au milieu de la voie, si les barrières sont baissées, voilà une réponse plausible.
Je part de chez moi à 5h20 6/7 j pour bosser, et je me suis surpris plus d'une fois à avoir l'esprit qui divague mais à être en "conduite automatique" tellement je fais cette route chaque jours.

Il y a quelques jours j'ai réalisé le truc quand sur la fin du trajet ça freine, je freine, ça freine plus je freine plus mais toujours la "tête ailleurs" c'est la fin de la journée trajet retour, moins d'un kilomètre ...
Quand je vois un nuage de poussière sortir sur la gauche de la voiture devant, et un truc rouler jusqu’à ce que je réalise que c'est sanglier!
Tout m'a pris du temps et c'est passé au ralentis, pourtant c'était quelques secondes ...


_________________
NEMROD34 S.A.R.L de démolition minutieuse de foutaises.
Siret : 123456789
Capital: 3 millions de brouzoufs
Certifié sans chat (iso 21122012).

oncle dom

avatar
NEMROD34 a écrit:
Dans ce cas je ne cesse de me demander comment le car peut être au milieu de la voie, si les barrières sont baissées, voilà une réponse plausible
Ici, il y a deux voies séparées par une banquette. Sur chaque voie il y a une barrière avant la voie, et non après.
De plus ce cas est prévu depuis longtemps, et les barrières peuvent être forcées facilement, surtout avec un poids lourd. Donc ce n'est pas ça.
Mais il est bien possible que le moteur ait calé, et qu'il ne soit pas reparti immédiatement. Il y a deux mois, j'avais une 106, dont je me suis débarrassé car elle calait trop facilement. Je n'avais pas envie de caler au milieu de la chaussée quand un poids lourd arrivait.

J'imagine la scène: arrété au milieu de la voie. Le moteur calé, il ne repart pas. Le train arrive... AAAARG!
Vu du train c'est: Bon dieu! Il va redémarrer ce con? TUUUT! TUUUT! TUUUT!... BOUM!

http://oncle-dom.fr/index.htm

NEMROD34

avatar
Modération
Modération
De plus ce cas est prévu depuis longtemps, et les barrières peuvent être forcées facilement, surtout avec un poids lourd.

C'est ça que je ne comprend pas:
- Pourquoi forcer les barrières ?
Elle connait le trajet quand même non ?
Accident mécanique, le chauffeur perd conscience ou je ne sais quoi, mais il y a des barrières quand même!
Je croise très rarement des franchissement de ligne scnf, mais il ne viendrais pas à l'idée de forcer une barrière, surtout que ça va laisser des traces quand même (comme le connard de camion qui m'a défoncé l’arriére gauche de ma voiture garée pendant que je bosse).
Mon père est mort d'un camion dont les freins ont lâchés dans un carrefour en pente, ma mère a faillit y passer aussi .
Le gars s'est même suicidé quelques années plus tard, pourtant c'était la faute à personne.
Mais comment on se retrouve sur les rails d'un train ?


_________________
NEMROD34 S.A.R.L de démolition minutieuse de foutaises.
Siret : 123456789
Capital: 3 millions de brouzoufs
Certifié sans chat (iso 21122012).

oncle dom

avatar
NEMROD34 a écrit:
De plus ce cas est prévu depuis longtemps, et les barrières peuvent être forcées facilement, surtout avec un poids lourd.

C'est ça que je ne comprend pas:
- Pourquoi forcer les barrières ?
Tout simplement pour ne pas se retrouver sur la voie, coincé entre deux barrières, c'est ce qu'avait prévu la SNCF (Sauvez Nous des Chauffeurs Fous) dans sa sagesse infinie.

http://oncle-dom.fr/index.htm

L.J. Silver


oncle dom a écrit:
Mais il est bien possible que le moteur ait calé, et qu'il ne soit pas reparti immédiatement. Il y a deux mois, j'avais une 106, dont je me suis débarrassé car elle calait trop facilement. Je n'avais pas envie de caler au milieu de la chaussée quand un poids lourd arrivait.

J'imagine la scène: arrété au milieu de la voie. Le moteur calé, il ne repart pas. Le train arrive... AAAARG!
Vu du train c'est: Bon dieu! Il va redémarrer ce con? TUUUT! TUUUT! TUUUT!... BOUM!

Il se peut que la conductrice ait freiné à fond et relâché d'un coup la pédale de freins, ce qui coupe le moteur par sécurité.
C'est un système de sécurité qui se met en route si on échappe la pédale de freins.

Après un freinage total, il faut relever la pédale de freins progressivement, sinon le moteur se coupe.

Il y a un petit interrupteur qui permet de rouler classiquement, en désactivant la sécurité.

Si c'est cela l'explication, cela prouverait que trop de sécurité peut s'avérer extrêmement dangereux.

Par ailleurs, au sujet de l'éthylotest antidémarrage ( EAD) :

"À chaque démarrage (sauf si le moteur a été arrêté moins de 30 minutes), le conducteur souffle dans l’EAD et dispose d’un délai de 5 minutes pour mettre en route le véhicule."

EAD

Une panne électronique de l'éthylotest ( suite à une surtension, un mauvais contact, un fil d'alimentation de l'EAD qui se coupe, un circuit intégré ou un capteur défectueux etc...) peut être mortelle dans certaines circonstances.

Le capteur de l'EAD n'est pas fiable à 100%, comme le reste.






L.J. Silver


oncle dom a écrit: (...) la SNCF (Sauvez Nous des Chauffeurs Fous) dans sa sagesse infinie.

Je croyais que SNCF voulait dire :
"Savoir Nager Comme Fernandel"

SNCF Citation

L.J. Silver


Serait ce un problème de déshuntage ?

Déshuntage

"LE DÉSHUNTAGE, C’EST QUOI ? Publié le 27 septembre 2016 à 12:39
En passant sur les rails, les roues du train provoquent un court-circuit, appelé shuntage. Cette action permet d’exploiter la signalisation ferroviaire (aiguillages, passages à niveau, etc.) et de gérer l’espacement entre les trains.

Il y a déshuntage lorsqu’il y a une interruption de contact entre les roues et les rails, en raison de plusieurs facteurs qui peuvent se combiner :

la salissure du rail ou des roues par des feuilles, de la poussière, ou encore une substance issu d’un véhicule à un PN,
l’oxydation du rail due à l’humidité et à une faible circulation sur les voies.

(...)

Six barrières de passages à niveau sont restées ouvertes ces cinq dernières années, sans aucun blessé. (...)

Il s'agit d'un phénomène récent, lié à la baisse du trafic de marchandises et à la mise en service de nouveaux matériels.

Situés sur des lignes à faible circulation, tous les passages à niveau pouvant être concernés ont été équipés de pédale de shuntage (un dispositif qui, à l’approche du train, déclenche l’abaissement des barrières sur les passages à niveau).
"

L.J. Silver




"Ces problèmes de déshuntage qui empoisonnent la SNCF
La SNCF a été condamnée, le 18 octobre 2016, aux prud'hommes qui ont donné raison à des conducteurs, puis le 20 octobre au pénal après la mort d'une automobiliste en 2006 à un passage à niveau. Le point commun : un problème de communication entre la voie et certaines rames TER, longtemps nié et qui revient comme un boomerang.

Attention dangers. Le déshuntage, ce défaut de communication entre la voie et certains types de trains comme les rames TER X73500 qui peut rendre certains convois non signalés aux passages à niveau, constitue non seulement un risque potentiel pour la sécurité des voyageurs et des personnels. Elle fragilise également la SNCF sur le plan judiciaire et économique.

Le 20 octobre 2016, l’entreprise attendait avec inquiétude et avec raison le jugement d’un procès concernant le décès en novembre 2006 d’une automobiliste, Alla Caroff broyée par un train en Bretagne. Cette mère de famille de 42 ans, avait trouvé la mort au passage à niveau de La Roche-Maurice, entre Brest et Morlaix lors d'une collision entre sa voiture et un TER
."

Tiré de :

Ces problèmes de déshuntage qui empoisonnent la SNCF

oncle dom

avatar
L.J. Silver a écrit:Je croyais que SNCF voulait dire :
"Savoir Nager Comme Fernandel"
Je l'ai déja entendu vers 1960, celle là.
Moi j'innove Wink

http://oncle-dom.fr/index.htm

oncle dom

avatar
L.J. Silver a écrit:Serait ce un problème de déshuntage ?
Non, car ici, c'est un classique système à pédale.

http://oncle-dom.fr/index.htm

L.J. Silver


oncle dom a écrit:
L.J. Silver a écrit:Serait ce un problème de déshuntage ?
Non, car ici, c'est un classique système à pédale.

Le système à pédale est il fiable ?
Parce qu'il semble tout de même y avoir eu des dysfonctionnements techniques :

"Oui par exemple Stéphanie qui habite à quelques centaines de mètres du lieu de l’accident, le passage à niveau où s’est déroulé le drame. Elle l’emprunte tous les jours matin et soir pour aller au travail. Lorsqu’elle a entendu la SNCF dire que ce passage ne posait aucun problème, elle a été plus que surprise.

« J’ai été choquée parce qu’en fait ils ont certainement certains critères qui correspondent voilà... dans lesquels ils peuvent classer un passage à niveaux dangereux ou pas.

Ce sont leurs propres critères, mais moi, de ce que je connais et de l’usage que j’en ai, j’ai constaté des dysfonctionnements. Ça m’a choqué d’entendre que tout allait bien et que ce passage à niveau n’était pas dangereux.

Ça m’a choqué parce que pour moi il l’est. Régulièrement en fait il y a des dysfonctionnements qu’on peut constater. En fait les barrières restent bloquées, en position fermées, et les gens quand ils se rendent compte de ce dysfonctionnement vont lever les barrières eux-même.

Il y a même des fois la nuit il y avait les gendarmes pour sécuriser. Tous les utilisateurs qui en fait empruntent ce passage à niveau régulièrement vous diront la même chose. On sait qu’il y a des dysfonctionnements. On peut pas nous raconter autre chose, on le sait. »

Même constat pour Ludivine qui habite aussi dans le quartier.

« Mon mari le prend tous les matins, moi je le prend très régulièrement pour le collège, c’est une route qu’on prend régulièrement, et nous on l’a déjà vu...

voilà qu’il y a eu des dysfonctionnements, on dira pas tous les jours mais voilà, il y a des dysfonctionnements. Et quand ils nous parlent de la minute, les 30 secondes, une minute entre le moment où la barrière sonne et le train passe, mais ça c’est non catégorique !

A chaque fois le train il passe dans les deux secondes après, des fois c’est même arrivé où la barrière descendait en même temps que le passage du train. Parce que moi chaque fois je me suis dit : s’il y avait un gars en vélo ou quoi il n’a même pas le temps de passer en fait. Et ça on l’a déjà vu et on l’a déjà signalé, d’ailleurs on ne va même plus faire du vélo dans ce coin là. C’est pour vous dire ! »

D’autres habitants eux, n’ont pas constaté de problèmes particuliers en franchissant le passage à niveau mais ils ont remarqué qu’il y avait régulièrement sur place des ouvriers.

« Nous on voit tout le temps des gens travailler à cet endroit là. Trois ou quatre fois par an en train de faire des réparations. »

Des travaux qui visiblement ne concernent pas toutes les parties du passage à niveau. Certains riverains dénoncent l’aspect très vétuste de la boite électrique qui permet de faire fonctionner les barrières."
"

Extrait de :

Drame de Millas

L.J. Silver


Le parallèle avec l'ufologie, soulevé par Oncle Dom est pertinent, il y a une grosse contradiction de témoignages et se pose la fiabilité du témoignage humain :

Le conducteur du train et sa stagiaire témoignent de barrières fermées alors que la conductrice du car, appuyée par une de ses passagères et la photo prise par un enfant immédiatement après l'accident, soutient le contraire !

Comment trancher ?

L.J. Silver


"À moins de deux kilomètres du lieu de l'accident, selon des riverains, des incidents ont été relevés ces derniers jours dans la commune de Saint-Féliu-D'Amont.

"Les barrières étaient fermées et les voitures s'arrêtaient, et tout le monde soulevait les barrières et passait.

Des trains se sont arrêtés au moins deux fois ou alors ils passaient à pas de fourmis et ils klaxonnaient, donc apparemment il y avait un problème sur ce tronçon", explique l'un d'entre eux.

Une autre se souvient : "Je suis arrivée à la barrière, il n'y avait pas de signal, rien. Je suis passée et tout d'un coup, la lumière s'est allumée et le train est arrivé.
""

Accident à Millas

william l'Ozone


Le témoignage est une institution en France, le vrai comme le faux, et ce d'autant que certains croient dur comme fer ce qu'ils racontent alors que la vérité peut être très différente voire à l'inverse...

une solution: la camera embarquée, pour une cinquantaine d'€ et une carte SD, vous pouvez justifier imparablement de tout et rien, des fois je ne me rends même plus compte que ça filme en continu la carte écrase automatiquement les derniers fichiers and so on...

Ainsi ma bourgeoise m'avait enguirlandé sur un trajet "tu ne fais pas attention, ça avait ralenti devant et il y avait une file de voitures...", ayant du me déporter en freinant à donf pour éviter de justesse  un véhicule qui s'arrêtait devant moi sur une RN...percutant au passage une "quille" de plastique au milieu de la chaussée..
En rentrant je mets la carte dans le PC et le conducteur qui me précédait a commis plein d'infractions que je n'avais pas remarqué en temps réel, il se déportait régulièrement à droite, "sortant des clous" pour voir devant, me bouchant systématiquement la vue et la limitant à son seul véhicule,  ce qui m'avait empêché dans les virages notamment, de voir loin devant, en plus il avait un feu stop inopérant, et arborait un "A" comme abruti, et cela a aussi prouvé que la caméra au milieu du pare brise, visionnait des choses que seule ma passagère était capable de voir...

Du coup je lui ai montré tout ça à Madame et elle s'est excusée...cela aurait pu être bien plus grave d'ailleurs...

En France, c'est la foi ,bonne ou mauvaise ou tout court qui prévaut avec ses  lettres de noblesse...

Au sens du Code de la Route, s'il y avait eu impact avec des blessés, j'aurais pu être condamné pour défaut de maîtrise du véhicule et non respect des distances de sécurité, voire vitesse excessive, imprudence du fait que conducteur me précédant était inexpérimenté...et mon assurance bonne pour indemniser le blaireau et lui payer notamment un feu qui ne fonctionnait pas...

NEMROD34

avatar
Modération
Modération
Je t'en dirais plus demain mais je me suis fait "emboutir" la voiture pendant que j'étais au travail :



Vu le choc les lieux et les horaires il n'y a qu'un coupable possible (en fait deux ou trois camions mais qui livrent le même magasin).
Comme cette voiture travail-maison est assurée au tiers j'ais tout dans l'os ...
Sauf que ...
Je dépose une pré-plainte par internet tout à l'heure, et qu'une heure après la gendarmerie de mon secteur me contacte, rdv demain matin 9h.
Je t'en dirais plus, mais pas de caméra de surveillance dans le secteur, et pourtant je sais à peu de choses près qui c'est, et eux vont trouver parce que le camion doit avoir les traces vu que l'accident n'est pas déclaré par le responsable ...


_________________
NEMROD34 S.A.R.L de démolition minutieuse de foutaises.
Siret : 123456789
Capital: 3 millions de brouzoufs
Certifié sans chat (iso 21122012).

oncle dom

avatar
william l'Ozone a écrit:Le témoignage est une institution en France, le vrai comme le faux, et ce d'autant que certains croient dur comme fer ce qu'ils racontent alors que la vérité peut être très différente voire à l'inverse...

une solution: la camera embarquée, pour une cinquantaine d'€ et une carte SD, vous pouvez justifier imparablement de tout et rien,
C'est ce que je disais: il n'est pas normal qu'il n'y ait pas eu de caméra embarquée

Un autre élément sur l'incohérence du témoignage: Une passagère du bus a vu la conductrice tenter désespérément de remettre le bus en marche, en voyant le train arriver, ce qui s'accorde bien avec le fait que le conducteur du train a vu le car arrêté au milieu de la voie, et qu'on l'ai entendu klaxonner plusieurs fois.
Mais le même témoin nous dit que les barrières étaient ouvertes et que le car est passé, ce qui tout à fait contradictoire, avec le fait que le car était bel et bien arrêté, au point d'être coupé en deux, et les morceaux projetés de chaque coté de la voie.

On vient aussi d'apprendre que les familles s'indignent du peu de compassion de l'état. Apparemment, on est tellement habitué aux condoléances hypocrites, qu'on s'indigne de na pas en recevoir. Il y a même un internaute qui écrit, sans avoir honte, que la preuve que les barrières étaient ouvertes, c'est qu'elles étaient intactes après l'accident. Pourtant, il a pu, comme tout le monde, voir les photos montrant la barrière manquante. Donc:
- Ou il n'a pas vu les photos et se fie à une vague rumeur
- Ou il a vu les photos, et ne se souvient même plus bien de ce qu'il y a vu. Pourtant, dans ce cas ci, il est facile de retrouver les photos. En voila un, qui est prêt à voir des zitis à tous les coins de rue.

http://oncle-dom.fr/index.htm

L.J. Silver


oncle dom a écrit:Il y a même un internaute qui écrit, sans avoir honte, que la preuve que les barrières étaient ouvertes, c'est qu'elles étaient intactes après l'accident. Pourtant, il a pu, comme tout le monde, voir les photos montrant la barrière manquante. Donc:
- Ou il n'a pas vu les photos et se fie à une vague rumeur
- Ou il a vu les photos, et ne se souvient même plus bien de ce qu'il y a vu. Pourtant, dans ce cas ci, il est facile de retrouver les photos. En voila un, qui est prêt à voir des zitis à tous les coins de rue.

Sur cette question de la position des barrières (fermées ou levées) on n'a malheureusement que des contradictions.

Certains disent que l'une des barrières aurait été démontée pour expertise, et que certaines photos auraient été prises après ce démontage, ce qui pourrait expliquer la barrière manquante.
Comment savoir ?

J'aurais tendance à privilégier une photo prise par un jeune garçon, parce qu'elle aurait été prise seulement quelques secondes après le drame.

Millas : Selon un témoin, les barrières étaient levées

Voir cette vidéo à 1:45

Est ce que l'on peut trouver cette photo sur internet ?

Par ailleurs, attention aux fausses images circulant sur internet :
Attention, des fausses images du passage à niveau à Millas circulent sur Internet

oncle dom

avatar
L.J. Silver a écrit:Certains disent que l'une des barrières aurait été démontée pour expertise, et que certaines photos auraient été prises après ce démontage, ce qui pourrait expliquer la barrière manquante.
Comment savoir ?
Simple: si la barrière avait été levée, on n'avait aucune raison de la démonter.
Par contre on aurait pu démonter l'ensemble support+barrière, on les premières photos montre que, bien que bousculé, le support est encore là, mais plus la barrière. On assiste à un syndrome classique: on sélectionne les éléments d'un problème pour le reconstruire dans le sens qu'on voulait.

J'aurais tendance à privilégier une photo prise par un jeune garçon, parce qu'elle aurait été prise seulement quelques secondes après le drame.
Est ce que l'on peut trouver cette photo sur internet ?
Pour l'instant, on n'a que la photo parue sur Youtube. Pour la voir sur internet, il faudrait qu'elle soit mise en ligne.



Mais cette photo est présentée par le père d'un des enfants. C'est lui qui afirme que la photo a été prise quelques secondes après l'accident.
Qu'il dit! Que dit l'enfant lui même? Où se trouvait il à ce moment?
La photo ne montre pas grand chose. Ce qu'on voit correspond mal à la géométrie des lieux, telle qu'on la découvre sur Google street.
Si ça tombe, cette photo est presque aussi fausse que la vidéo polonaise.

http://oncle-dom.fr/index.htm

william l'Ozone


Par expérience, si vous attaquez l'Etat, la Poste, EDF, hôpitaux, etc...la bête retombe toujours sur ses pattes, et règlent parfois des comptes en catamini...pour ce qui est de la chose publique, les Juges désignant des experts qui pondent ce qu'ils veulent...mettez sous "ils" ce que ou qui vous voulez mais pas vous simple justiciable ou quidam...ne pas faire vasciller les institutions, bouleverses les grands déséquilibres, qui sont des enjeux en termes de dépenses publiques... Cool



Dernière édition par william l'Ozone le 24.12.17 13:44, édité 1 fois

oncle dom

avatar
william l'Ozone a écrit:Par expérience, si vous attaquez l'Etat, la Poste, EDF, hôpitaux, etc...la bête retombe toujours sur ses pattes, les Juges désignant des experts qui pondent ce qu'ils veulent...mettez sous "ils" ce que ou qui vous voulez mais pas vous...
Ce n'est pas si général que ça, puisque la SNCF est attaquée pour l'accident du TGV en essai.
De toutes façons, ce qui nous intéresse ici, c'est analyse des témoignages.

http://oncle-dom.fr/index.htm

william l'Ozone


oncle dom a écrit:
william l'Ozone a écrit:Par expérience, si vous attaquez l'Etat, la Poste, EDF, hôpitaux, etc...la bête retombe toujours sur ses pattes, les Juges désignant des experts qui pondent ce qu'ils veulent...mettez sous "ils" ce que ou qui vous voulez mais pas vous...
Ce n'est pas si général que ça, puisque la SNCF est attaquée pour l'accident du TGV en essai.
De toutes façons, ce qui nous intéresse ici, c'est analyse des témoignages.

attaquer est une chose oui...quant au reste...

william l'Ozone


Pour cette raison, les témoignages sont comme je le dis érigés en institution, comme la bonne foi, des reliquats du Code civil napoléon qui considère que mentir c'est pas bien et mérite la prison, qui va en prison aujourdhui en racontant n'importe quoi mis à part ce qui touche au terrorisme et les injures à caractère raciste???personne!, donc le faux témoignage et ceux de mythomanes qui croient à leurs vérités, ont de beaux jours devant eux...
si les cameras embarquées ont un avenir c'est pour  les cartels et banques en assurances dont les intérêts seront d'exclure des droits aux garanties d'assurance et augmenter les primes.

Remettre en cause un acte chirurgical scabreux, un passage à niveau défaillant, un aéroport archi saturé etc avec une camera d'office... vous pouvez toujours attendre, les procureurs ne sont pas indépendants et d'une, et les témoins peuvent se faire acheter vu qu'ils ne risquent rien en racontant n'importe quoi hormis des actes, oui des actes des faits inexacts donc en l'occurence délictueux, donc laissant "matériellement" des traces c'est tout. Cool et puis l'erreur est humaine, tout le monde peut se tromper n'est-ce pas?

Une aubaine donc, sans parler du coût prohibitif des "bons avocats" pour ceux qui persévèrent et considèrent que la Justice doit passer, coûte que coûte...

Sur le formulaire d'attestation  formulaire CERFA n°11527*02, on trouve:

Est puni d’un an d’emprisonnement et de 15 000 euros d’amende le fait d’établir une attestation ou un certificat faisant état de faits matériellement inexacts.

NEMROD34

avatar
Modération
Modération
Est puni d’un an d’emprisonnement et de 15 000 euros d’amende le fait d’établir une attestation ou un certificat faisant état de faits matériellement inexacts.

M'en fous je suis protégé et très largement mieux payé!



C'est de l'humour ...


_________________
NEMROD34 S.A.R.L de démolition minutieuse de foutaises.
Siret : 123456789
Capital: 3 millions de brouzoufs
Certifié sans chat (iso 21122012).

L.J. Silver


william l'Ozone a écrit:

Remettre en cause un acte chirurgical scabreux, un passage à niveau défaillant, un aéroport archi saturé etc avec une camera d'office... vous pouvez toujours attendre, les procureurs ne sont pas indépendants et d'une, et les témoins peuvent se faire acheter vu qu'ils ne risquent rien en racontant n'importe quoi hormis des actes, oui des actes des faits inexacts donc en l'occurence délictueux, donc laissant "matériellement" des traces c'est tout. Cool et puis l'erreur est humaine, tout le monde peut se tromper n'est-ce pas?

Une aubaine donc, sans parler du coût prohibitif des "bons avocats" pour ceux qui persévèrent et considèrent que la Justice doit passer, coûte que coûte...

Excellente analyse, et je parle en connaissance de cause, étant en procès depuis 17 ans avec l'administration. ( et ce n'est pas fini)

Contenu sponsorisé


Revenir en haut  Message [Page 1 sur 2]

Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum