UFO SCEPTICISME
Avertissement : UFO SCEPTICISME est un forum indépendant de toute association, groupe, structure, traitant du phénomène ovni.

Son administration se démarque et condamne fermement les activités prosélytes de partisans d'hypothèses exotiques non testables, non vérifiables à propos des PAN.

Avant l'inscription, merci de lire le règlement de l'hébergeur et le règlement particulier du forum. Pour cela, voir la rubrique "A lire avant de s'inscrire ou de poster".

Aucune inscription n'est plus acceptée sans l'adresse mail du fournisseur d'accès internet. Les adresses mail restent totalement confidentielles.

Pour que l'inscription soit pérenne, le nouvel inscrit doit poster au moins un message dans les 8 jours après la validation de celle-ci.

Le forum UFO SCEPTICISME privilégie la participation par rapport au nombre d'inscrits.

UFO SCEPTICISME

UFOLOGIE ET SCEPTICISME


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

UFO SCEPTICISME  » CAS UFOLOGIQUES » Diges 1954… à la poursuite de l’hélicoptère fantôme !!

Diges 1954… à la poursuite de l’hélicoptère fantôme !!

Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant

Aller en bas  Message [Page 1 sur 4]

gfx

avatar
Bonjour à tous,

On m’avait dit de créer un fil spécifique pour parler de ce cas et de l’intituler : Le cas hélico de Diges.
Vous comprendrez à la fin de mon enquête pourquoi j’ai décidé de changer le titre…

Diges, 24 septembre 1954, un cas assez banal comme il en existe des centaines, voire des milliers dans la littérature ufologique des années 50-60. Deux témoins aperçoivent quelques choses qu’elles n’identifient pas, il y a un individu mystérieux, des traces au sol et pas grand-chose de plus… Pour les journalistes c’est forcément une soucoupe, pour les ufologues un cas de RR3 avéré, et pour les sceptiques un énième cas de méprise avec un hélicoptère, engin mal connu à l’époque…

Ce qui m’a poussé à traiter ce cas, ce n’est pas sa simplicité (car il est quand même relativement simple) mais plus l’intime conviction que la totalité des enquêteurs qui l’ont étudié ont fait fausse route sans exception. Ces derniers ont le plus souvent préféré se réfugier derrière des solutions toutes trouvées, mettant leurs incohérences sur le compte de l’imprécision des témoignages plutôt que de s’orienter vers des solutions bien plus simples... Dans le genre c’est presque un cas d’école !

Bref, hélicoptère, soucoupe volante… ou tout autre chose, c’est ce que nous allons voir ici.

Chronologiquement parlant, ce cas se déroule à la fin de ce que l’on a surnommé la vague de 1954. Pour les journalistes de l’époque la tentation de relier cette affaire banale à la masse des histoires insolites apparues dans le courant de l’année était probablement trop forte. C’est d’ailleurs manifestement là l’origine de toute cette affaire.

Le dossier en lien ci-dessous comporte des dizaines d’articles faisant référence à ce cas. Merci au passage à son auteur d’en avoir fait la compilation, cela m’aura été bien utile. Pour vous en simplifier la lecture j’en ai extrait les éléments les plus pertinents.

http://ufologie.patrickgross.org/1954/24sep1954digesf.htm



JOURNAL "L'YONNE REPUBLICAINE:" 28 septembre 1954 (paru seulement 4 jours après les faits).
On y apprend que le journal a envoyé au moins deux journalistes sur place, ce qui tend à donner du crédit aux propos rapportés par les témoins.

Récit des journalistes :
…deux personnes de Diges ont aperçu, Vendredi matin, à 9 heures environ, un engin de couleur foncée et terne, tapi à l'angle d'une clairière. Sans bruit, l'appareil a disparu avec rapidité et discrétion. …nous avons été obligés de nous rendre à l'évidence. Un engin inconnu de la technique volante moderne répandue sur notre planète s'est posé, vendredi matin, à Diges.

Mme Vve Geoffroy (le 1er témoin, 69 ans) s’exprime : … mon attention fut attirée à gauche par un engin bizarre. Auprès de cette masse ayant la forme d'une soucoupe renversée, un homme de taille moyenne me regardait. Il était vêtu de couleur foncée et portait sur la tête une sorte de calot kaki - vraisemblablement. Il dépassait d'une tête la hauteur de la soucoupe.

- Couleur de l’engin : Gris sale foncé, presque marron… terne.
- Dimensions de l’engin : 5 à 6 mètres. J'étais à une centaine de mètres. Je n'ai pas regardé longtemps.
- Le site : Le pré (80 mètres sur 40), légèrement montant… le quatrième côté du pré est bordé par une route.

Les journalistes ajoutent : Ayant noté quelques traces de roues dans le champ… Mais nos suppositions allaient s'effacer devant les réponses de la seconde personne ayant vu la soucoupe.

Mlle Gisèle FIN (le 2eme témoin, 16 ans) s’exprime : Mes chiens se sont mis à japper dans le pré. Je me suis approchée à une trentaine de mètres et, de cette place, j'ai vu un engin, plus bas qu'une voiture, de couleur gris foncée, marron. Un mélange difficile à décrire. Terne et unie. La hauteur : Un mètre environ. L'engin de cinq mètres au moins était plus pointu à un bout et plus arrondi à l'autre.
Je maintiens qu'il était plus effilé d'un côté. Il reposait comme sur des patins. Je les ai vus. …une porte, comme celle d'une trappe, était ouverte, "droite en l'air". (Ce que Mme Geoffroy de plus loin à pris pour un renflement) Rien ne brillait sur cette porte? Non, c'était bien une porte, croyez-moi. Le pilote en tenue foncée presque noire portait un casque. Il avait des souliers et, près de son appareil, travaillait, presque accroupi. Le col de sa combinaison était relevé. Je n'ai pas vu la couleur de sa peau."

Elle quitte donc l'engin des yeux et s'enfonce dans le bois. Lorsque, par la route, elle revient regarder dans la clairière, l'engin a disparu sans aucun bruit. D’après une habitante de la ferme de Mme Guillot qui est allée quelques instants plus tard sur les lieux. Elle nous affirme, comme Mlle Fin, avoir vu dans la rosée deux traces distantes de 50 centimètres et large comme le doigt (l'herbe était sèche à cet endroit).


Nous voici arrivé à la fin du premier article de presse.



Bon normalement avec ce seul récit vous devriez être en mesure d’identifier assez facilement l’engin mystérieux qui se trouvait face aux deux témoins. Franchement ce n’est pas très difficile si on suit à la lettre les explications qui ont été données…

Dans l’ensemble tous les autres articles qui suivent dans le dossier sont des versions édulcorés de cette description originale et n’ont donc que peu d’intérêt. Il est hautement probable que ces documents ont été en grande majorité rédigés sans qu’aucune enquête de terrain n’ait été conduite. Toutefois certains d’entre eux comportent des éléments intéressants.

On y apprend entre autre que l’engin pouvait mesurer jusqu’à 7 mètres et était en forme de cigare, plus ou moins pointu, éventuellement bombé en son milieu. Mlle FIN a quitté l’engin des yeux pendant 3 ou 4 minutes (elle est donc restée proche du site) avant que l’engin ne disparaisse. Sur la rosée, à la place où l’engin avait été vu, se trouvaient des traces d'herbes sèches, distantes de 50 à 80 centimètres environ. Ces marques faisaient penser à des marques de patins très minces.

Après quoi de nombreux acteurs extérieurs ont donné leur point de vue sur le cas. Beaucoup, dont l’ufologue Charles Garreau pointent l’hélicoptère Bell 47 comme coupable probable de cette affaire, même si d’autres indiquent des discordances entre cette hypothèse et les traces au sol. Jacques Vallée transforme allègrement le cigare en soucoupe, et de nombreux ufologues le citent sans plus de vérifications. Certains rappels que personne n’a rien vu, ni décoller ni atterrir, mais que l’accoutrement du pilote fait penser à un pilote d’hélicoptère.



Patrick Gross, l’auteur du site web déclare pour finir que : Si un ufologue ayant enquêté sur place a conclu, de même que certains journalistes qu’il devait s’agir d’un hélicoptère Bell 47, il devient « parfaitement illégitime de proposer sans bases sérieuses » d’autres options.

Là-dessus il brocarde Jacques Vallée pour avoir maquiller cette affaire en cas ufologique « là où il n'y a qu'hélicoptère. » Idem pour les enquêteurs « Barthel et Brucker » qui se font allumer pour les même raisons.  «Il y a simplement l'ignorance de ce qu'est un hélicoptère, engin très nouveau dans la France de 1954, au moins pour une veuve de 59 ans et une jeune fille de 16 ans dont on peut légitimement supposer qu'elles ne sont pas au fait des dernières nouveautés aéronautiques …»

L’auteur, bien que convaincu note toutefois quelques « problèmes » concernant l’hypothèse hélicoptère :
- la taille de l'engin décrit semble être trop petite pour correspondre au Bell 47.
- En France en 1954, des Bell 47 il y en avait fort peu, 1 exemplaire militaire et quelques appareils civils d'épandage agricole. Il semble bien que ce n'est qu'en 1955 qu'un deuxième Bell 47 militaire est acquis.
-  problème de l'intervalle entre les patins même si plusieurs traces peuvent avoir été imbriquées les unes dans les autres (si l'engin a rebondi ou si des confusions avec les traces de voitures également vue-là ont eu lieu).
- Le silence est un problème pour la théorie de l'hélicoptère, mais il se peut que ce soit seulement un problème dû au manque de précision dans l'article de journal ou le résultat d'un certain malentendu.

Mais faut-il renoncer à l'hélicoptère? Pour l’auteur certainement pas ! Il propose alors le "Djinn 22 SO 1221" de pré-série construits pour évaluation pour l'armée française. Les vols débutent au sein l'Aviation Légère de l'Armée de Terre... le 23 septembre 1954, "comme par hasard".

Ensuite vient l’éternelle question qui finit toujours par "non" :
Mais sont-ce des témoins qualifiés? … à une époque où pratiquement personne n'a jamais vu un hélicoptère… Les deux témoins ne sont pas des témoins qualifiés. De plus, les deux témoins n'ont pas décrit une soucoupe volante.

Il ajoute enfin :
Il est évident que les journalistes n'ont pas même pensé à un hélicoptère. Ils ont pensé à une voiture sous une housse, et l'ont éliminée puisque les voitures ne volent pas… il est évident que le journaliste sait d'avance ce qu'il recherche: une soucoupe. Il sait qu'une soucoupe est ronde et brillante. Mais les deux témoins sont tout à fait clairs: la chose n'est pas brillante et n'est pas ronde.
Bref, tout le monde conclu à un hélicoptère, donc il s’agissait probablement d’un petit hélicoptère léger.

Voilà pour l’avis de l’auteur du site web qui synthétise assez bien les propos des autres enquêteurs ayant étudié le cas.



Dernière édition par gfx le 22.01.18 10:02, édité 3 fois

gfx

avatar
Mon analyse de cette affaire :

Bon allez, arrêtons 5 minutes de se fourvoyer à essayer d’expliquer qu’un carré, bah c’est un peu rond si on le regarde dans le bon sens. Aucun hélicoptère ne s’est posé à Diges ce matin-là. Ce que les témoins ont vu et n’ont pas su identifier devait très probablement ressembler à une voiture de sport comme celle-là :


0e4a841976d6ae6e4231d9d58a1b3b53.jpg


Si on suit précisément les descriptions des témoins c’est la seule chose qui cadre avec le récit. La forme de soucoupe renversée ou de cigare, plus pointu à une extrémité et ronde à l’autre, la longueur, la hauteur, la couleur, la bosse sur le dessus, la trappe ouverte, l’accoutrement du pilote, tout colle… sauf peut-être pour l’histoire des patins mais j’y reviens plus loin.

Cette forme spécifique de voiture de sport apparait au début des années 30 et se généralise dans toutes les courses d’avant-guerre. Ce n’est que vers le milieu des années 50 que de nouveaux modèles de voitures type roadster les remplacent définitivement avec les débuts de la formule 1. Ce type de véhicule existait en version monoplace pour la compétition et en version biplace, le plus souvent pour le loisir, et étaient donc homologués pour rouler sur route. Certains modèles biplaces ont fait de la compétition, ou ont fini par en faire de nos jours grâce à leur statut de véhicule vintage. A noter que les modèles biplaces pouvaient être équipées d’un coffre pour une roue de secours, ce qui peut expliquer la "trappe ouverte" décrite par Mlle Fin.


e9f4e990282d3b89d58d097cc7496bba.jpg
Alfa Romeo 12c de 1938, une biplace de compétition comportant un coffre.


Concernant l’identification exacte du véhicule incriminé, autant dire que ce n’est pas évident tant la forme décrite reste vague et se retrouve plus ou moins chez tous les modèles de sports ayant précédés les années 50. Des dizaines de fabricants (souvent disparus) ont produits des modèles similaires dans toute l’Europe. Pour un amateur de sport automobile ou un garagiste, acquérir un bolide de course d’occasion et l’utiliser sur route étaient tout à fait envisageable et il devait en exister à tous les prix en fonction de la marque et de la vétusté du véhicule.


Mais est-il possible que ces deux femmes n’aient su reconnaitre une simple voiture de sport ?

En 1954, à une époque où il n’y a pas la télévision dans les campagnes, la probabilité que deux paysannes aient déjà vu, ne serait-ce qu’en photo une monoplace de course, ou son équivalent biplace (et qu’elles s’en souviennent) est assez peu probable. Un homme ou un adolescent auraient certainement identifié l’objet et décidé de s’en approcher, mais pour nos deux témoins c’est la peur qui a visiblement pris le dessus.

Comme le montre cette photo du site prise en 2006, il y a bien des traces de pneus qui traversent le pré, et il semble que c’était déjà le cas en 1954. Il ne s’agit pas simplement de traces « d’accès » mais bel et bien de traces de passages fréquents qui sont clairement visibles. Pour un pilote amateur cela pouvait tout à fait prendre l’allure d’un raccourci (que jamais il ne trouva). Malheureusement une surchauffe momentanée du moteur l’aurait contraint à y faire une halte improvisée de quelques minutes, d’où son attitude manifestement passive quand les témoins l’on observé.


de88ab8da365575deab8bbd41de451d8.jpg


Pour les habitants du coin, entendre passer une voiture, même bruyante à proximité de leur habitation n’avait surement rien de surprenant. A contrario un hélicoptère volant à basse altitude aurait forcement attirer l’attention. Mlle Fin a déclaré aux journalistes n’avoir quitté les lieux que 3 ou 4 minutes. Dans cet intervalle de temps très court un hélicoptère aurait à peine eu le temps de décoller. Les vidéos de décollage de Bell 47 dispo sur youtube dépassent allègrement les 4 minutes et sont toujours coupées en leur milieu tant la procédure de décollage est chronophage et laborieuse… Des militaires auraient-ils pu bâcler la checklist d’un hélicoptère neuf ? Sérieusement !? Comparativement une voiture aurait pu quitter la scène très discrètement en moins d’une minute sans attirer l’attention du voisinage…

La couleur décrite du véhicule laisse penser qu’il doit s’agir d’un modèle plutôt ancien car dès la fin de la guerre les peintures métallisées se sont généralisés en compétition. De plus le propriétaire semble avoir pris ce pré pour un passage des plus convenable, ce qui laisse penser que cette voiture était loin d’être neuve. Retrouver des photographies en couleur de véhicules "d’avant-guerre" est pratiquement impossible, et de nos jours se sont surtout des véhicules de marques prestigieuses qui tournent sur les circuits des courses vintages. Si un pilote a décidé de traverser un pré ce matin de septembre, ce n’était probablement pas à bord d’une Ferrari ou d’une Bugatti, même si cela reste possible. Nombres de petits fabricants ont disparu ce qui rend la recherche des modèles « bon marché» assez laborieuse pour un non spécialiste comme moi (et j’ai cherché…).


936aede11c3722906f458943759123ca.jpg
Pas sûr qu’elle finisse dans un musée celle-là !


L’absence des roues dans les descriptions des témoins peut également trouver une explication :
Avant 1950 les roues à rayons étaient presque toujours peintes de la même couleur que le véhicule, ou peintes en noir. Il semble que c’était vraiment la mode à l’époque. Du coup, si l’objet décrit était bien gris sombre, presque marron,  les roues devaient être difficiles à distinguer de loin. Les pneus noirs, probablement recouvert d’herbes ont pu facilement disparaitre dans la silhouette du véhicule. Certains modèles surbaissés auraient pu donner l’impression que la carrosserie était directement en contact avec le sol. Un contrejour éventuel pouvant achever de camoufler cet élément clé.

Quelques exemples ici :
http://forum-du-cavallino.com/Forum-du-Cavallino/forum_9.php?page=2&return=1&msg=201125

Les patins que dit avoir observés Mlle Fin reste quand même difficilement explicables. Un modèle de voiture plus caréné aurait pu masquer les roues mais cette configuration était assez rare. Il pourrait aussi s’agir d’une confusion avec des pots d’échappement chromés descendant du moteur et courant le long du véhicule… techniquement de loin cela à bien une forme de ski et cela attirera bien plus l’œil que des roues à rayons peintes.


Exemple : une Alta de 1949 :

bccc9b9df2e3e5dd1b226b5d9a53aaab.jpg


Si depuis le début de mon analyse j’insiste autant sur le caractère "compétition" du véhicule mis en cause dans cette affaire ce n’est pas par simple admiration pour les belles mécaniques. Les voitures de compétitions de cette époque avaient presque toutes une caractéristique spéciale qui étaient totalement absente sur les voitures de séries, et ce détail particulier pourrait bien être la clé de toute cette affaire.

Cette particularité unique concernait l’accès au bloc moteur : à savoir un capot entièrement démontable comme celui-ci :


4f87007dfeb65540b0296a8f1be85f8a.jpg


Maintenant rappelez-vous des mystérieuses "traces d’herbes sèches" distantes de 50 centimètres et large comme le doigt que les témoins ont observé après les faits ?

Ne cherchez pas plus loin… C’était simplement le capot surchauffé de la voiture que le conducteur a démonté et a posé sur le sol le temps que le moteur refroidisse. Invariablement quelques soit la cause de l’arrêt, le capot était forcément très chaud. La forme en demi tonneau de 50 à 80 cm de large a laissé deux belles marques parallèles qui ont fait s’évaporé la rosée sur toute sa longueur. Est-ce que le capot posé au sol a pu en plus induire les témoins en erreur en faisant croire que l’une des roues était en fait un patin ? Difficile à dire mais cela reste plausible…

Une HWM Jaguar S3800 de 1949 en photo ci-dessous possède un capot entièrement amovible… et sa couleur d’origine rappelle étrangement celle décrite dans cette affaire, ce qui en fait une bonne candidate possible... mais une parmi tant d’autres…


8fb0c387943522b67ba7fd2b2d103928.jpg


Un moment j’ai envisagé que ces traces mystérieuses puissent provenir de pots d’échappements parallèles situés sous la voiture mais cette configuration était assez rare dans les années 50 ce qui rend cette hypothèse moins probable.

Comparativement un hélicoptère aurait laissé des marques bien différentes à celles retrouvées sur le site, et il est difficile d’expliquer pourquoi la rosée aurait disparu à cet endroit précis. La rosée ce n’est pas de la neige et il est difficile d’y laisser une marque visible… aucune trace de pas n’a par exemple été observé sur le site hors on sait qu’il y avait bien quelqu’un debout sur place. Quant aux traces de pneus, il y en avait manifestement déjà…

Alors évidemment si un hélicoptère n’est pas le meilleur candidat pour expliquer les traces retrouvées sur place, reste que les patins du Bell 47 sont bien de vrais patins. Mais c’est paradoxalement aussi la seule chose qui fait tenir cette hypothèse debout…  pour le reste il n’y a qu’à faire un constat simple :


c6aae7c31670a60774598b1b2e7011ea.jpg



Pour moi c’est une affaire classée !

Patrice

avatar
Administration
Administration
Beau texte mais je vois mal une voiture en 1954 à cet endroit. L'hélico me parait plus probable ou bien...un OVNI c'est plus simple.
La contre-enquête faite par un enquêteur de l'Yonne (qui manque ici) laisse à penser que la méprise la plus probable est celle d'un hélico.
Merci quand même.

D’après une habitante de la ferme de Mme Guillot qui est allée quelques instants plus tard sur les lieux. Elle nous affirme, comme Mlle Fin, avoir vu dans la rosée deux traces distantes de 50 centimètres et large comme le doigt (l'herbe était sèche à cet endroit).

Comment valider cette mesure ? D'après une habitante .... A-t-elle mesurée ? Rejeter cette mesure n'est pas un acte sceptique, c'est juste du bon sens...


Mlle Fin a déclaré aux journalistes n’avoir quitté les lieux que 3 ou 4 minutes. Dans cet intervalle de temps très court un hélicoptère aurait à peine eu le temps de décoller. Les vidéos de décollage de Bell 47 dispo sur youtube dépassent allègrement les 4 minutes et sont toujours coupées en leur milieu tant la procédure de décollage est chronophage et laborieuse… Des militaires auraient-ils pu bâcler la checklist d’un hélicoptère neuf ?

C'est le témoin qui déclare ! 3 ou 4 minutes... C'est approximatif (et compréhensible) mais en aucun cas une mesure fiable là aussi. Pourquoi pas 5 ou 6 mn ? C'est tout aussi probable.
Comparé une vidéo de décollage c'est bien mais mettre en parallèle la checkist dans ce cas est inapproprié.
Pourquoi ?
Tout simplement parce que cette procédure vaut pour le départ de la mission, sur base, pas en cas d’exercice (maniabilité, prise en main) sur un site extérieur. Là pas besoin de faire la checkist.
En 1954 plusieurs att. et décollage d'hélico eurent lieu sans délai chronophage, juste poser les roues et hop ! J'ai quelques témoignages de gens, en 1954, qui ont déclaré -dans le 77 nota) avoir vu un jour un hélico se poser dans leur champ et décollé. mais point d'OVNI m'avaient-ils alors déclaré.
Mimétisme ? Shocked

http://ufo-scepticisme.forumactif.com

gfx

avatar
Dossiers de S.O a écrit:
La contre-enquête faite par un enquêteur de l'Yonne (qui manque ici) laisse à penser que la méprise la plus probable est celle d'un hélico.

Toutes les contres enquêtes pointes vers une méprise hélico... et toutes se prennent les pieds dans le tapis pour les raisons qui sont évoqué dans mon analyse, et que d'autres avaient de toutes façon relevés avant moi.


Dossiers de S.O a écrit:
Comment valider cette mesure ? D'après une habitante .... A-t-elle mesurée ? Rejeter cette mesure n'est pas un acte sceptique, c'est juste du bon sens...

Vu comme ça tu peux rejeter n'importe quel élément du cas décrit par les témoins, la longueur, la hauteur, la couleur etc... et du coup chacun garde un peu ce qu'il veut et écrit un peu n'importe quoi !   Shocked
Alors non ce n'est pas une mesure scientifique... mais les témoins restent sûr de leurs fait ! Pour moi ça a de la valeur pour une enquête... Reste à vérifier si c'est fiable ou pas.

Écarter cet élément uniquement parcequ'il n'a pas été mesuré scientifiquement c'est se priver d'un élément important.
Il n'y a qu'a voir d'ailleurs ce que les enquêteurs en ont fait en le faisant passer pour des traces de patins d’hélico ! C'est pas scientifique donc on peut tordre le témoignage comme on veut et faire cadrer ça avec la théorie que l'on défend...

C'est un peu facile non ?


Dossiers de S.O a écrit:
C'est le témoin qui déclare ! 3 ou 4 minutes... C'est approximatif (et compréhensible) mais en aucun cas une mesure fiable là aussi. Pourquoi pas 5 ou 6 mn ? C'est tout aussi probable.

Dans le récit elle dit qu'elle a contourné un bosquet d'arbres afin de revenir sur le site par la route. Alors oui, c'est peut-être pas très précis comme mesure, mais ça reste un délais relativement cours.

Dossiers de S.O a écrit:
Là pas besoin de faire la checkist.

Je parlais de la checklist de décollage et non la checklist pré-vol, genre : allumer les pompes à carburants, mettre tel potard sur "on", couper tel circuit, puis le rallumer quand la jauge indique tant, etc... Ça prend largement 4 à 5 minutes quand on est à l’arrêt.

Et si hélico il y avait, il était FORCEMENT à l’arrêt !
Mais bon, il n'y avait pas d’hélico...

Dossiers de S.O a écrit:
En 1954 plusieurs att. et décollage d'hélico eurent lieu sans délai chronophage, juste poser les roues et hop !

Oui, on appel ça un "touch'n go"... mais je crois que cette affaire ne rentre pas dans ce cadre.

Ci-joint la procédure de décollage d'un Bell 47 :
Ça démarre à 8.38 (et ça cut à 10.36 parceque c'est trop long):

https://www.youtube.com/watch?v=UKpdSc8VCIk

Patrice

avatar
Administration
Administration
Et si hélico il y avait, il était FORCEMENT à l’arrêt !

Rien ne le prouve désolé.
Pour le reste mes "arguments" ne sont que des "arguments" qui ont soit autant de valeur que les vôtres soit sont aussi nuls. C'est uniquement cela que je soulève au passage.
Les estimations des témoins il y a longtemps que j'en ai appréciée les valeurs. Faire une confiance aveugle est une grosse erreur mais passons.
Suffit de voir la crédibilité lors de RA ou de passage de lanternes...
Ensuite on ne rejete rien on note, c'est pas la même chose.
Accréditer à coup sur n'est pas scientifique, mettre en doute oui.


Bref, voiture pour vous, hélico pour d'autres, OVNI pour les derniers. Moi c'est toujours l'hypo hélico qui reste la plus probable.

Ceci dit beau travail quand même.

http://ufo-scepticisme.forumactif.com

Patrice

avatar
Administration
Administration
PS- le décollage peux être plus rapide. Puis comme dit la durée est estimée par les témoins... 4 minutes, cinq , six ? C'est approximatif et ne doit pas être prise plus qu'une estimation.
Si vous saviez les écarts enregistrés dans les déclarations de témoins (ce qui est normal notez le svp !)

Cool

http://ufo-scepticisme.forumactif.com

gfx

avatar
Dossiers de S.O a écrit:
Si vous saviez les écarts enregistrés dans les déclarations de témoins (ce qui est normal notez le svp !)
Cool

Je me doute qu'il y a des écarts, parfois très important, entre des déclarations de témoins et la réalité. Nul besoin de faire de l'ufologie pour s'en rendre compte, de simple témoignages concernant des affaires judiciaires suffisent. Toutefois il ne faut pas tomber dans l’excès inverse qui tendrait à laisser croire que, parecque c'est un témoignage humain, alors c'est forcement ultra peu fiable et donc interprétable à l'envie.

Je pense qu'avant de supposer que le témoin se trompe il faut supposer qu'il ne se trompe pas. Après si rien ne cadre avec les déclarations on essai de voir ce qui cadre le mieux avec les faits en suppriment le moins de choses possibles dans le témoignage original.

Comme je l'ai dit en conclusion, l’hypothèse hélico ne tient que grâce à cette histoire de patins. Enfin les patins + la supposition que tous les détails du cas sont faux ou erronés. Ce n'est pas ce que l'on peut appeler "l’hypothèse la plus économe" ! Cool

oncle dom

avatar
gfx a écrit:Diges, 24 septembre 1954,...

Chronologiquement parlant, ce cas se déroule à la fin de ce que l’on a surnommé la vague de 1954.
Tu m'as l'air de connaître la vague de 1954, comme Donald Trump connaît la météorologie d'Aristote (Aris quoi?).
Le 24 septembre appartient à la phase ascendante de la vague, qu'Aimé Michel appelait "crescendo". La fin de la vague est survenue à la mi-novembre.

Aucun hélicoptère ne s’est posé à Diges ce matin-là. Ce que les témoins ont vu et n’ont pas su identifier devait très probablement ressembler à une voiture de sport comme celle-là :



Si on suit précisément les descriptions des témoins c’est la seule chose qui cadre avec le récit. La forme de soucoupe renversée ou de cigare, plus pointu à une extrémité et ronde à l’autre, la longueur, la hauteur, la couleur, la bosse sur le dessus, la trappe ouverte, l’accoutrement du pilote, tout colle… sauf peut-être pour l’histoire des patins mais j’y reviens plus loin.
1/ tu ne sais même pas insérer une image
2) c'est la photo d'une voiture de course, et non d'une voiture de sport. Or une voiture de course avait encore moins à faire là qu'un hélicoptère
3) il faut avoir fumé la moquette pour voir la description de cette voiture dans le rapport de cette histoire (mais j'ignore ce que tu fumes)

Pour le reste tu t'en tiens à l'hypothèse de la voiture au prix d'une kyrielle d'hypothèse
- si c'était un modèle biplace
- s'il y avait un coffre et s'il était ouvert
- si c'était un modèle d'occasion acheté par un amateur aisé
- si le conducteur a pris un raccourci
- si le moteur a brusquement surchauffé
- si c'était un modèle ancien peint d'une couleur non métallisé
- si les roues étaient peintes de la même couleur que la voiture
- si les pneus étaient recouverts d'herbe
- si le pilote a retiré le capot surchauffé pour le poser au sol
Alors ce n'était pas un hélicoptère.

Mais
- si je savais extraire Paris de son support
- si j'avais une bouteille assez grande
Alors je pourrais mettre Paris dans la bouteille  

http://oncle-dom.fr/index.htm

Patrice

avatar
Administration
Administration
Voyons :

Dans l'Yonne Républicaine du 24 septembre 1954, il est écrit :

"- Vous savez, 5 à 6 mètres. J'étais à une centaine de mètres. Je n'ai pas regardé longtemps. La peur s'est emparée de moi et je suis repartie sans "battre" mon linge. Y étant retournée deux heures après, je n'ai rien vu. Pas de traces."

Pas de trace ? Mince !

Puis plus loin :

d'après une habitante de la ferme de Mme Guillot qui est allée quelques instants plus tard sur les lieux. Elle nous affirme, comme Mlle Fin, avoir vu dans la rosée deux traces distantes de 50 centimètres et large comme le doigt (l'herbe était sèche à cet endroit).

D'après ! Première question : Cette personne a-t-elle regardée au bon endroit ? Qui peux l'affirmer ? je suis sceptique sur cette découverte mais d’après Gfx nous devrions tenir compte de cela ? Non, on note point, mais cette affirmation reste sujet à caution. A elle seule nous ne pouvons nous y référer !
Et ne causons pas de la dimension (déjà soulevé)...

Avec ses chèvres, Mlle Gisèle Fin suit un sentier et s'approche de la route où elle sera plus en sécurité. Elle quitte donc l'engin des yeux et s'enfonce dans le bois. Lorsque, par la route, elle revient regarder dans la clairière, l'engin a disparu sans aucun bruit.

L'a-elle ou pas vu disparaître ? La question est là et pas ailleurs.
Bruit ou pas il nous faudrait une information fiable ici non ?

Or il est écrit ici : (le lendemain dans le même journal)
De forme allongée, mesurant six ou sept mètres, le cigare (vu de profil) était de couleur brune et présentait un renflement à sa partie centrale supérieure. A côté, un homme de taille moyenne regardait justement Mme Geoffroy, qui prit peur et ne revint que deux heures plus tard.

Tout repose sur Mlle Fin ! Elle dit "après trois ou quatre minutes". Le tour a donc été fait en courant , boutade ! Smile

Non il est dit là aussi : "Lorsqu'elle voulut regarder de nouveau, elle ne vit plus rien. Sans bruit, l'engin avait disparu."

Vu disparaître ou pas ? il y a pas mal de contradictions non ? mais bon ce sont les journalistes....
Fiable ou pas les infos ?

Nous en revenons à la trace. plus haut "pas vu" puis Mlle Fin déclare le lendemain :

Sur la rosée, à la place où il avait été vu, se trouvaient des traces d'herbes sèches, distantes de 80 centimètres, attestant que la soucoupe, montée sur patins, "je les ai nettement vus", dit Mlle Fin, s'était bien posée là.

??? vu ou pas ? 50 cm ou 80 cm ?
Lorsque je dis attention avec les estimations....

Bref, si c'est une voiture, si Mlle Fin a vu l'engin partir, elle ne l'aurait pas entendu ? Comme pour un hélico ?

En revanche si elle n'a pas vu la disparition de l'engin, alors voiture ou hélico c'est du pareil au même niveau hypo.

Dans le journal "Le Provençal" il est dit :
Deux heures après, quand je suis revenue, le cigare avait disparu."


(sifflote)

Pour Mlle Fin à ce même sujet :  Effrayée à son tour, la jeune fille prit la fuite."

(re-sifflote)

C'est aussi cela tenir compte des informations.

http://ufo-scepticisme.forumactif.com

gfx

avatar
oncle dom a écrit:
1/ tu ne sais même pas insérer une image

J'ai pas trouvé de mode d'emploi, désolé.

oncle dom a écrit:
2) c'est la photo d'une voiture de course, et non d'une voiture de sport. Or une voiture de course avait encore moins à faire là qu'un hélicoptère

Si aujourd'hui la distinction entre voiture de course et voiture de sport est évidente, à l’époque elle l’était beaucoup moins. Il arrivait souvent que des voitures de sport finissent sur circuit à côté de voitures de courses. La forme étant quasiment la même cela ne change pas grand chose.

Et je ne vois pas pourquoi une telle voiture n'aurait pas pu se trouver là ? Sont-elles fabriqués sur une autre planète ?
Il y avait certainement bien plus de voitures de sport entre les mains de particuliers en 1954 que hélicoptères entre les mains de pilotes.

oncle dom a écrit:
3) il faut avoir fumé la moquette pour voir la description de cette voiture dans le rapport de cette histoire (mais j'ignore ce que tu fumes)

Toujours aussi directe...
Pourtant les cotes décrites correspondent plutôt bien à une voiture tu ne trouves pas ?
Enfin non, il y a un autre véhicule qui fonctionne encore mieux, c'est le bobsleigh, mais ça je te l''accorde, c'est vraiment improbable comme hypothèse !! Cool

oncle dom a écrit:
Pour le reste tu t'en tiens à l'hypothèse de la voiture au prix d'une kyrielle d'hypothèse
- si c'était un modèle biplace
- s'il y avait un coffre et s'il était ouvert
- si c'était un modèle d'occasion acheté par un amateur aisé
- si le conducteur a pris un raccourci
- si le moteur a brusquement surchauffé
- si c'était un modèle ancien peint d'une couleur non métallisé
- si les roues étaient peintes de la même couleur que la voiture
- si les pneus étaient recouverts d'herbe
- si le pilote a retiré le capot surchauffé pour le poser au sol
Alors ce n'était pas un hélicoptère.

C’était probablement une biplace car la témoin parle d'une porte ouverte droite en l'air. Il devait s'agir d'un coffre, ce qui existait sur certaines biplaces. De plus, un particulier avait plus de chance de rouler dans une biplace que dans une monoplace.

Un amateur aisé pouvait acheter ce genre de voiture... ça a toujours été le cas depuis les débuts de l'automobile.
Le terrain était praticable pour une voiture (il y avait des traces visibles, les journalistes les ont vu) et c'est toujours le cas aujourd'hui.
Si le capot de la voiture était entièrement démontable, le conducteur a été obligé de le démonter pour regarder dans le moteur, hors, pourquoi se serait-il arrêté en plein champ si ce n'est parcequ'il a rencontré un problème technique ?

Il existe moult exemple de voiture peintes avec une peinture matte et encore plus d'exemple de voitures dont les roues sont peintes avec la même peinture que la carrosserie.
Une voiture qui traverse un champ aura forcement ses pneus recouvert d'herbe. Surtout si il y a de la rosée au sol !


Bref, mon explication est 100% prosaïque et je pense qu'elle se tient très largement. Je ne parle que d'un conducteur de voiture de sport qui traverse un pré et qui y fait une halte improvisée suite à une surchauffe. C'est loin d’être une explication improbable.

Si quelqu'un a mieux, c'est ouvert !

Patrice

avatar
Administration
Administration
Assez onéreux à l'époque :

http://www.persee.fr/doc/estat_0423-5681_1957_num_12_9_8460

Bref c'est donc une voiture sports ou pas, mais une voiture !
Si l'hypo. est séduisante (et pourquoi ne le sera-t-elle pas ?) elle souffre de trop d'approximation.
L'hélico un peu moins.
Cela n'explique en rien les contradictions des témoins ,les mesures (50 cm ou 80 cm) etc...
Mais ne pas en tenir compte non plus.

PS -
- si les pneus étaient recouverts d'herbe

impossible votre honneur. Il est dit que le terrain était sec....

http://ufo-scepticisme.forumactif.com

gfx

avatar
Dossiers de S.O a écrit:
impossible votre honneur. Il est dit que le terrain était sec....

Dans la journée, oui... mais les témoins ont bel et bien distingué des marques d'herbe sèche ou la rosée avait disparu.
Donc a 9h du matin le sol devait être très humide.

Patrice

avatar
Administration
Administration
Vi, vi, vi !
C'est plus des traces alors si les pneus avaient été entourés d'herbes, c'est de la gadoux, gadoux, gadoux.... Very Happy

http://ufo-scepticisme.forumactif.com

marcassite

avatar
Membre d'honneur
Membre d'honneur
O.Dom a devancé mes remarques (photo non visibles, méconnaissance totale de la vague 54, hypo improbable de la voiture de course/circuit loin de la route dans un pré).diablotin content

J'ajouterai  :
- que les Bell 47 francais (ALAT et G.N) sont peu nombreux  (donc bel et bien risque de non identification et méprise) mais qu'il y a ceux des bases US OTAN en France que GFX et P Gross oublient ! Il équipe les armées US depuis 1947 et sera nommé Bell H13 puis Bell 47 surnom "Sioux".
http://www.avionslegendaires.net/avion-militaire/bell-h-13-sioux/
Et bien d'autres petits hélicos cités par P.Gross peuvent convenir mais pas le Djinn qui vole seulement en décembre 54.

-La teinte (gris ou kaki) de l'appareil colle avec les peintures d'époque pour les hélicos.

- qu' un gars de peau noire ou foncée avec une combi et un calot voire un casque fait plus penser à un militaire qu'à un conducteur. Si le conducteur avait un casque , il aurait aussi les nécesssaires grosses lunettes dessus (ou au cou ou sur ses yeux) qui seraient très visibles. Conduire ce type de bagnole sans lunette GFX tu es certain ?

-GFX parle de respecter ce que disent les témoins (mais seulement quand çà l'arrange) et met des roues quand un témoin voit les patins qui deviennent un pot d'échappement. Il met de l'herbe haute pour cacher ses roues peintes alors que les patins ont été vus (donc herbe basse, chèvres qui paturent...).

-
GFX a écrit:Comme le montre cette photo du site prise en 2006, il y a bien des traces de pneus qui traversent le pré, et il semble que c’était déjà le cas en 1954. Il ne s’agit pas simplement de traces « d’accès » mais bel et bien de traces de passages fréquents qui sont clairement visibles.

Hé oui, les traces des roues entre la route et le pré auraient été nettes et évidentes dans l'herbe (surtout si rosée du matin en plus !). Mais personne ne les voit en 54...Sauf GFX qui ne cherche pas de photo de presse ou aériennes de 54. J'attends ta photo d'époque qui les montre STP ?. Tu connais geoportail ou remonter le temps ?

Mais ce sont les sceptiques qui torturent les récits ou font des hypothèses ad hoc ou affirmations gratuites et évidemment GFX qui a tout compris

EDIT  ; l'homme est vu accroupi. Or si c'est une voiture :
-il devrait être penché sur le moteur ...avec capot au sol visible aussi. OU alors couché sous sa bagnole...
-si pneu crevé, là c'est logique. Sauf que faut être neuneu pour s'enfiler dans un pré pour changer sa roue !
-si hélico , position bien plus logique.
A moins que ce ne soit pour un besoin pressant (gastro) mais là encore un conducteur ne mettra pas sa voiture dans le pré et il y a des arbres pour se cacher ailleurs... Un pilote qui a une gastro lui devra se poser dans un pré, écarté des arbres.
MArrant cette histoire de "pilule verte" trouvée au sol (gastro=> médoc) !
O.Dom sais tu si Garreau est à l'origine de l'info ou pas ?



Dernière édition par marcassite le 22.01.18 17:59, édité 1 fois

gfx

avatar
marcassite a écrit:O.Dom a devancé mes remarques (photo non visibles, méconnaissance totale de la vague 54, hypo improbable de la voiture de course/circuit loin de la route dans un pré).diablotin content

Comment ça photo non visible ??
Pourquoi moi je les vois sur mon navigateur ?

Méconnaissance de la vague de 54 ! Et alors... J’étudie un cas, pas une vague... Quel rapport avec notre affaire ?

Hypothèse improbable... une voiture de sport dans un pré qui jouxte une route... sans déconner !

marcassite a écrit:
Il équipe les armées US depuis 1947 et sera nommé Bell H13 puis Bell 47 surnom "Sioux".

Admettons...

marcassite a écrit:
-La teinte (gris ou kaki) de l'appareil colle avec les peintures d'époque pour les hélicos.

Le matos militaire Américain avait bien plus une couleur Kaki que gris foncé à cette époque. Bref, ça colle moyen, hors les deux témoins semble décrire la même couleur...

marcassite a écrit:
- qu' un gars de peau noire ou foncée avec une combi et un calot voire un casque fait plus penser à un militaire qu'à un conducteur. Si le conducteur avait un casque , il aurait aussi les nécesssaires grosses lunettes dessus (ou au cou ou sur ses yeux) qui seraient très visibles. Conduire ce type de bagnole sans lunette GFX tu es certain ?

Il est clairement expliqué que Mlle Fin n'a pas pu identifier la couleur de la peau du pilote, même si elle a été capable de voir que son col était relevé. Quand au fait que cela fasse plus penser à un pilote qu'à un conducteur... ça c'est toi qui le dit et rien ne l'atteste. Un pilote de l’armée aurait certainement porté un casque (assez gros) et non un calot... enfin là on rentre dans un débat sans fin si on commence à disserter sur l’épaisseur du truc qu'il avait sur la tête ! Je prefere ne même pas rentrer la dedans...

Quand aux lunettes... il a pu les enlever, ou alors le témoin ne les a pas vu !
Dire qu'elles seraient forcement très visible... enfin sans déconner, est-ce que tu as fait une vague évaluation de tous les trucs évident et ultra visible que les 2 témoins auraient forcement du voir et que manifestement ils n'ont pas vu pour que l’hypothèse hélico tienne debout ?

Que Mlle Fin loupe l’énorme bulle en plexiglas du Bell 47 ne te pose apparemment pas de problème.
Par contre elle aurait forcement vu les lunettes du conducteur, soit sur sa tête, soit autour de son coup...

Et c'est moi qui suit incohérent !!! Shocked

marcassite a écrit:
-GFX parle de...

Pourquoi tu parles de moi à la troisième personne ?
Je suis là... tu peux me parler directement...
On a toujours l'impression que tu cherches l’approbation de l'assistance, que tu veux que le groupe s'oppose à moi...
Ça n'a pas un nom ce truc déjà...

marcassite a écrit:
-GFX parle de respecter ce que disent les témoins (mais seulement quand çà l'arrange) et met des roues quand un témoin voit les patins qui deviennent un pot d'échappement. Il met de l'herbe haute pour cacher ses roues peintes alors que les patins ont été vus (donc herbe basse, chèvres qui paturent...).

Je met des roues en expliquant pourquoi les témoins ne les ont probablement pas vu.
J'explique pourquoi l'un des témoins a pu prendre un pot d’échappement pour un patin.
Tu supposes que l'herbe était basse mais rien ne le dit...

Si vous n'avez pas vu mes photos, regardez ce que peux donner de l'herbe basse sur des patins de Bell 47 !
https://i.ytimg.com/vi/VCgqnIeG-P4/maxresdefault.jpg

On ne voit que ça, c'est évident !


marcassite a écrit:
-Les traces des roues entre la route et le pré auraient été nettes et évidentes dans l'herbe (surtout si rosée du matin en plus !). Personne ne les voit...Sauf GFX. J'attends ta photo d'époque qui les montre STP ?

Dans le premier article du site de Patrick Gross il y a cette phrase :
"Ayant noté quelques traces de roues dans le champ, nous avons pensé (extrême limite de notre imagination méfiante), qu'un campeur américain ou anglais avait pu pique-niquer au calme avec sa voiture et que celle-ci était recouverte d'une housse gris foncée..."

Mais oui, les traces de roues y a que moi qui les vois !


marcassite a écrit:
Mais ce sont les sceptiques qui torturent les récits et GFX qui a tout compris

Non c'est plus l’incohérence de certains propos qui me torturent !
Exiger des détails ultra-précis alors même que l'on soutient une thèse qui n'en contient aucun...
Paie ta logique.

Patrice

avatar
Administration
Administration
- Il était vêtu de couleur foncée et portait sur la tête une sorte de calot kaki - vraisemblablement. Il dépassait d'une tête la hauteur de la soucoupe."

Déclaration du témoin 1er. (toujours l'article de presse)


Puis :

Non, c'était bien une porte, croyez-moi. Le pilote en tenue foncée presque noire portait un casque

Second témoin (Mlle Fin)

Calot ou casque ? Qui se trompe ?
Détail gfx ?
On oublie ?
On note ?

bon je sais que mes petites remarques n'ont pas votre attention, mais bon.

Continuons :



Photo d'époque. La voiture du journaliste reste sagement au fond ! Hasard ou... logique ?

http://ufo-scepticisme.forumactif.com

marcassite

avatar
Membre d'honneur
Membre d'honneur
Ok tu as raison pour les traces de roues qui ont bien été constatées par la presse. Donc 3 ou4 jours après les faits... Pas du tout certain qu'elles étaient là puisque les témoins ne les ont pas vues le jour même mais ont pourtant noté 2 traces bien moins larges et moins visibles (patins ou capot ou...).

Je ne vois pas de traces de roues venant de la route vers le point de prise de vue (site OVni) la photo de presse du site de PGross et toi si. Une capture écran où tu peux les surligner STP ?



Si quelqu'un d'autre que GFX les voit merci de confirmer (auquel cas c'est mon notebook et pas GFX qui a un probleme.

Pour les patins du Bell, oui, ils me sont nettement visibles sur ta photo. Alors des roues, on ne peut pas les louper...

Ne pas voir des grosses lunettes quand on voit le col et un calot (l'autre témoin dit un casque), j'en doute.

J'attends aussi ton  avis sur mon EDIT que tu n'as peut pas vu :

" l'homme est vu accroupi. Or si c'est une voiture :
-il devrait être penché sur le moteur ...avec capot au sol visible aussi. OU alors couché sous sa bagnole...
-si pneu crevé, là c'est logique. Sauf que faut être neuneu pour s'enfiler dans un pré pour changer sa roue !
-si hélico , position bien plus logique.
A moins que ce ne soit pour un besoin pressant (gastro) mais là encore un conducteur ne mettra pas sa voiture dans le pré et il y a des arbres pour se cacher ailleurs... Un pilote qui a une gastro lui devra se poser dans un pré, écarté des arbres.
MArrant cette histoire de "pilule verte" trouvée au sol (gastro=> médoc) !"



Dernière édition par marcassite le 22.01.18 18:34, édité 1 fois

gfx

avatar
Dossiers de S.O a écrit:
Second témoin (Mlle Fin)

Calot ou casque ? Qui se trompe ?
Détail gfx ?
On oublie ?
On note ?

Qu'essais-tu de démontrer ?
J'ai exposé ces éléments dans mon analyse... reste qu'il va être difficile de dire précisément ce que cette personne avait sur la tête. Et comme ça marche dans les deux hypothèses c'est pas forcement super important. La témoin dit calot, mais même si elle avait dit casque, ça aurait aussi fonctionne avec mon hypothèse concernant la voiture.

Bref c'est pas un détail super important à mon sens.


Dossiers de S.O a écrit:
bon je sais que mes petites remarques n'ont pas votre attention, mais bon.

Pourquoi tu dis ça ?

Patrice

avatar
Administration
Administration
Notons que ce sont les journalistes qui parlent de traces. Ces dernières peuvent très bien provenir de l'hélico (marque des patins). Sinon ils sont idiots et n'auraient pas vu les traces provenant de la route et arrivant à l'endroit du supposé atterrissage ?
A moins que ces traces de roues de voiture n'ont été qu'à cet endroit ? Smile

http://ufo-scepticisme.forumactif.com

Patrice

avatar
Administration
Administration
Gfx il y a une différence entre calot et casque ! Un témoin à 30 m ne peux faire erreur.
Un casque pour un hélico c'est plausible
un calot non (et encore)
En revanche un casque pour une voiture ce serait une première, surtout à cette époque.

C'est uniquement cela que je soulève. Rien d'autres.

http://ufo-scepticisme.forumactif.com

marcassite

avatar
Membre d'honneur
Membre d'honneur
J'aimerai aussi que GFX nous dise, en regardant la photo d'époque ci dessus où il voit des traces de passage d'une voiture (donc deux bandes parallèles  Shocked qui mèneraient à la route ou l'on voit la voiture en fond ! Voir 4 bandes si le conducteur ne repasse pas dessus...) ,
si l'herbe lui semble assez haute pour masquer des roues/pneus noirs d'une voiture ?
Si tel était le cas (herbe haute), les traces de roues du véhicule venant de la route y seraient visibles longtemps après et comme le nez au milieu d'un visage sur la photo.

Patrice

avatar
Administration
Administration
Aucun où (suis un brin suspicieux là) il n'y a pas concertation entre moi et Marcassite. Je le dis de suite...

http://ufo-scepticisme.forumactif.com

gfx

avatar
marcassite a écrit:Ok tu as raison pour les traces de roues qui ont bien été constatées par la presse. Donc 3 ou4 jours après les faits... Pas du tout certain qu'elles étaient là puisque les témoins ne les ont pas vues le jour même mais ont pourtant noté 2 traces bien moins larges et moins visibles (patins ou capot ou...).

Pour le coup je mets ça sur une éventuelle imprécision de l'article. Les témoins n'ont peut-être pas pensé que cela pouvait être important, surtout si c’était quelques chose de fréquent à cet endroit. En gros les témoins se sont concentrées sur ce qui était inhabituel... à savoir les mystérieuses traces, et n'ont pas parlé de ce qui était en toute vraisemblance des traces de pneus dans l'herbe.

La photo du site en noir et blanc est bien cracra... perso je préfère me fier aux déclarations des journalistes qui ont vu des traces de pneus dans le champ. De plus, il ne suffit pas de passer une fois pour faire des traces qui resteront visibles pendant plusieurs jours. Perso mon hypothèse est que cet endroit est un lieu de passage fréquent, que des véhicules y passent presque tous les jours, et que des traces y sont visibles dans l'herbe (même si l'herbe y pousse).

Bref le conducteur du bolide arrive, voit les traces et décide de couper à travers champ. Le moteur lâche... il s’arrête, vérifie que tout va bien, attends que ça refroidisse, puis repart comme si de rien n’était.



marcassite a écrit:
Pour les patins du Bell, oui, ils me sont nettement visibles sur ta photo. Alors des roues, on ne peut pas les louper...
Ne pas voir des grosses lunettes quand on voit le col et un calot (l'autre témoin dit un casque), j'en doute.

Mais ou est l’énorme bulle dans la description de Mlle Fin... et la queue a croisillon ultra-spécifique de ce genre d’hélico, et le rotor ?
Pourquoi la taille ne correspond pas ?
Pourquoi les deux témoins disent "plus bas qu'une voiture" alors même que quelqu'un se tient debout à côté de l'engin ?

L’hélico ça marche pas... y a rien à faire ! Very Happy



marcassite a écrit:
" l'homme est vu accroupi. Or si c'est une voiture :
-il devrait être penché sur le moteur ...avec capot au sol visible aussi. OU alors couché sous sa bagnole...

Pas forcement... il peut s'accroupir pour regarder le moteur de plus près. Je doute que les mécanos travaillaient debout sur ce genre de voiture. Quand à s'allonger dessous... Je vais essayer de mettre d'autres photos.

D'ailleurs vous ne voyez pas les photos que j'ai mis dans mon analyse ?

marcassite a écrit:
-si pneu crevé, là c'est logique. Sauf que faut être neuneu pour s'enfiler dans un pré pour changer sa roue !

Ou alors il a crevé dans le champ...
Reste qu’apparemment il semblait plutôt passif quand les témoins l'on observé. C'est pour ça qu'un problème de surchauffe me parait plus crédible.

marcassite a écrit:
-si hélico , position bien plus logique.

Ouais enfin on n'est même pas sur de sa position exacte. Il est dit qu'il était penché ou peut-être accroupie, et qu'il y avait peut-être deux personnes.
Pour moi c'est vraiment du détail... Si les témoins avaient dit "debout sur la machine", là oui ça aurait eu de l'importance, mais objectivement là on en sait trop peu. On ne sait même pas si le mec réparait quelque chose ou pas.

gfx

avatar
marcassite a écrit:
si l'herbe lui semble assez haute pour masquer des roues/pneus noirs d'une voiture ?
Si tel était le cas (herbe haute), les traces de roues du véhicule venant de la route y seraient visibles longtemps après et comme le nez au milieu d'un visage sur la photo.

La photo est limite inexploitable ! Sérieusement...

Je n'ai pas dit que le véhicule traversait la savane non plus ! Et je ne dis pas que l'herbe a caché les roues, je dis juste que vu la couleur décrite du véhicule il est très probable que les roues eu été difficile à distinguer, d'ou leur absence dans les descriptions.

Explique moi donc pourquoi tous les éléments distinctifs qui font qu'un hélicoptère est un hélicoptère n'apparaissent pas dans les descriptions ? Mlle Fin semble pourtant avoir une bonne vue.

Genre elle ne sait pas ce que c'est alors elle décrit n'importe quoi ? Cool

Patrice

avatar
Administration
Administration
Gfx
Bref le conducteur du bolide arrive, voit les traces et décide de couper à travers champ. Le moteur lâche... il s’arrête, vérifie que tout va bien, attends que ça refroidisse, puis repart comme si de rien n’était.

Et pourquoi diable le conducteur décide de COUPER (c'est vos mots) à travers champs ? Shocked

Il est dit :
Le pré (80 mètres sur 40), légèrement montant, est encadré de trois côté par une végétation bien fournie, où se rassemblent diverses essences d'arbres d'espèces communes dans notre région. Il s'y ajoute des châtaigniers dont les feuilles jaunissent déjà.

Le quatrième côté du pré est bordé par une route, mais d'en haut, cette voie de communication doit être cachée par les arbres. Sur cette quatrième face de l'autre côté de la route, près du lavoir, un magnifique rideau de bouleaux aux troncs clairs ajoutent une note esthétique agréable à ce décor champêtre.

Pas moyen de sortir donc ! Pourquoi couper ?

Décidément l'hypo "voiture" de cadre pas ! Laughing

Lire plus haut plusieurs remarques que j'ai faites.

http://ufo-scepticisme.forumactif.com

Contenu sponsorisé


Revenir en haut  Message [Page 1 sur 4]

Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum