UFO SCEPTICISME
Avertissement : UFO SCEPTICISME est un forum indépendant de toute association, groupe, structure, traitant du phénomène ovni.

Son administration se démarque et condamne fermement les activités prosélytes de partisans d'hypothèses exotiques non testables, non vérifiables à propos des PAN.

Avant l'inscription, merci de lire le règlement de l'hébergeur et le règlement particulier du forum. Pour cela, voir la rubrique "A lire avant de s'inscrire ou de poster".

Aucune inscription n'est plus acceptée sans l'adresse mail du fournisseur d'accès internet. Les adresses mail restent totalement confidentielles.

Pour que l'inscription soit pérenne, le nouvel inscrit doit poster au moins un message dans les 8 jours après la validation de celle-ci.

Le forum UFO SCEPTICISME privilégie la participation par rapport au nombre d'inscrits.

UFO SCEPTICISME

UFOLOGIE ET SCEPTICISME


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

UFO SCEPTICISME  » CAS UFOLOGIQUES » Ovni et Mirage IV - 7 mars 1977 - pilote René Giraud

Ovni et Mirage IV - 7 mars 1977 - pilote René Giraud

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 3 sur 5]

Bob Rekin

avatar
Membre d'honneur
Membre d'honneur
Pour les lancements, c'est encore plus simple, puisqu'ils sont référencés sur n'importe quel bon site d'astronautique (Gunter Space Page, Astronautix, etc)

- Observation de Krine, 23 septembre 1975 : http://www.astronautix.com/chrono/1975.htm
Plusieurs tirs ce jour là : vol 58 du X-24, tir de Minuteman 2 depuis la Californie, satellite Cosmos 769 (+ Nauka ? scratch), et deux missions d'astronomie en rayon X.

- Observation de Giraud, 7 mars 1977 : http://www.astronautix.com/chrono/1977.htm
Deux tirs enregistrés : mission ionosphérique américaine, et mission d'aéronomie soviétique.

A creuser, sait-on jamais ! Wink


_________________
C'est pas de la magie, c'est de la science !
DéPANeur de père en fille, depuis 2009.  8)

"Rien n'est aussi fascinant qu'un mystère qui a pris de l'âge. (...) Encore que je puisse ajouter que rien ne serait plus satisfaisant qu'un mystère définitivement résolu" (Stephen Jay Gould)

Sebastien

avatar
Modération
Modération
Je complète partiellement avec ces trois lancements qui sont partis du Cosmodrome de Plesetsk le 23/09/1975:

COSMOS 769

SL-4 R/B

COSMOS 769 DEB

Mais va falloir décoder... SuperNablator ? aurevoir


_________________
Tout se passe comme si l'HSP/TRC était vraie, ou que l'HET était rare.

nablator

avatar
Administration
Administration
Sebastien a écrit:Mais va falloir décoder... SuperNablator ?
Je passe. SuperSqualinou a l'air très en forme. Smile

http://nabbed.unblog.fr/

hal9000

avatar
Modération
Modération
Ouaip si tu veux copier d'anciens TLE vaut mieux les prendre sur le site de Jonathan McDowell :
http://planet4589.org/space/elements/
Code:
1 08322U 75088  B 75266.65740535  .00979429           74923-3      27
2 08322  72.8052 155.7159 0076972  68.5180 292.4188 16.07400396    47
Pour le décodage les 3 que tu avais indiqués sont des éléments d'un même lancement (Le deuxième groupe de chiffres "75088" indique que c'est le 88e lancement de l'année 75): le satellite, un étage de la fusée et un débris.
En remontant un peu l'orbite avec JSatTrak jusqu'à un passage au-dessus de Plesetsk on trouve qu'il a été lancé le 23 septembre vers 17h45 TU, et il passait loin de la France vers 22h TU, heure de l'observation de Krine


_________________
Robert Alessandri, agitateur en ufologie
http://univers-ovni.com

Sebastien

avatar
Modération
Modération
Merci des éclaircissements Hal
JsatTrack prend bien en compte la rotation de la terre lors des 85minutes de la période? Question bête mais je devais la poser
Sinon, jamais entendu parler de rentrées atmosphériques en 2 temps dans tes analyses de RA?


_________________
Tout se passe comme si l'HSP/TRC était vraie, ou que l'HET était rare.

hal9000

avatar
Modération
Modération
Oui JSatTrak indique la zone survolée en temps réel... Pour ce qui est d'une rentrée "en 2 temps" non et ça me paraît douteux... Si des débris se sont séparés peu avant la rentrée il y a toutes les chances qu'ils n'aient pas la même altitude et dans ce cas ils ne rentreront pas au même endroit, et s'il s'agit des premiers étages d'une fusée qui retombent juste après le lancement, ils peuvent bien suivre la même trajectoire à des vitesses différentes, mais justement la vitesse du plus lent ne sera sans doute pas suffisante pour le rendre visible...


_________________
Robert Alessandri, agitateur en ufologie
http://univers-ovni.com

Bob Rekin

avatar
Membre d'honneur
Membre d'honneur
Je complète partiellement avec ces trois lancements qui sont partis du Cosmodrome de Plesetsk le 23/09/1975:

COSMOS 769

SL-4 R/B

COSMOS 769 DEB

Mais va falloir décoder...
Facile ! Smile 
- Cosmos 769 : c'est la charge utile lancée ce jour là, à savoir le 769ème satellite Cosmos
- SL-4 R/B : c'est l'étage de fusée (R/B = rocket booster) qui a servi à lancer le satellite Cosmos 769, SL-4 désignant un lanceur soviétique (de tête, ça doit être une fusée Soyouz, mais ça demande vérification)
- Cosmos 769 deb : avec un "deb" comme "debris". C'est une pièce quelconque issue du lancement de Cosmos 769.

Désolé pour le retard dans la réponse, mais des fois, il m'arrive de dormir... Laughing


_________________
C'est pas de la magie, c'est de la science !
DéPANeur de père en fille, depuis 2009.  8)

"Rien n'est aussi fascinant qu'un mystère qui a pris de l'âge. (...) Encore que je puisse ajouter que rien ne serait plus satisfaisant qu'un mystère définitivement résolu" (Stephen Jay Gould)

Sebastien

avatar
Modération
Modération
Ok bien noté sur les rentrés 'en deux temps'.
Bien noté aussi pour Cosmos 769 DEB et SL-4 R/B comme n'ayant pu être visibles pour Krine à 22:00z.


_________________
Tout se passe comme si l'HSP/TRC était vraie, ou que l'HET était rare.

DAR

avatar
Membre d'honneur
Membre d'honneur
Pour le cas Krine, j'ai toujours subodoré pour ma part une méprise simple avec un objet astronomique (les suspects habituels : Lune ou Vénus). Les pilotes d'aéronefs ont tendance à "aéronautiser" (hublots, reflets métalliques, termes techniques, etc.) leurs ovnis. Le voir deux fois puis avoir la sensation de le voir partir à une vitesse folle sans trace radar, on a déjà eu ça de multiples fois avec des méprises astronomiques.

Invité


Invité
Les pilotes d'aéronefs ont tendance à "aéronautiser" (hublots, reflets métalliques, termes techniques, etc.)
Très d'accord, comme souvent avec toi, DAR.
Il faut en effet se "méfier comme de la peste" des témoignages de pilotes, qui ont effectivement cette tendance à "aéronautiser" des objets célestes ou/et quand ils se méprennent, eu égard à leur "background", "formation".
C'est ce que l'IFOlogie nous apprend, mais certains ufologues se contrefichent de ce qu'il y a à tirer des cas expliqués où on a le même genre de narration par des pilotes, alors que le candidat prosaïque et conventionnel est manifeste.
Quelques exemples ici (il y en a d'autres): http://www.zipworld.com.au/~psmith/pilot-ufos.html

nablator

avatar
Administration
Administration
Gilles F. a écrit:Quelques exemples ici (il y en a d'autres): http://www.zipworld.com.au/~psmith/pilot-ufos.html
Ca me rappelle un commentaire sur ATS à propos de la statistique dans "The Hynek UFO Report" : les pilotes y seraient particulièrement nuls parce que les meilleurs cas aéro auraient été coverupisés, laissant un plus fort pourcentage de méprises dans Blue Book que dans la réalité où les pilotes sont, bien entendu, incapables de se méprendre.

Sounds legit... rabbit

http://nabbed.unblog.fr/

Sebastien

avatar
Modération
Modération
Les confusions avec des étoiles ne donnent généralement pas de cas avec dog-fight. En général, ils se contente de filer droit dessus. Dans les cas Krine et Giraud, il engagent et disent perdre. Comment faire coller ça à un simple astre?
Des chasseurs étrangers plus performant et meme de doubles bolides furent jadis envisagés sur ufologic.


_________________
Tout se passe comme si l'HSP/TRC était vraie, ou que l'HET était rare.

marcassite

avatar
Membre d'honneur
Membre d'honneur
Dans OVNI : l'armée parle p. 156 : "Quelques minutes plus tard, le même phénomène s'est reproduit, toujours sur le côté droit de l'avion qui avait repris son cap nord-est."
L'ennui c'est que la transcription de l'enregistrement de vol (in live!) que publie JC Bourret n'indique aucunement un 2eme passage de l'ovni avec un nouveau virage à360° du pilote (tel que relaté dans ce paragraphe cité par Nablator du PV ) .. Vérifiez SVP.

Enfin je rappelle à Sébastien qu'un radariste militaire de la région Nord Est a considéré, depuis de nombreuses années qu'il s'agissait d'une méprise avec un trafic aérien civil (CAG). C'est l'hypothèse qui me semblait, sans avoir eu cette info à l'époque, la plus logique avec ce que contient l'enregistrement de vol.
Alors il vaut mieux oublier la théorie d'une double rentrée.

Il en va de même pour Krine où je rejoins DAR pour l'option méprise astro (lune)
ou en seconde hypothèse un effet de persistance rétinienne lorsqu'il relève sa tête de son écran radar pour regarder le ciel réel. Un ancien pilote de chasse sur Mirage m'a dit (lors d'une conf ovni à Strasbourg) que cette piste lui semblait plausible (ex : potentiomètre de luminosité de l'écran radar mal réglé). Je regrette d'avoir perdu ses coordonnées notées à la va-vite sur un petit papier Sad 

nablator

avatar
Administration
Administration
marcassite a écrit:L'ennui c'est que la transcription de l'enregistrement de vol (in live!) que publie JC Bourret n'indique aucunement un 2eme passage de l'ovni avec un nouveau virage à360° du pilote (tel que relaté dans ce paragraphe cité par Nablator du PV ) .. Vérifiez SVP.
Il n'y a pas deux virage à 360° dans le livre de JC-Bourret. La reproduction de l'observation est mentionnée quatre fois (deux dans les narratifs de gendarmerie, et une fois dans le témoignage de chaque pilote). Le premier virage n'apparait pas dans la transcription des communications, mais on peut imaginer qu'il a eu lieu après la première observation vers 19:34. Difficile de dire d'après la transcription s'il y a eu une interruption entre les deux observations ou si l'angle de vue était défavorable (note pour Dassault Aviation : ajouter un rétroviseur.) Smile A 19:36:50, autorisation de faire un virage à 360°.

http://nabbed.unblog.fr/

marcassite

avatar
Membre d'honneur
Membre d'honneur
A 19:36:50, autorisation de faire un virage à 360°.
Preuve factuelle qu'ils ont donc dû demander et obtenir l'autorisation de faire un virage non prévu sur leur plan de vol initial (voir carte publiée par Bourret) mais ne l'aurait pas redemandé pour le second ? Ni même n'auraient signalé au radariste le 2eme passage de l'ovni ?
Tu y crois à celle là ? à la poubelle  Moi pas.

marcassite

avatar
Membre d'honneur
Membre d'honneur
Voilà aussi ce que le récit de la traj de vol est devenu ensuite :

http://ufologie.patrickgross.org/htm/giraud77f.htm

et le plus édifiant est la carte du vol allégué :

http://ufologie.patrickgross.org/pics/giraud77.gif

On lit aussi ailleurs qu'
"ils ont appris que le radar au sol n'a rien montré et qu'aucun autre avion n'était connu pour être dans ce secteur"
http://www.les-ovnis.com/pages/les-ovnis-en-france/1977-rencontre-entre-un-mirage-supersonique-et-un-ovni-dans-la-region-de-chaumont.html

Quand on lit l'enregistrement retranscrit, on voit que la réalité est plus ... nuancée. Wink

EDIT : ayant la bizarre impression de radoter sur ce cas, je suis allé relire ce fil à partir d'ici :
http://ufo-scepticisme.forumactif.com/t77p30-ovni-et-mirage-iv-7-mars-1977-pilote-rene-giraud#32123


Hé bien ce n'est pas qu'une impression.Smile 

nablator

avatar
Administration
Administration
marcassite a écrit:
A 19:36:50, autorisation de faire un virage à 360°.
Preuve factuelle qu'ils ont donc dû demander et obtenir l'autorisation de faire un virage non prévu sur leur plan de vol initial (voir carte publiée par Bourret) mais ne l'aurait pas redemandé pour le second ?
Je dirais plutôt que c'est le premier virage qui n'a pas été signalé sur le moment (un petit écart, c'est impossible ?), mais dans les témoignages il l'est. Le second c'est le "360°".

Ni même n'auraient signalé au radariste le 2eme passage de l'ovni ?
Le premier rapprochement supposé peut correspondre au mouvement assez rapide signalé. La distance peut être jugée pifométriquement d'après la taille ou la vitesse angulaire : déplacement rapide = proximité.

19:34:40 et des brouettes
"On a quelque chose qui évolue assez rapidement."

Le deuxième est clairement noté :

19:36:10
"Ça passe dans nos 6 heures et ça vient sur nous là."

http://nabbed.unblog.fr/

nablator

avatar
Administration
Administration
Pour ceux qui n'ont pas la transcription ça doit être difficile à suivre... Allez hop, les extraits du livre de JC Bourret :

Gendarmerie nationale : Gendarmerie de l'Air et de la F.A. TAC - 1° R.A.

Unité: Brigade de ... (Vosges).

Nous soussignés : maréchal des logis-chef B. J. et gendarme C. J.-M., de la brigade gendarmerie de l'Air de la base aérienne 902 de ... (Vosges), rapportons les opérations suivantes que nous avons effectuées agissant en uniforme et conformément aux ordres de nos chefs : le 8 mars 1977, à 10 heures, nous sommes avisés téléphoniquement par le « Bureau renseignements » du Centre de détection et de contrôle (CDC) 05/902 de la B.A. 902 à C... (Vosges), que le 7 mars 1977, l'équipage d'un Mirage IV de la B.A. 116 de Luxeuil (Haute-Saône), a constaté la présence d'une source lumineuse très intense alors qu'il était en vol à haute altitude sur un axe Dijon-Chaumont.

Le Mirage IV appartient à l'escadron de la base de ... Il est piloté par le commandant G. R. Le navigateur est le capitaine A. J.-P., tous deux de la base de ...

Au sol, cet appareil est pris en compte par le sergent-chef P. M., du CDC 05/902 de la B.A. 902 à ... (Vosges). Le sergent-chef P. suit l'appareil au scope radar.

Ce jour, 7 mars 1977 à 20 h 27, heure locale alors qu'il vole à une altitude de 32 000 pieds, l'équipage aperçoit à plusieurs reprises une lueur de la puissance d'un flash dans ses trois heures. Cette lueur se trouve à la même altitude que le Mirage IV et se dirige sur ce dernier. L'appareil vole sur un axe en direction du nord-nord-est. La lueur arrive sur la droite, venant du sud-est.

Croyant qu'il s'agit d'un autre avion qui fait une « passe de tir » sur lui, le pilote prend contact radio avec le contrôleur au sol pour identification. Le contrôleur répond au pilote qu'il est seul dans le secteur et qu'au scope radar, il n'y a rien qui corresponde à ses dires.

Voyant cette lueur, d'un diamètre apparent de cinq fois Vénus, arriver sur l'appareil, le pilote a obliqué vers la droite, puis la trajectoire de la lueur a disparu sur sa gauche en direction de l'ouest.

Quelques minutes plus tard, le même phénomène s'est reproduit, toujours sur le côté droit de l'avion qui avait repris son cap nord-est. Après accord avec le contrôle au sol, le commandant de bord a viré à 360° par la droite et a constaté qu'il était suivi par la lueur pendant quelques instants. Cette lueur a disparu vers l'ouest après quelques instants.

Pendant toutes ces évolutions, le Mirage IV volait à la vitesse de 0,9 point de Mach, et la lueur à 1,5 point de Mach.

Tous les appareils de bord du Mirage IV ont fonctionné durant cette observation, qui a duré de 20 h 27 à 20 h 45, heure locale.

Les conditions météo étaient les suivantes : Nuages : Cirrus - Vent ouest - Lune : levée - Temps étoilé - Localement bancs de brume.

Poursuivant notre enquête, le 8 mars 1977 téléphoniquement, nous demandons à la brigade de gendarmerie de l'air de ... (Haute-Saône) de faire entendre le commandant G. R., pilote du Mirage IV, et le capitaine A. J.-P., navigateur.

Ces déclarations font l'objet du procès-verbal n° 186 en date du 9 mars 1977, qui nous parvient le 12 mars 1977.

Le 13 mars 1977, au Centre de détection et de contrôle 05/902, nous demandons au colonel commandant le CDC la copie de l'enregistrement de la conversation radio entre l'équipage du Mirage IV et le contrôleur au sol à la station radar, ainsi que le plan de vol figurant sur le scope radar au moment de ces apparitions.

Le 24 mars 1977, la copie de l'enregistrement nous parvient. Elle confirme les déclarations des membres de l'équipage du Mirage IV.

Par message n° 119/2. en date du 8 mars 1977 nous avons avisé de ces faits notre commandant de groupement à Metz.

Fait et clos à ..., le 26 mars 1977.

* * *

Gendarmerie de l'Air

Le 10 mars 1977.

Préambule.

Le 9 mars 1977, à 16 heures, agissant pour faire suite au procès-verbal n° 66 du 8 mars 1977 de la brigade de gendarmerie de l'Air de ..., à l'effet de procéder aux auditions du commandant G. R. et du capitaine A. J.-P. sur les faits suivants :

« Observation, au cours d'un vol à bord d'un Mirage IV, d'objets volants non identifiés. »

Enquête.

Le même jour, à l'escadron de bombardement ... entendons :

G. R., 34 ans, commandant dans l'armée de l'Air affecté en qualité de pilote à l'escadron de bombardement ... à la base aérienne de ... , qui nous déclare à 16 h 15 :

« Le lundi 7 mars 1977, à 18 heures, j'ai décollé de la base de ... a bord d'un Mirage IV, pour une mission d’entraînement de nu!t. A bord se trouvait le capitaine A., exerçant les fonctions de navigateur.

« Au retour de mission, à 20 h 45, alors que nous nous trouvions à la position « travers Dijon » au 30 Nautique Naïles, cap direction Chaumont, à 32 000 pieds, nous avons observé par deux fois le phénomène suivant :

« Tout à coup, j'ai vu, sur ma droite, une lueur intense d'un diamètre apparent de celui de cinq fois Vénus. Cette lueur arrivait en notre direction et à la même altitude, donnant l'impression d'être interceptée par un avion phare allumé. Voyant que cette lueur arrivait en secteur arrière de l'avion, j'ai obliqué à droite. Je tiens à préciser qu'avant d'effectuer une manœuvre j'avais contacté l'organisme au sol, le radar de la base de ... Cet organisme m'avait répondu qu'il n'y avait aucun point radar à ma droite, ni à ma gauche.

« Au cours de cette manœuvre, le visuel sur la lueur a été conservé quelques instants, puis, sa trajectoire a disparu côté gauche, direction ouest.

« Deux ou trois minutes après, le même phénomène s'est reproduit. Une lueur de la même dimension est apparue à notre droite et s'est dirigée sur notre appareil. J'ai à nouveau contacté les radars de la base de ... où j'ai obtenu la même réponse, toujours négative : aucun point sur les radars. J'ai également viré à droite et je me suis rendu compte que la lueur me suivait pendant quelques instants, à l'intérieur de ma trajectoire. Puis elle a disparu, toujours en direction de l'ouest. Je précise que cette lueur circulait à une vitesse de l'ordre de 1,5 point de Mach, étant nous-mêmes à 0,9 point de Mach. La radio, le radar de bord et les appareils ont toujours bien fonctionné.

« C'est la première fois que je remarque un phénomène semblable. »

Le 9 mars 1977 à 16 h 45.

* * *

A. J.-P., 30 ans, capitaine dans l'armée de l'Air, affecté en qualité de navigateur à l'escadron de bombardement ... à la base aérienne n° ... à ... , qui nous déclare à 16h50 :

« Le 7 mars 1977 vers 18 heures, j'ai pris place à bord du Mirage IV piloté par le commandant G., pour effectuer une mission d'entraînement. J'ai été témoin des mêmes faits que le commandant. Je confirme ses dires en tout point. Me trouvant placé à l'arrière du poste de pilotage et étant libre de mes mouvements, je n'ai pas perdu des yeux la lueur. A deux reprises, elle est venue en direction de notre appareil et a disparu vers l'ouest. Je ne puis définir la forme de cette lueur, dont la couleur ressemblait à un phare blanc. Elle était d'une grosseur égale à cinq fois Vénus et se déplaçait très vite, sans émettre de rayonnement.

« Au moment de sa disparition, la lueur diminuait rapidement d'intensité, jusqu'à sa perte de vue, comme si elle s'éloignait très vite. »

Le 9 mars 1977, à 17 heures.

* * *

Relevé d'enregistrement des communications radio entre Menthol et Calcaire 341

Date : 7 mars 1977.
Objet : Objet non identifié.
Fréquence :
Menthol : M. - Calcaire 341 : C.

19 h 28' 00"
C. - Menthol radar, menthol radar Calcaire 341.
M. - Calcaire 341, Menthol fort et clair, allez-y.
19 h 28' 10"
C. - Au cap 040 niveau 320, bonnes conditions VMC en direction de kilo L...
M. - Reçu, j'ai contact radar et IFF sur vous, affichez A 37 01.
C. - A 37 01 reçu.
M. - Roger.
19 h 29' 10" .
M. - Calcaire 341, Menthol le terrain est vert, la piste en service 12.
C. - Vert la 12 Roger.
19 h 29' 30"
M. - 341 Menthol liner 9 heures distance 20 nautiques au cap 140. Niveau 330.
C. - 9 heures visuel, plus haut.
19 h 29' 50"
M. - Affirmatif.
19 h 34'
C. - Menthol radar, Menthol radar, Calcaire 341.
M. - Calcaire 341, Menthol radar, 5 à vous.
19 h 34' 40"
C. - Vous n'avez rien dans mes 3 heures pour 20 nautiques.
M. - Affirmatif dans nos 3 heures 25 nautiques, route 330 au trafic 31 000 pieds.
C. - On a quelque chose qui évolue assez rapidement.
M. - Négatif autrement je n'ai rien.
19 h 35'
C. - Dans mes 4 heures maintenant.
M. - Dans vos 4 heures c'est un trafic CAG qui passera derrière vous pour 10 nautiques.
C. - Combien de nautiques ?
M. - Je confirme au radar 25 nautiques.
19 h 35' 30"
M. - Visuel sur aucun trafic; il y a un autre trafic à 22 000 pieds, 10 000 pieds bas dans vos 4 heures nautiques. Trafic tres lent.
19 h 35' 40"
C. - Non, c'est au même niveau que nous, ça brille très fort, s'arrête, ça brille très fort, ça s'arrête.
M. - Dans votre secteur 4 heures.
19 h 35' 45"
C. - Oui, 4 heures, même niveau, 15 nautiques maintenant.
M. - Ah ! J'ai rien qui correspond à ces informations.
C. - Ah!
M. - Pour moi, j'ai juste un avion à 31 000 pieds dans votre secteur 4 heures, distance 18 nautiques maintenant. Il croisera nettement derrière ce trafic!
19 h 36'
C. - Maintenant ça passe à 5 heures là...
M. - Ah non, alors là, je n'ai rien qui correspond à cette position.
C. - Ah bon !
19 h 36' 10"
C. - Ça passe dans nos 6 heures et ça vient sur nous là.
M. - Je n'ai visuel sur rien, vous pouvez décrire ce qui vous suit Mirage IV ?
C. - Vous savez, derrière on n'y voit pas grand-chose en Mirage IV.
19 h 36' 30"
C. - J'évolue un petit moment là ...
M. - Vous voulez faire un virage par la droite Calcaire 341.
C. - Affirmatif, je fais un 360, ça brille de trop.
M. - Reçu.
19 h 36' 50"
M. - Reçu, vous êtes clair pour faire toutes les manœuvres 341.
19 h 37'
C. - (2 mots incompréhensibles) a priori, ça se sépare en 2.
M. - Répétez 341.
19 h 37' 10"
C. - On a perdu son temps, on prend le cap sur ...
M. - Reçu.
19 h 37' 50"
M. - 341 Menthol pour info vous avez un trafic secteur, 1 heure distance 15 nautiques route 290, 350 le niveau.
19 h 38'
C. - Reçu visuel, je vois 2 avions à 1 heure et à 11 heures.
M. - Affirmatif.
C. - Pour descendre lentement vers le niveau 250.
19 h 38' 10"
M.- Affirmatif clair pour descendre lentement vers la FL 250.
19 h 38' 20"
M. - Un autre trafic 10 heures distance 15 nautiques cap 090 23 000 pieds.
C. - Ah ! visuel...

* * *

Observation d'objet volant non identifié
MSG 119/2 du 8 mars 1977

Brigade gendarmerie air C...

Observation objet volant non identifié,
7 mars 1977 vers 20 h 45.
Dijon Chaumont C/Axe.
D/Equipage Mirage IV (Cdt G. R. et Cne A. J.).

Escadron bombardement base aérienne L... constate entre Dijon et Chaumont en direction de l'est, présence source lumineuse intense d'une grosseur de quatre étoiles polaires venant en direction de l'appareil, pilote négocie virage pour identification objet qui disparaît aussitôt.

Après avoir repris son cap, il constate à nouveau présence objet qu'il prend en chasse. Celui-ci disparaît alors à grande vitesse (évaluée à Mach 4).

Au moment des faits, Mirage IV se trouvait à une altitude de 32 000 pieds. Centre détection contrôle n'a constaté sur radar aucune présence d'appareil suspect à proximité Mirage.

8 mars 1977, Brigade G.A.

http://nabbed.unblog.fr/

nablator

avatar
Administration
Administration
marcassite a écrit:Preuve factuelle qu'ils ont donc dû demander et obtenir l'autorisation de faire un virage non prévu sur leur plan de vol initial (voir carte publiée par Bourret) .
Ce que je ne comprends pas c'est la légende en bas de la carte : "Extrait du rapport sur l'affaire du Mirage lV qui a observé et poursuivi un OVNI. La trajectoire du Mirage et son brusque virage lorsqu'il a engagé la poursuite."
Le brusque virage, il est où sur la carte ? On voit une trajectoire en deux parties rectilignes à angle droit l'une de l'autre.

http://nabbed.unblog.fr/

marcassite

avatar
Membre d'honneur
Membre d'honneur
Je ne vois dans cette transcription qu'une lueur qui est dans leur 3h au début et qui passe à 4h, 5h puis ses 6h (plein arrière) en s'approchant d'eux. Le pilote interprète ceci comme une passe de tir.
Alors le pilote bafouille un truc incompréhensible et ajoute que ça "se sépare en 2". Chose qu'il ne dit plus dans son PV.
A noter qu'il est autorisé à faire toutes les manoeuvres seulement après accord pour son 360°.
Ce qui m'étonne le plus c'est que les autres avions en vol (dont le trafic CAG civil capté au radar) eux ne signalent rien (sinon le radariste militaire l'aurait su).

Le brusque virage, il est où sur la carte ? On voit une trajectoire en deux parties rectilignes à angle droit l'une de l'autre.
LA carte puliée par JBBourret est le plan de vol initial, il ne comporte donc pas celle reellement prise par le pilote ni celle de l'ovni allégué. Le virage à angle droit est l'approche de la piste de Luxeuil (noté LXI à 19h45 fin de vol).

Et ce qui transparaît des PV c'est que le capitaine navigateur en dit un minimum en ne faisant qu'accepter les dires du pilote ... son supérieur qui est commandant.

marcassite

avatar
Membre d'honneur
Membre d'honneur
19 h 37' 10"
C. - On a perdu son temps, on prend le cap sur ...
C'est là que le pilote vire à droite cap sur "Luxeuil" (caviardé) comme dessiné sur la carte du plan de vol.

ERRATA : j'ai écris plus haut qu'il n'y avait qu'un trafic identifié passant de 3h à 6h. C'est faux. Il y a 2 avions identifiés (sur la droite du Mirage) par le contrôleur sol  : le premier à 31000 pieds/cap 330°N et le second à 22000pieds. On a 2 avions en approche, pas 2 ovnis.
Seul le premier est à une altitude proche (à 330m près !) comme l'ovni décrit par le pilote du Mirage. Le pilote et le navi décrivent l'ovni comme un phare d'avion et des clignotements...
Il laisse une traînée derrière lui, comme un avion.
A noter : présence de cirrus à 10000m

Cartes utiles pour comprendre :
carte similaire à JC Bourret


Carte des couloirs aériens d'époque (les ronds indiquent les positions probables du Mirage et de l'autre avion/ovni


Evidemment c'est basé sur le plan de vol initial or on sait que le Mirage a demandé à virer (partiellement ou totalement c'est contradictoire). Dommage que l'on ne connaisse pas sa vraie trajectoire !



Dernière édition par marcassite le 31.08.13 14:52, édité 2 fois

Sebastien

avatar
Modération
Modération
Quoique c'était, voici le déroulement en accéléré:

19:34:40s (t=0) -> lumière à 3h
                t+20s -> lumière à 4h
                t+60s -> lumière à 5h
                t+70s -> lumière à 6h

Jusqu'à avant t+60s, le contrôleur dit que pour lui, il y aurait un trafic concordant (300pieds plus bas comme note Marcassite). Après ça, ça ne colle plus pour le contrôleur.
Giraud annonce une déviation du plan de vol 20s secondes après avoir dit que la lumière était passé à 6h.

                t+90s -> "J'évolue un petit moment là ..."

Avait-il déjà commencé le virage depuis un moment?
S'il s'était agit du trafic annoncé à 31000pieds, il ne serait pas passé dans les 6h de Giraud sans que le contrôleur ne le confirme. Ça devait se produire, mais bien plus tard (le liner devant couper 10miles derrière - initialement, 25miles à droite de Giraud à t=0).
La Lune ou un autre astre (absent aux 3h indiquées) ne peuvent pas non plus passer des 3h aux 6h en 1min10s.
Concernant la persistance rétinienne, elle devait être carabinée.
Quant à une rentrée atmosphérique, elle devrait être double (donc impossible) et être rétrograde (pour Giraud, pas pour Krine).

EDIT: tout cela se passe avant le virage de la carte ci-dessus.



Dernière édition par Sebastien le 31.08.13 14:48, édité 1 fois


_________________
Tout se passe comme si l'HSP/TRC était vraie, ou que l'HET était rare.

Sénéchal

avatar
<MODE INTERLUDE ON>

A propos du Mirage IV, il existe un très bon documentaire consacré à cet avion par FR3-Aquitaine: "l'avion de la bombe"



On peut se rendre compte que ce gros avion était quand même très manoeuvrant. Comme on peut le lire dans les échanges radio de Calcaire-Menthol, on voit (!) que la visibilité vers l'arrière était médiocre, c'est le moins qu'on puisse dire.

Important à savoir: bien que ressemblant beaucoup au chasseur Mirage III, le Mirage IV était bombardier pur qui n'emportait aucun armement (canons ou missiles air-air) qui lui aurait permis d'engager un combat aérien avec un autre avion (ou un OVNI...). Il ne pouvait compter que sur sa vitesse élevée et une grosse palanquée d'instruments de contre-mesure pour échapper à ses adversaires.

<MODE INTERLUDE OFF>

marcassite

avatar
Membre d'honneur
Membre d'honneur
Attention j'ai édité mon message précédent et ajouté des cartes utiles (à relire donc) !

La Lune ou un autre astre (absent aux 3h indiquées) ne peuvent pas non plus passer des 3h aux 6h en 1min10s.
Concernant la persistance rétinienne, elle devait être carabinée.
Quant à une rentrée atmosphérique, elle devrait être double (donc impossible) et être rétrograde (pour Giraud, pas pour Krine).
Oula ! Pour ce cas, il n'a jamais été question dans ce forum de la lune ni de persistance rétinienne pour expliquer un ovni décrit comme un phare d'avion qui clignote !Shocked

La Lune ou un autre astre (absent aux 3h indiquées) ne peuvent pas non plus passer des 3h aux 6h en 1min10s.
Sébastien, ce serait possible si le Mirage virait à gauche en ayant initialement un astre sur sa droite. Ce serait alors un mouvement relatif illusoire qui a déjà trompé des pilotes.

Sebastien

avatar
Modération
Modération
hal9000 a écrit:Ouaip si tu veux copier d'anciens TLE vaut mieux les prendre sur le site de Jonathan McDowell :
http://planet4589.org/space/elements/
Code:
1 08322U 75088  B 75266.65740535  .00979429           74923-3      27
2 08322  72.8052 155.7159 0076972  68.5180 292.4188 16.07400396    47
Bob sur un autre fil a écrit:Apparemment, pas sur Space-Track du fait qu'il s'agisse de satellites militaires classifiés
Donc on ne peut pas exclure que Giraud ou Krine auraient vu des RA ces soirs-là?


_________________
Tout se passe comme si l'HSP/TRC était vraie, ou que l'HET était rare.

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 3 sur 5]

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum