UFO SCEPTICISME
Avertissement : UFO SCEPTICISME est un forum indépendant de toute association, groupe, structure, traitant du phénomène ovni.

Son administration se démarque et condamne fermement les activités prosélytes de partisans d'hypothèses exotiques non testables, non vérifiables à propos des PAN.

Avant l'inscription, merci de lire le règlement de l'hébergeur et le règlement particulier du forum. Pour cela, voir la rubrique "A lire avant de s'inscrire ou de poster".

Aucune inscription n'est plus acceptée sans l'adresse mail du fournisseur d'accès internet. Les adresses mail restent totalement confidentielles.

Pour que l'inscription soit pérenne, le nouvel inscrit doit poster au moins un message dans les 8 jours après la validation de celle-ci.

Le forum UFO SCEPTICISME privilégie la participation par rapport au nombre d'inscrits.

UFO SCEPTICISME

UFOLOGIE ET SCEPTICISME


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

UFO SCEPTICISME  » CAS UFOLOGIQUES » Bariloche, Argentine, 31/07/1995

Bariloche, Argentine, 31/07/1995

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 3 sur 4]

nablator

avatar
Administration
Administration
Sebastien a écrit:Stellarium ne prend pas en compte la période de l'année (aujourd'hui pour nous UTC+2 en hiver), mais la période simulée, c-à-d le 1er Août donc UTC+1 seulement.
Entièrement d'accord mais c'est le contraire : le 1er août on est à l'heure d'été UTC+2 en France. Stellarium utilise le TL de la machine sur laquelle il est installé.

On n'a pas besoin de savoir quel fuseau et décalage hiver/été l'Argentine utilise, on sait que 20h30 TL est 23h30 UTC (c'est marqué dans les documents) et que l'heure affichée (TL en France) est UTC+2 (heure d'été en France), soit 1h30.

http://nabbed.unblog.fr/

nablator

avatar
Administration
Administration
Merci Sebastien pour la traduction, mais ça reste très confus. Dommage qu'on n'a pas les déclarations des gendarmes. Apparement il existe des interviews qui ont été enregistrées pour des reportages TV mais je ne les trouve pas (ni de transcription). Bref ça n'aide pas du tout de savoir qu'ils ont vu quelque chose...

Déclarations ici :
http://mitosdelmilenio.com.ar/ff1testigos.htm

arg 674 :
Jorge Néstor Polanco Cdte
Carlos Dortona Piloto
Jorge Allende Ing.de Vuelo

On a aussi la déclaration de Roberto Benavente dans l'article de LDLN.

Je n'ai pas compris qui sont :
S.P. Daniel Alberto García
S.A. Ramón Alfredo Blanco
S.P. Nicolás Enoe Araya
Contrôleurs aériens ?

Pour l'autre avion, celui des gendarmes, rien. Sad
gn 705 :
commandant Rubén Adolfo Cipuzak
pilote Major Juan Domingo Gaitán
mécanicien Sergent Joaquin Gomez

http://nabbed.unblog.fr/

Sebastien

avatar
Modération
Modération
Les erreurs de mes erreurs sont mes erreurs Razz

Bon, on a UTC+2 pour la france, pas UTC+1 à l'époque simulée.
UTC-4 pour l'Argentine en 1995(cf wikipedia)?

Ben non! Je viens de revérifier, et que lis-je plus loin dans le même article de wikipedia sur l'heure légale en Argentine?

Wiki a écrit:07/03/1993 -3 29/12/2007

On a donc bien UTC-3!

Nablator a écrit:On n'a pas besoin de savoir quel fuseau et décalage hiver/été l'Argentine utilise, on sait que 20h30 TL est 23h30 UTC (c'est marqué dans les documents)

La dernière carte ci-dessus/celle de Nab' sont donc justes.
Leçon: J'accorderai plus d'importance à l'histoire de l'heure légale des pays considérés (+France) et plus d'importance aux informations dans les textes.

Nablator a écrit:Merci Sebastien pour la traduction, mais ça reste très confus.
De rien. Ca reste confus car ce sont des termes et expressions que seuls les pilotes connaissent. Amis aviateurs, des commentaires?


_________________
Tout se passe comme si l'HSP/TRC était vraie, ou que l'HET était rare.

nablator

avatar
Administration
Administration
Quelques éléments de synthèse ici :
http://mitosdelmilenio.com.ar/ff1bari2.htm

Les deux pannes de courant s'expliquent sans intervention d'extraterrestre. Celle de la ville par une erreur humaine, et celle du groupe de secours (probablement) par une surcharge quand les lumières de la piste ont été allumées

La lumière "à 11 heures" pouvait très bien être l'avion des gendarmes. Shocked

Depuis la piste et depuis l'avion des gendarmes, une seule lumière était visible. Seuls les témoins de arg 674 ont vu 3 lumières et (selon certains) un "objet". Par conséquent, il n'est pas clair si c'était le même phénomène qui était observé par tous les témoins.

C'est très étrange que les gendarmes, qui voyaient ARG674, ne voyaient pas l'ovni que les témoins de ARG674 pensaient être à seulement à 30-100 m d'eux sur leur droite...

http://nabbed.unblog.fr/

nablator

avatar
Administration
Administration
nablator a écrit:Je n'ai pas compris qui sont :
Ah oui, une liste plus complète des témoins ici :
http://mitosdelmilenio.com.ar/ff1bari3.htm

http://nabbed.unblog.fr/

marcassite

avatar
Membre d'honneur
Membre d'honneur
Je m'intéresserai maintenant à l'observation d'une « lumière à onze » de l'équipage de l'ARG 674. Projecteur vise plus ou moins en direction de l'ARG 674, mais son faisceau surpasse il ci-dessous et devient visible lorsqu'il atteint le minimum de 1830 pieds (6100) pour influencer des cristaux de glace dans les environs de Cerro Pichi Leufú altitude (également avant et à gauche de l'ARG 674). Tout cela nous jeter l'identification possible fausse NG 705, dont le poste n'est actuellement pas comme désactivez tel qu'indiqué par la UFOlogists Uriondo y Gómez. Considérons, par exemple, au moment où 674 ARG est dans la finale droites, 11 kilomètres de l'aéroport, notant 3 feux sur votre droite. Un des ses plans de UFOlogists de Uriondo y Gómez indiquent la position de NG 705 22 kilomètres de l'aéroport et environ ARG 674 « trois » et, dans le dessin pour les rendre Cipuzak avec de l'ARG 674-11 milles, poste indiqué pour NG 705 est environ 14 milles de l'aéroport et ARG 674 « 4 » (dessin d'autre part Cipuzak fait pour nous et contenues dans ce rapport, ARG 674 apparaît également environ 11 kilomètres, mais NG 705 se trouve environ 15 kilomètres de l'aéroport et 674 ARG « six »). Si cette position n'est pas claire, ni il sera la position de NG 705 précédente lorsque ARG 674 avait lumière « onze ». Où était la 705 NG lorsque ARG 674 avait trois feux sur la droite ? Où était la 705 NG lorsque ARG 674 était une lumière pour leur « onze » ? Maintenant ces questions ne sont pas réponse sans ambiguïté.
....

... D'autre part les récits de témoins dans 705 ng et à l'aéroport sur cette phase de l'incident sont non conformes : Gaitán affirme que la distance à laquelle n'étaient pas pourrait être n'importe quoi d'autre autre que le Boeing 727, mais si les lumières ont été tellement près que nous l'avons indiqué à plusieurs reprises, doit être considérée. Cipuzak a déclaré n'être ne pas très sécurisé, mais estime avoir vu deux feux pour deux secondes, un droit et un behind de ARG 674. Oui, semble s'assurer de sa position : ci-dessus et derrière le Boeing 727, mais en réalité de Boeing 727 disent voir GN 705 up et de droit (le même manque de précision dans la position NG 705 qui nous référençons avant, note 12). White étrangement pas voir quoi que ce soit de la tour, tandis qu'oui Garcia voit une lumière qui, venant les mensonges du sud-est de la 674 ARG « relativement proches » et Ezquerra pas seulement le confirme, mais également observer de lumière près le Boeing 727 aussi observé NG 705. Toutefois, ces incohérences n'empêchent pas nous de poursuivre notre analyse, quiconque a été le cas

Il y a des détails incohérents et/ou contradictoires si je comprends cette pseudo traduction.
Et pour couronner le tout, personne n'est foutu (malgré la volonté d'y parvenir !) de savoir exactement la position et la trajectoire d'un avion identifié , celui de la gendarmerie... alors essayer de localiser l'ovni et sa trajectoire dans ces conditions, c'est une mission impossible.

Je trouve aussi intriguante cette panne ou absence d'enregistrement. Se produit-elle durant la panne n°1 ou n°2 (là c'est compréhensible et pas de bol) ou hors de tout moment de panne électrique (ce qui serait bizarre et bien arrangeant en cas d'erreur humaine => responsabilité d'un airmiss avec des gendarmes Shocked ) ? Je vais regarder à ça ce soir.

Sinon merci à Nab, Seb et Bob pour les cartes du ciel.

Canopus et Sirius (couché) sont dans le secteur Sud.Ouest pour un observateur au sol (exact ou pas?).
Pouvez-vous vérifier à partir de quelle heure Sirius serait visible puis couché pour un avion à 3000m et aussi 1900m d'altitude SVP ?

Les conditions météo peuvent-elles produire l'illusion d'une montée brusque par un effet mirage sur des couches atmosphériques avec inversion thermique (ici l'avion change d'altitude et probablement de couches atmosph)?
L'avion est descendu de 3000m à 1600m env puis est remonté à 3000m après l'extinction de la piste. Ceci peut avoir provoqué l'illusion d'une montée et/ou descente brusque de l'ovni.

Je constate aussi que la thèse d'un autre avion (militaire chilien) n'a pas été exclue sur arguments solides.




marcassite

avatar
Membre d'honneur
Membre d'honneur
"Un "tránsito" no reportado.
A las 20.05 h. aproximadamente - según se desprende del testimonio del comandante principal Rubén Cipuzak- cuando sobrevolaban la región sur del lago del embalse de "El Chocón" - a 16.000 pies de altitud (5) y a una velocidad de 210 nudos (6)-, pudieron advertir el paso de un "tránsito"(7) que, a menor altura que la que ellos estaban, los sobrepasó por la derecha a gran velocidad, perdiéndose de vista rápidamente en dirección Sur...en dirección a Bariloche.
Esta aeronave, que los pasó "como poste parado" -a decir del comandante principal- se apreciaba como una luz roja que prendía y apagaba al igual que el beacom (la luz giratoria que señala el motor en marcha) de un avión. Según sus estimaciones, volaría entre los 6.000 y 8.000 pies de altura (1.800 y 2.400 m. respectivamente) sobre el río Limay o bien sobre la Ruta Nacional 237; es decir, unos nueve mil pies por debajo de los gendarmes.
A raíz de la velocidad que imprimió esa aeronave para perderse de vista en escasos segundos, ambos testigos pensaron que acababan de observar el vuelo de un jet militar. Sin embargo, nos confesaría el comandante principal Cipuzak, dos cosas le llamaron poderosamente la atención: Por un lado, su nivel de vuelo ya que para el testigo es inusual que un jet se desplazara a tan baja altitud, pues la particularidad que éstos aviones tienen es la de volar alto para evitar, entre otras cosas, un mayor consumo de combustible; y por otro lado, el hecho de que no se hubiera notificado con el aeropuerto de Neuquén (al cual los gendarmes habían abandonado radialmente segundos antes) ni con Ezeiza control.
¿ Un tráfico pirata?... la duda quedó flotando en el aire de la cabina."

Sebastien aurait-il l'amabilité de traduire ceci au mieux ?
Il semble qu'un avion non identifé volait vers San C de Bariloche...
extrait tiré de ce site :
http://www.soloseneluniverso.com.ar/Bariloche.html

Autre chose, un passage de l'enregistrement indique qu'alors que AR674 va vers le SE, il voit une lueur a onze heures => donc E.S.E !
Or le contrôleur lui dit que vers l'ESE c'est ... GN705. lire ici :

Avoir deux minutes depuis l'abandon de la verticale, le copilote de Carlos Dortona et le vol Jorge Allende ingénieur aperçus devant, pour le sud-est, un feu blanc brillant et intense. Pensée de celle-ci comme un autre avion non signalé par le contrôle Bariloche, commandant George Polanco a demandé le copilote qui a averti la tour avait un transit « à onze... sur une trajectoire de collision...; » et il a ainsi signalé.

ARG 674 - BARILOCHE Argentine SEIS sept quatre est un transit pour le
AVANT NOTRE DÉCLARÉS ?
BAR att - devant son Seigneur pas, cette entrée et estimé entrer dans quatre minutes par LIMAY. -

Avant la réponse négative de la tour, la première chose qui ont traversé l'esprit du commandant, avions de la gendarmerie avaient mauvaise direction. Si Dortona a insisté pour...

ARG 674 - qui DIVISAMOS... NOUS SOMMES SEPT MILLE SEPT LIBÉRANT
CINQ CENTS ET NOUS ONT UN TRANSIT NOUS A LAISSÉ.
BAR att - faites vous, pont OK ? ....

À ce moment précis, Rubén Cipuzak - commandant principal avait été écoute de conversations de GN-705, accompagné de commandant Gaitán - communiqué avec la compagnie aérienne pour confirmer sa position et son équipage de rassurer.
Tranquillité à bas, soit dit en passant, parce que la gendarmerie de l'avion était 34 kilomètres vers le nord de l'aéroport.
Ensuite, si le « transit » n'était pas NG-705, que de ce qu'elle était? ; Ce que certains autres avions - avec des problèmes de communication, peut-être - j'essayais de terres à Bariloche?. Questions et plus de questions pour lesquelles l'exploitant de la tour de contrôle n'avait aucune réponse.
Et tandis que l'équipage de l'ARG-674 était composée de pilotes expérimentés, professionnels habituées à franchir des centaines de fois avec d'autres aéronefs en vol, avoir un autre avion vers l'avant, dans ces conditions et sur une trajectoire de collision leur a causé une préoccupation logique ; que 12 DME milles de l'aéroport et l'autre pour terminer le tour de procédure que commandant Polanco a avisé le copilote « faire vous lumières » avec les phares de l'avion. (Action qui, selon Jorge Allende, ingénieur de vol se faite généralement lorsque croisées avec un autre avion, dans les deux cas de salutation ou d'annoncer leur présence). Selon le commandant Polanco, puis des signaux-« de réponse, » dit - que « transit » a diminué à un tel point de leur intensité lumineuse qui était considérée comme « une chatita et une chose fini » (...). Cependant, aucun du reste de l'équipage observé un changement ou de la modification de l'intensité lumineuse. Oui ce qu'a fait remarquer le copilote quand a commencé en ce qui concerne la procédure, a été un brusque changement de direction qui a effectué le transit. Manœuvre qu'il se reflète dans les transcriptions, comme indiqué dans le paragraphe suivant.

ARG 674 - cette AHI, lorsque l'ONCE (8), AHI changer bien entendu en ce moment.
BAR att - reçu OKEY ESE autre transit aurait ce qu'il faut être maintenant A QUARANTE KILOMÈTRES DE BARILOCHE.-
ARG 674 - OKEY.
BAR att - ESE c'est le G.N que vous écoutez et étape LE données VOIE-
ARG 674 - OKEY.
BAR att - face à l'adresse une fois LE Delaware au pouvoir de balise, pas avant, EH ?
ARG 674 - OKEY, LE confirmer...

Et ce changement de direction, comme nous l'avons dit, à l'époque que le boeing a commencé le « tournant de procédure » (9) pour 2040 h environ (étape numéro 2).
Lors de l'entrevue que nous avons eu avec le 1 ° officiel nous exprimé sur la question : "yo je note un mouvement rectiligne de la lumière, ce qui en fait un angle de 90 degrés, as... nous soustraire un mouvement vers votre droite (à gauche

Je note que quand AR674 vire fort, il est logique que la lueur (GN705?) se déplace de 90° à l'horizontale.
Je pense aussi que sebastien a loupé un détail d'importance dans sa traduction de :
"BAR TWR - ESE ES EL GOLF NOVEMBER QUE USTED ESCUCHO Y LE PASO LOS DATOS
DE PISTA.-"
qu'il a traduit par :
"bar twr – C'est le vol GN que vous escuchó y le paso los datos de pista"
oubliant l'info E-S-E.

Cas passionnant mais la barrière de la langue fait que c'est une gageure de trouver une explication avec des infos que l'on comprend mal.

marcassite

avatar
Membre d'honneur
Membre d'honneur
Une autre omission ?

BAR TWR - OKEY RECIBIDO, ESE OTRO TRANSITO TENDRIA QUE ESTAR AHORA A
CUARENTA MILLAS DE BARILOCHE.-

Que Seb a traduit par :
bar twr - ok bien reçu, ? l'autre trafic serait maintenant à 40 milles de Bariloche.-

A moins que ESE n'ait un sens autre en espagnol que EstSudEst ???

PS : L'absence de suivi radar par le contrôle sol du trafic aérien me rappelle le cas de Téhéran. Ces circonstances rares sont propices aux vrais ovnis résistants ou propices aux grosses méprises ? Smile

nablator

avatar
Administration
Administration
marcassite a écrit:Or le contrôleur lui dit que vers l'ESE c'est ... GN705. lire ici :
Oui, c'est ce que je résumais 5 messages plus haut par :
La lumière "à 11 heures" pouvait très bien être l'avion des gendarmes.

C'est dans :
http://mitosdelmilenio.com.ar/ff1bari3.htm

Les seuls éléments inexpliqué sont les 3 lumières à droite de AR674.

Sont-elles confirmées par les gendarmes ? Pas clair du tout. Selon les ufologues Juan Pablo Gómez et Oscar A. Uriondo, oui :
"Avión de gendarmería confirma haber avistado el objeto."
http://guia-collado.com.ar/pages-285676.html

Mais on n'a aucune transcription des déclarations des gendarmes.

P.S.

Si ! Les déclarations de Cipuzak et Gaitan dans le rapport d'enquête de Gomez et Uriondo (en 5 parties dans les n° 116-120) :
http://fuego.dragoninvisible.com.ar/boletin2/dragon118.htm

Very Happy

http://nabbed.unblog.fr/

Bob Rekin

avatar
Membre d'honneur
Membre d'honneur
marcassite a écrit:Canopus et Sirius (couché) sont dans le secteur Sud.Ouest pour un observateur au sol (exact ou pas?).
Pouvez-vous vérifier à partir de quelle heure Sirius serait visible puis couché pour un avion à 3000m et aussi 1900m d'altitude SVP ?
J'ai vérifié pour 3000 m, et Sirius se couche à peu près en même temps que le Soleil (vers 19h00 HL). Wink


_________________
C'est pas de la magie, c'est de la science !
DéPANeur de père en fille, depuis 2009.  8)

"Rien n'est aussi fascinant qu'un mystère qui a pris de l'âge. (...) Encore que je puisse ajouter que rien ne serait plus satisfaisant qu'un mystère définitivement résolu" (Stephen Jay Gould)

Sebastien

avatar
Modération
Modération
Marcassite,

bar twr a écrit:- okey recibido, ese otro tránsito tendría que estar ahora a cuarenta millas de Bariloche.-

"ese otro tránsito" je l'ai traduit par "l'autre trafic", j'aurais dû écrire "cet autre trafic", plus juste.

Le texte était écrit en minuscule d'où la traduction par "ese = cet". Si la transcription originale comportait des majuscules au départ, alors ce serait un grave erreur de transcription. D'autres passages des conversations, eux, sont bien en majuscules.

Marcassite a écrit:Sebastien aurait-il l'amabilité de traduire ceci au mieux ?
J'essaie de faire ca ce matin.


_________________
Tout se passe comme si l'HSP/TRC était vraie, ou que l'HET était rare.

Sebastien

avatar
Modération
Modération
Voici la traduction:
"Un "trafic" non répertorié.
A 20.05 h. approximativement - comme il ressort du témoignage du lieutenant colonel de la gendarmerie Ruben Cipuzak - quand ils ont survolé la région sud du lac de barrage de "La Chocón" - a 16.000 pieds d'altitude (5) et a une vitesse de 210 noeuds (6)-, pourrait prévenir le passage d'un "trafic" (7) qui, à une altitude moindre à laquelle ils étaient, les a dépassés sur la droite à grande vitesse, rapidement hors de vue en direction du sud ... vers Bariloche.
L'avion, qui est passé «comme un piquet" -au dires du lieutenant colonel de la gendarmerie- pourrait être considérée comme une lumière rouge qui s'allumait et disparaissait comme le Beacom[Beacon?] (la lumière tournant qui signale le moteur en marche) d'un avión. Selon leurs estimations, elle aurait volé entre 6.000 et 8.000 pieds d'altitudes (1.800 et 2.400 m. respectivement) sur la rivière de Limay ou sur la Route nationale 237 ; c'est-à-dire à quelques 9000 pieds au-dessous des gendarmes.
En raison de la vitesse apparente de cet appareil pour être perdu de vue en quelques secondes, deux témoins ont pensé qu'ils venaient d'observer le vol d'un avion militaire . Cependant, nous confia le lieutenant colonel de la gendarmerie Cipuzak, deux choses ont attiré toute son attention: D'une part, son niveau de vol car pour le témoin il est inhabituel qu'un jet vole à si basse altitude, puisque la particularité de ces avions est qu'ils doivent voler haut pour éviter, entre autres choses, une augmentation de la consommation de carburant ; et d'un autre coté, le faitqu'il n'avait pas été enregistré à l'aéroport de Neuquén (que les gendarmes avaient laissé quelques secondes avant radialement[?] ) ni avec le control d'Ezeiza.
Un trafic pirate?... La question flottait dans la cabine. "
http://www.soloseneluniverso.com.ar/Bariloche.html


Bien maigres les arguments du lieutnant colonel contre un jet inconnu!
Il y a cependant bien la notion de gyrophare qui disparait au loin?
Est-ce que la tuyère d'un avion de chasse peut y ressembler?
Est-ce que les avions de chasses argentins pouvaient être dotés de gyrophares?
http://www.youtube.com/watch?v=HG7FonfAAEM


_________________
Tout se passe comme si l'HSP/TRC était vraie, ou que l'HET était rare.

Sebastien

avatar
Modération
Modération
Voilà donc que je lisais l'enquête méconnue de Cussac(merci Marcassite) et voilà je lis ceci, qui peut nous intéresser pour Bariloche:

A propos de l'observation d'un ovni par un pilote de l'aérodrôme d'Aurillac.
un point rouge devant lui, apparemment pas loin, vu alors [qu']il partait de Paris en vol vers Aurillac.
Mais le point semble rester à distance ! Vingt minutes après sa disparition, un autre, vert cette fois, apparaît et dure aussi ! Puis plus rien. Perplexité et interrogations, jusqu’à ce qu’il apprenne ensuite que c'était des fusées (un signal militaire) avec parachute, larguée ou tirée au dessus du Camp militaire

La disparition rapide au loin notée à Bariloche, pourrait-elle être dûe à ce même genre de fusée éclairante? Il y avait panne de courant au même moment.
L'impression de basse altitude est consistante, celle de "gyrophare" moins.

Est-ce que l'inconstance de la lumière d'une fusée éclairante est voisine de celle d'un gyrophare?
http://www.youtube.com/watch?v=l2ohDti6MsE


_________________
Tout se passe comme si l'HSP/TRC était vraie, ou que l'HET était rare.

Major Boyington

avatar
Voici mes dernières avancées sur ce cas, avec en vrac une histoire de température, la traduction d'un témoignage digne de David Vincent, une hypothèse privilégiée par une liste de coïncidences cohérentes et une carte récapitulative.


DES CONDITIONS METEO FAVORABLES A L’HYPOTHESE OPTIQUE

- Une grossière erreur de température ?
Les données (de température tout du moins) de la fiche météo officielle de la Forza Aerea Argentina semblent erronées pour l’heure demandée, soit entre 20h et 22h (local ou UTC non précisé dans le document) , avec des températures annoncées variant entre -0,2 et -0,4 °C. Or c’est en totale contradiction avec les témoignages :
- selon le personnel de l’aéroport à propos de la panne du groupe électrogène, une période de froid historique s’était abattue sur la région.
- selon le couple Cabral, il faisait -17 °C à 20h15 locales (23h15 UTC, juste avant l’observation) sur le thermomètre mural de leur chalet à Dina Huapi.
Ce qui semble confirmé par le site Tutiempo.net [1], avec une température minimale de -17,4°C pour la journée du 31/07/1995 (encore plus froide la veille), l’heure nocturne laissant supposer une température plus proche du minima.



- Précisions sur les light pillars :
“Les données confirment que les nappes de cristaux de glace se forment habituellement dans les cirrostatus de 4 à 6 km et entre -10 et -20°C. La plupart du temps, des températures douces à proximité du sol (entre 10 et 20 ° C) semblent avoir fourni des masses d'air chaud ascendantes qui ralentissent la vitesse de chute des plaques de cristaux de glace.”[2]
“Il existe des cas où la lumière réfléchie sur la surface lisse des cristaux de glace a l’aspect d’une structure lumineuse composée d’innombrables points de lumière.”[3]


VERS L’HYPOTHESE D’UN PROJECTEUR

Une des principales caractéristiques de ce cas, c’est la difficulté d’établir la séquence exacte et en trois dimensions de l’évolution de l’ovni, de par l’élusivité du phénomène, la disparité des observations et les mouvements relatifs des témoins en vol.
Un témoignage permet cependant de s’en départir dans le cadre d’une hypothèse unique, puisqu’il décrit de façon précise l’évolution de l’ovni perçue depuis un lieu différent toujours pendant la coupure de courant, mais juste avant l’épisode complexe de l’aéroport : c’est celui des époux Cabral, et qui se révèle finalement incompatible avec les autres hypothèses prosaïques avancées (astronomique, aéronautique et socio-psychologique).[4]


HYPOTHESES, COINCIDENCES ET COHERENCE DES FAITS

1 - L’observation de témoins sous un angle différent décrit une source de lumière en forme de faisceaux de couleur orange intense, accompagnés de tonalités vertes et bleues comme la lumière d’une “lampe à souder”, sortes de lasers à la fois fixes et d’intensité variable se diluant vers le sol, formant un corps lumineux qui finira par disparaitre vers l’est de façon quasi-instantanée. Sans aucun son signalé, la description rappelle beaucoup celle d’un projecteur.
2 - Des conditions de température inhabituelles (entre -10 et -20°C) et d’humidité importante (85%), particulièrement propices à la formation de cristaux de glace dans l’atmosphère, ont pu participer à l’intensité du phénomène.
3 - L’observation d’une granulosité (faisceaux qui rappellent une “douche”, car ils sortent du corps principal de la même manière que l’eau dans un “effet de pluie”), est typiquement observée dans les phénomènes optico-atmosphériques rares des light pillars, inconnus de Mme Cabral.
4 - Un changement d’altitude brutal (de 1800 à 3000m) sans bang sonique, perçu du GN705 transitant entre la côte et le lac, coïncide avec la différence de température de l’air en surface qui influe directement sur l’altitude des nappes nuageuses.
5 - L’essai notamment d’un nouveau projecteur dans une discothèque de Bariloche (témoin C), pourrait avoir généré un angle de projection inédit (pas réglé sur le lac comme à l’accoutumée). (Essai dont on ignore s’il a été reconduit puisqu’au moins deux autres témoins (A et D) reconnaissent qu’un certain type de projecteur, très directionnel et à longue portée, se révèle finalement inadapté pour l’usage recherché puisque trop peu visible pour la clientèle juste alentour, lui préférant finalement un laser de moindre portée mais multi-faisceaux.)
6 - L’horaire parfaitement inhabituel de ce test coïncide avec les évolutions de l’ovni (ou en tous cas avec la panne de courant) et exceptionnellement avec celui du trafic aérien, dont l’usage inattendu sous des conditions atmosphériques particulières a pu provoquer une observation inédite chez l’ensemble des témoins.
7 - La concentration des observations de cette lumière, dans une zone assez définie, est compatible avec celle du balayage (automatique ou non) d’un projecteur situé dans Bariloche.
8 - Le fait qu’un Boeing 727 avec plus d’une centaine de personnes à son bord ait été empêché d’atterrir et dut faire une manoeuvre d’évitement à cause d’un phénomène lumineux n’a certainement pas encouragé les éventuels fautifs à s’étendre sur leur imprudence ou à engager leur responsabilité (témoin C).


QUELQUES REGRETS

- Que l’interviewer des Cabral ait omis de leur demander une estimation de l’angle de ces “lasers” qui, associé à un azimut et une altitude de l’objet lumineux bien qu’approximatifs, aurait pu nous donner une meilleure indication de leur point d’origine, en la comparant à celle des boîtes de nuit de Bariloche qui présentaient l’avantage d’être concentrées au même endroit (Cerebro, Rocket, Genux).
- Que les enquêteurs n’aient pas poussé l’investigation autour du lac, afin de vérifier si la zone d’observation s’étendait de façon symétrique par rapport à l’origine supposée du projecteur, bien que cette zone paraisse très inhabitée et qu’aucune conclusion n’aurait pu en découler.
- Que le témoin C, employé d’un boîte de nuit ayant participé à un test de projecteur ce soir-là, n’ait pas davantage été passé à la questionnette, alors qu’il semblait en savoir plus que ce qu’il a bien voulu dire et qu’une petite calotte ou une simple clé de bras aurait pu l’inviter à nous en dire davantage, voire à tout simplement résoudre l’affaire.


Lien Google map

[1]Historical weather: Bariloche Aerodrome, July 1995
[2]Caelestia, Light pillars in cirriform clouds, Mechanism and designation
[3]Caelestia, Light pillars in cirriform clouds, characteristics
[4]Témoignage du couple Cabral, 31 Juillet 1995 (20h15-20h31 LT), Dina Huapi, traduction

Bob Rekin

avatar
Membre d'honneur
Membre d'honneur
Alors là, je dis chapeau ! Very Happy
Merci beaucoup pour toutes ces explications Papy.

Je ne connaissais pas le site Tutiempo.net, qui m'a l'air à première vue d'être très pratique.
A quoi correspond la colonne de droite, nommée "N°" ? Et que représentent ces "16" et ces "17" ?


_________________
C'est pas de la magie, c'est de la science !
DéPANeur de père en fille, depuis 2009.  8)

"Rien n'est aussi fascinant qu'un mystère qui a pris de l'âge. (...) Encore que je puisse ajouter que rien ne serait plus satisfaisant qu'un mystère définitivement résolu" (Stephen Jay Gould)

Major Boyington

avatar
C'est le nombre de mesures pour établir la moyenne (cliquer sur le "+" du tableau en lien pour le jour concerné)

Invité


Invité
Jolie réponse sur ce sujet Papy !

Clap clap ! Merci de ce partage !

Bob Rekin

avatar
Membre d'honneur
Membre d'honneur
Major Boyington a écrit:C'est le nombre de mesures pour établir la moyenne (cliquer sur le "+" du tableau en lien pour le jour concerné)
Merci Papy !

(*HS : va falloir que j'arrête de t'appeler comme ça, parce qu'à chaque fois, j'ai le reflexe de vouloir demander si c'est l'heuuuure du coooooffre à caaaaatch ! Razz )


_________________
C'est pas de la magie, c'est de la science !
DéPANeur de père en fille, depuis 2009.  8)

"Rien n'est aussi fascinant qu'un mystère qui a pris de l'âge. (...) Encore que je puisse ajouter que rien ne serait plus satisfaisant qu'un mystère définitivement résolu" (Stephen Jay Gould)

Sebastien

avatar
Modération
Modération
Bel exposé Major!
En fin de compte les light pillars se seraient présentés sous forme de colonne au couple Cabral s'il s'était agit de celà:


Ca n'empêche pas que tout semble s'être disposé pour créer une méprise dûe à une couche de brume/cristaux peu élevée sur laquelle se projetait(sans nécessairement se refléter) le laser testé ce soir-là.

Le fait que l'AR674 ait vu l'ovni toujours plus bas (comme les gendarmes) pointe également vers un voile de brume plus bas que les avions (la direction étant consistante avec les boîtes de nuits).

Une couche reflétant des light pillars, outre qu'aucun témoin n'en mentionne l'aspect, se forme au minimum vers 1,5km d'altitude selon votre lien cité plus haut.

L'explication doit être la bonne, juste un doute sur l'intervention de Light Pillars dans l'affaire...


_________________
Tout se passe comme si l'HSP/TRC était vraie, ou que l'HET était rare.

nablator

avatar
Administration
Administration
Merci Papy pour ces traductions et recherches. J'avais vaguement compris que la thèse des reflets de projecteurs avait quelques avantages, mais elle a aussi quelques inconvénients.

1. Les piliers de lumière sont normalement visibles à la verticale de la lumière qui se reflète sur une couche horizontale. Ça colle mal avec les changements brusques de direction et d'altitude décrits par les gendarmes de GN705.

2. Des projecteurs tournants devraient produire de très courtes illuminations, surtout pour des témoins en mouvement (avions) pas des lumières qui restent visible assez longtemps, sauf si le faisceau suit l'avion. Comme les 3 lumières ont été vues à droite de ARG 674, leur source devrait se trouver au nord ou nord-nord-est (où il n'y a pas de ville) pas à San Carlos de Bariloche (qui est à l'ouest). Par contre la direction de la ville (au sud ouest) correspond au témoignage du couple Cabral.

3. Des lumières (au moins celles vues de ARG 674) n'étaient pas des pilliers, et je ne me rappelle pas avoir lu qu'elles étaient plus haut. Au contraire ? (pas sûr).

4. Des lumières en contrebas, comme dit Sebastien, seraient des reflets sur une couche nuageuse située plus bas que les avions ??? Ce ne sont pas de reflets alors... En plus les témoins (gendarmes) parlent d'une très bonne visibilité sous le plafond nuageux si j'ai bien compris.

http://nabbed.unblog.fr/

Major Boyington

avatar
Sebastien a écrit:L'explication doit être la bonne, juste un doute sur l'intervention de Light Pillars dans l'affaire...
Et c'est bien naturel puisqu'il n'en est tout simplement pas question ici.

J'ai introduit une ambiguïté malgré moi en les citant dans le "rappel sur les light pillars", alors qu'il ne s'agit que d'une référence à la théorie optique générale des conditions de reflets de cristaux atmosphériques, développée sous ce nom-là sur Caelestia puisque ce cas particulier y est largement développé, mais je ne connais pas de meilleur lien sur le sujet et j'en ai maladroitement gardé l'appellation.

Oubliez donc les colonnes, on est d'accord pour ne parler que d'éventuelles fines particules de glace en suspension.


J'évacue donc par la même occasion les questions 1 et 3 de Nablator.

2. Le reflet du projecteur peut se situer n'importe où dans la zone de balayage, et donc parfaitement se retrouver à droite de l'AA674 en approche.
Et en effet, la seule explication compatible avec cette hypothèse est bien que le faisceau ait à un certain moment donné l'impression de suivre l'avion (ou plutôt de voler en formation à ses côtés : cf l'observation à 3 heures comme indiqué sur le plan), selon un pur hasard ou le jeu imbécile du testeur.

4. Pour faire un meilleur rappel de la théorie :

"The formation of hexagonal ice-crystal plates is favoured at air temperatures from 0° C to -4° C and from -10° C to -20° C and below. When their size is less than 15-20 micrometers across, they tumble randomly through the air."(Caelestia)

"Estos cristales pueden formar una clase de nubes muy delgadas denominadas cirrus a ciertas altitudes. En la oscuridad estos cirrus son muy difíciles de observar, pero son notorios al incidir luz sobre ellos. Las luces de nuestro hipotético proyector pueden reflejarse en los cristales de hielo, y también dispersarse (scattering) en múltiples direcciones. Si se trata de luz blanca cada dirección portará un estrecho rango de longitudes de onda más o menos definido (produciendo la percepción de un color definido). Pero también es cierto que hasta ahora los científicos no saben muy bien de que manera los cristales de hielo atmosféricos dispersan la luz." (una hypotesis plausible)

nablator

avatar
Administration
Administration
Bon... Une couche de nuages opaques pleins de neige fait l'affaire.

Il faudrait néanmoins que les faisceaux soient étonnamment focalisés, à grande distance. Pour les lumières vertes, de part et d'autre de la lumière orange, il n'y a pas d'explication non plus...

Et puis ces lumières seraient projetées plus haut que les avions.

http://nabbed.unblog.fr/

Sebastien

avatar
Modération
Modération
Un stratus est une couche de nuage qui est l'équivalent du brouillard lorsqu'il se trouve à quelques centaines de mètres du sol. Il peut être très subtil comme l'est parfois un brouillard léger, et ainsi ne pas être directement distingué.
Voir la Lune à travers est un moyen alors de le voir, par l'observation d'un halo:


EDIT:
Le cirrus dont parle le site hispanophone est une nébulosité qui se trouve à partir de 6000m environ. Or je crois qu'au mieux les pilotes ont parlé de leur propre hauteur.
SI je ne me trompe pas, dans la phase de vol (on pourrait retrouver ca dans les transcriptions) où se trouvait AR674, il ne devait pas être plus haut que 1000m non?
Un stratus à 1000m (il peuvent aller jusqu'à 2000m) serait suffisant pour rendre compte de chaque observations, au moins dans les élévations observées.


_________________
Tout se passe comme si l'HSP/TRC était vraie, ou que l'HET était rare.

oncle dom

avatar
Sebastien a écrit:Un stratus est une couche de nuage qui est l'équivalent du brouillard lorsqu'il se trouve à quelques centaines de mètres du sol. Il peut être très subtil comme l'est parfois un brouillard léger, et ainsi ne pas être directement distingué.
Voir la Lune à travers est un moyen alors de le voir, par l'observation d'un halo:

Sur cette image ce n'est pas un halo, mais un nimbe, du à la diffusion, alors que le halo est du à la réflexion dans des cristaux de glace

http://oncle-dom.fr/index.htm

nablator

avatar
Administration
Administration
Sebastien a écrit:Le cirrus dont parle le site hispanophone est une nébulosité qui se trouve à partir de 6000m environ. Or je crois qu'au mieux les pilotes ont parlé de leur propre hauteur.
SI je ne me trompe pas, dans la phase de vol (on pourrait retrouver ca dans les transcriptions) où se trouvait AR674, il ne devait pas être plus haut que 1000m non?
Un stratus à 1000m (il peuvent aller jusqu'à 2000m) serait suffisant pour rendre compte de chaque observations, au moins dans les élévations observées.
Il y a deux chose à expliciter : l'altitude relative (ARG674 était en train de virer à gauche, donc "à droite" ne veut pas nécessairement dire "pas plus haut"), et puis la netteté des lumières : un projecteur n'aurait jamais produit des lumières vives aussi petites. Un laser, par contre, ou plusieurs, colorés différemment comme pour un show me parait beaucoup plus crédible... Peu de dispersion, lumière intense... La couleur jaune pourrait être due à deux faisceaux, 1 vert + 1 rouge.

http://nabbed.unblog.fr/

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 3 sur 4]

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum