UFO SCEPTICISME
Avertissement : UFO SCEPTICISME est un forum indépendant de toute association, groupe, structure, traitant du phénomène ovni.

Son administration se démarque et condamne fermement les activités prosélytes de partisans d'hypothèses exotiques non testables, non vérifiables à propos des PAN.

Avant l'inscription, merci de lire le règlement de l'hébergeur et le règlement particulier du forum. Pour cela, voir la rubrique "A lire avant de s'inscrire ou de poster".

Aucune inscription n'est plus acceptée sans l'adresse mail du fournisseur d'accès internet. Les adresses mail restent totalement confidentielles.

Pour que l'inscription soit pérenne, le nouvel inscrit doit poster au moins un message dans les 8 jours après la validation de celle-ci.

Le forum UFO SCEPTICISME privilégie la participation par rapport au nombre d'inscrits.

UFO SCEPTICISME

UFOLOGIE ET SCEPTICISME


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

UFO SCEPTICISME  » CAS UFOLOGIQUES » Observation d'OVNI entre Harponville et Contay (Somme), le 7 septembre 1954, classé D1

Observation d'OVNI entre Harponville et Contay (Somme), le 7 septembre 1954, classé D1

Aller à la page : Précédent  1, 2

Aller en bas  Message [Page 2 sur 2]

Patrice

avatar
Administration
Administration
Sur le chemin, pas dans le champ, sur le chemin si camion de lait....

http://ufo-scepticisme.forumactif.com

oncle dom

avatar
Patrice a écrit:Pas si sur Oncle dom, je poursuis ma piste. Mieux vaux éliminer une piste que passer à côté. Faire 20 km pour un camion cela n'a rien de surprenant. L'illusion de monter non plus. je cherche actuellement la météo.
L'illusion de monter existe, mais peut elle amener à une disparition dans les nuages après plusieurs minutes?
Voyons ce que disent nos sources

La gendarmerie a écrit:Amiens, le 7 septembre 1954
Rapport du capitaine [********], commandant la section de Gendarmerie
sur l'apparition d'une "soucoupe volante"

J'étais arrivé à une centaine de mètre lorsqu'il s'est levé, d'abord en ascension oblique assez lente, puis ensuite à la verticale beaucoup plus rapidement et disparaitre à ma vue dans le ciel.
(Emile Renard)
Ce dernier s'est [mis] à s'élever dans les airs lentement et ans aucun bruit. En s'élevant l'engin nous a permis de découvrir comme un tuyau d'échappement duquel s'échappait une fumée gris-bleu et peu dense. L'engin avait une couleur sale, soit noire ou bleu foncé. La fumée était visible jusqu'à ce que l'engin ait atteint une dizaine de mètres. Cet engin prenait de l'altitude en oblique. Après une hauteur de 12 mètres environ, il a monté verticalement et il m'a semblé qu'il prenait de la vitesse. Il a disparu dans les airs environ cinq minutes après sa montée.
(Yves De Gillaboz)

Le Courrier Picard a écrit:Il arriva ainsi à une quinzaine de mètres de hauteur. A ce moment, il abandonna la diagonale et son ascension se poursuivit verticalement et plus rapidement. Pendant quelques minutes, nous l'avons suivi des yeux. A fur et à mesure qu'il montait, on l'apercevait de plus en plus difficilement et il finit par disparaitre.
(Le Courrier Picard, 8 septembre 1954, page 2)

Semaine du Nord a écrit:La « chose » s'élève rapidement à la verticale, pendant une quinzaine de mêtres. Elle ralentit, puis file vers le nord-ouest, vers Toutancourt, après avoir survolé le bosquet tout proche. Elle disparait dans le brouillard.
(Semaine du Nord, 26 septembre 1954, page 12)

Ce départ à la verticale est à relativiser. Premièrement, si l'objet ayant commencé à s'élever à une centaine de mètres des témoins pour continuer pendant plusieurs minutes à la verticale, il aurait disparu à une assez grand altitude pour être près du zénith et les témoins auraient du se tordre le coup pour continuer à l'observer, ce qu'ils ne signalent pas, malgré la précision de leur témoignage.
Deuxièmement, sur la photo de Semaine du Nord, montrant les témoins indiquant la direction prise par l'engin, la direction qu'ils indiquent est basse sur l'horizon. L'objet n'est donc pas parti vers le zénith.
Il faut probablement comprendre que l'objet a commencé à s'élever obliquement, vers le bosquet, donc vers la droite, jusqu'à une altitude valant 1 1/2 fois sa longueur, puis a changé de direction et est parti dans l'axe de visée des témoins, c'est à dire vers le nord-ouest, tout en continuant à s'élever. Ses dimensions apparentes diminuent avec la distance, et au bout de plusieurs minutes, il finit par disparaitre, tant à cause du ciel brumeux que de sa distance.
Il faut reconnaitre que cette description correspond bien à un hélicoptère partant vers Doullens, et pas du tout à une soucoupe volante, censée disparaitre "à-une-vitesse-vertigineuse", ni à un camion de laitier qui serait parti à travers champ, perpendiculairement au chemin, encore moins à une voiture de course.
Remarquons aussi que le mot "soucoupe volante" apparait dans le titre du rapport de gendarmerie, et dans celui de l'article du Courrier Picard, mais pas dans les premières déclarations des témoins. Ils ne se mettent à utiliser ce terme que dans l'article de Semaine du Nord, et il semble donc bien que ce terme leur ait été suggéré.
Donc il nous faut trouver un hélicoptère, présent sur le territoire français en 1954, mais pas assez pour être connu des témoins, faisant une bonne dizaine de mètres, de couleur foncée, avec une porte rectangulaire latérale. Hé bien, il y en a un!



Le Sikorski H34, utilisé par la France pour la guerre d'Algérie, fit ses premiers vols en mars 1954. Comme nous l'apprend cette page
Destiné à des opérations de guerre, on comprend que l'armée ne lui ait pas fait de publicité, et que les témoins -et même les gendarmes- ignoraient son existence. S'il venait de la base de Doullens (base radar, mais qui pouvait évidemment accueillir des hélicoptères), on peut comprendre que les militaires n'aient pas prévenu la gendarmerie, s'il existait un niveau de secret minimum. Après tout, l'hélicoptère n'avait peut-être rien à faire là non plus.

Donc pas de soucoupe, pas D'OVNI, pas de PAN D, mais un PAN B.

http://oncle-dom.fr/index.htm

elevenaugust

avatar
Modération
Modération
oncle dom a écrit:Le Sikorski H34, utilisé par la France pour la guerre d'Algérie, fit ses premiers vols en mars 1954.
... Premiers vols aux USA.

Dans la page Wikipédia dédiée, il est fait référence aux unités de l'aviation navale française ayant utilisé des Sikorsky S-58 (renommés H-34 par l'United States Army).

Les plus anciennes de ces unités sont la flotille 31S et l'escadrille 20F, toutes deux créées en 1956.

Dans cette page, on apprend par ailleurs que :

Caea.info a écrit:Le Sikorsky S-58 fut étudié par le bureau d'études de Sikorky dirigé par M. Gluhareff pour répondre aux besoins de l'US Navy pour la lutte anti-sous-marine. Il a volé pour la première fois sous la désignation XHSS-1 le 8 mars 1954 à Bridgeport.

[...]

Après la mise en ligne d'hélicoptère Bell 47G, Alouette II et Sikorsky S.55 dans les 1éres années de la guerre d'Algérie, le besoin s 'est fait sentir pour un appareil de plus grand tonnage.

La licence du Sikorsky S-58 fut donc acquise par Sud-Aviation pour palier ce besoin.

Deux versions ont été fabriquées à Marignane :
- le modèle Armée H-34A
- le modèle Marine HSS-1

Le premier vol d'un appareil construit par Sud-Aviation eu lieu le 21 mai 1957.

Voir aussi l'historique de la création des premières unités d'hélicoptères en France à partir d'avril 1955 sur cette page très complète: cours d'histoire militaire: la guerre d'Algérie


_________________
IPACO

oncle dom

avatar
elevenaugust a écrit:
oncle dom a écrit:Le Sikorski H34, utilisé par la France pour la guerre d'Algérie, fit ses premiers vols en mars 1954.
... Premiers vols aux USA.

Dans la page Wikipédia dédiée, il est fait référence aux unités de l'aviation navale française ayant utilisé des Sikorsky S-58 (renommés H-34 par l'United States Army).

Les plus anciennes de ces unités sont la flotille 31S et l'escadrille 20F, toutes deux créées en 1956.

Dans cette page, on apprend par ailleurs que :
Que le premier vol d'une machine de série a eu lieu deux semaines après l'observation d'Harponville.
C'était trop beau aussi.

http://oncle-dom.fr/index.htm

marcassite

avatar
Membre d'honneur
Membre d'honneur
O.Dom et ElevenA relisez les liens de mon post n°7
http://ufo-scepticisme.forumactif.com/t6287-observation-d-ovni-entre-harponville-et-contay-somme-le-7-septembre-1954-classe-d1#104564

Où est le problème ? Il y a bien de rares hélicos lourds en 1954 en France S55/H19.
" Au total, l'ALAT a perçu 43 appareils, en service de 1954 à 1971""...Les H-19B utilisés par le GFHATI en Indochine, de septembre 1953 à mars 1954, appartenant à l'Armée de l’Air, ne sont pas répertoriés ici"
Et il faut former beaucoup de pilotes hélico à cette époque là justement (27 pilotes sur les 37 formés en 1954 le sont sur H55, cf liens suscités...).

Ensuite il y a aussi les hélicos lourds USA des bases de l'OTAN qui sont proches ! Ex : Péronne Estrée-Mons
http://www.france-air-nato.net/STRUCTURE/Pages_web/DOB_Merville_Biblio_Fr.html

Donc un PAN B (méprise avec l'envol d'un "Eléphant Joyeux" Laughing ) me semble logique vu l'aspect et la direction d'envol.

EDIT pour Memo :
"1954 (NB) tous les papiers sont timbrés "secret" ou "très secret".
Plan schématique : Lunéville-Croismare, Laon-Couvron, rapport Gaspard et projet d'avis.
Choix du site d'un aérodrome NATO à Cherbourg-Maupertus, rapport Gaspard et projet d'avis.
Escadre de transport USAF à installer sur l'aérodrome de ST Nazaire-Montoir, rapport Gaspard.
Dispositif de circulation aérienne à la frontière avec la Belgique, projet d'avis (voir aussi 2 G 6).
Demande d'affectation à l'armée de terre de l'aérodrome de Calvi Fiume Secco (pour l'entraînement de parachutistes), rapport Wahl.
Demande de l'armée de l'air américaine d'implantation de gonio UHF sur 4 aérodromes, rapport Lt colonel Cattellat.
Nouveau plan schématique pour Châlons-Vatry, rapport Issarte et projet d'avis.
Choix du site de Solenzara (Corse) pour une création d'aérodrome, rapport Wahl et projet d'avis.
Projet d'instruction provisoire sur l'affectation, l'utilisation et le fonctionnement des aérodromes mixtes de la métropole en temps de guerre, projet d'avis et texte de l'instruction provisoire, 27 juillet 1954.
Détermination du sens d'AMV des aérodromes NATO, 3 rapports Lt Colonel Cattelat.
Détermination du site de l'aérodrome prévu dans la quadrilatère Lille-Boulogne-Abbeville et Rosières-en Santerre, 2 rapports Gaspard.

Il y a quoi dans ce bled (dont un terrain est acheté par l'état) et qui semble sur la traj linéaire Contay>Doullens ?

marcassite

avatar
Membre d'honneur
Membre d'honneur
Enfin trouvé ce qu'il y avait dans ce bled qui serait utilisable par les USA/OTAN :
http://www.forgottenairfields.com/france/picardy/somme/rosieres-meharicourt-s1117.html

Mais aussi celui ci , proche encore actif en 55 :
http://www.forgottenairfields.com/france/picardy/somme/montdidier-fignieres-s1119.html

Reste à vérifier si la traj entre ce site et Doullens (base et radar) passe bien tout près du site atterrissage ou pas. Et voir en proba si ce n'est pas un "hasard orthoténique"...

En tout cas le lien Doullens et hélicoptere est quant à lui désormais certain :
"La base aérienne 922 qui utilisait des hélicoptères a été fermée en 2004; cependant, elle continue d’employer 200 personnes à la détection radar."
https://tresordesregions.mgm.fr
/Mdir.php?p=cant.php&cl=Doullens&region=22

oncle dom

avatar
marcassite a écrit:O.Dom et ElevenA relisez les liens de mon post n°7
http://ufo-scepticisme.forumactif.com/t6287-observation-d-ovni-entre-harponville-et-contay-somme-le-7-septembre-1954-classe-d1#104564

Où est le problème ? Il y a bien de rares hélicos lourds en 1954 en France S55/H19.
" Au total, l'ALAT a perçu 43 appareils, en service de 1954 à 1971""...Les H-19B utilisés par le GFHATI en Indochine, de septembre 1953 à mars 1954, appartenant à l'Armée de l’Air, ne sont pas répertoriés ici"
Et il faut former beaucoup de pilotes hélico à cette époque là justement (27 pilotes sur les 37 formés en 1954 le sont sur H55, cf liens suscités...).

Donc un PAN B "envol d'un Eléphant Joyeux" me semble logique vu l'aspect et la direction d'envol.
OK. Donc pas de S58/H34 mais un S55/H19 qui ressemble suffisamment à la description des témoins.
Y en avait il à Doullens? Rappelons nous que la base radar 922 était à 10 km de Doullens, mais que la ligne base de Montdidier - base de Doullens passe pile poil sur le lieu d'observation
J'ai donc refait en conséquence la couverture de Semaine du Nord, la seule à montrer l'engin.



Je pense que je vais faire une page Web là dessus

http://oncle-dom.fr/index.htm

marcassite

avatar
Membre d'honneur
Membre d'honneur
Bonne idée. Quand tu auras achevé ta synthèse, on pourra éventuellement ouvrir une nouvelle cogitation forumesque sur celui ci :
http://www.cnes-geipan.fr/index.php?id=202&cas=1954-10-09217

Là ce sont des militaires de Doullens qui voient un(?) ovni. Pas encore lu le dossier en détail.

oncle dom

avatar
marcassite a écrit:http://www.cnes-geipan.fr/index.php?id=202&cas=1954-10-09217

Là ce sont des militaires de Doullens qui voient un(?) ovni. Pas encore lu le dossier en détail.
On en avait déja discuté: mauvais témoins et méprise lune possible.
http://ufo-scepticisme.forumactif.com/t5389p25-statistiques-des-meprises-avec-la-lune-dans-la-base-de-donnees-du-geipan#99865

Pour les environs de Doullens, dans la presse locale, j'ai:
2 confusions lunaires le 3 octobre
2 confusions solaires possibles le 14 octobre
1 canular le 15 octobre
2 confusions avec un bolide le 18 octobre

http://oncle-dom.fr/index.htm

L.J. Silver


oncle dom a écrit:
OK. Donc pas de S58/H34 mais un S55/H19 qui ressemble suffisamment à la description des témoins.

Hormis la présence de la "porte", je ne vois pas, en ce qui me concerne, de ressemblance entre l'objet décrit par les témoins et un hélicoptère.

Et encore...j'ai une question : sur ces hélicos, il n'y a qu'une seule porte, n'est ce pas ?  je veux dire, il n'y en a pas des deux côtés de l'hélico ?

Sur les photos, on voit la porte du côté droit des hélicos.
Or si l'on se reporte au dessin figurant sur le procès verbal des gendarmes, la "porte" ou ouverture se situe, sauf erreur de ma part, du côté gauche de l'engin.

En examinant le dessin :
Soit la "porte" est à droite, mais alors elle est mal positionnée, complètement à l'arrière de l'appareil,
Soit la "porte" est à gauche de l'appareil, ce qui ne s'accorde pas avec les photos d'hélicos postées ici.

Du reste, il y a quelque chose d'insolite :
Les témoins ne décrivent pas la présence de roues, or ils ont été capables de distinguer le "tuyau d'échappement",
comment l'expliquer ?



Dernière édition par L.J. Silver le 30.03.18 22:26, édité 1 fois

Bob Rekin

avatar
Membre d'honneur
Membre d'honneur
Pour Doullens, le nom logique du cas est Lucheux (80), puisque les témoins se trouvaient aux installations opérationnelles de la base.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Base_a%C3%A9rienne_922_Doullens
Le plan visible en page 9 du PV est très clair à ce sujet. Du coup, la carte créée par le GEIPAN est un peu inutile.
L'OVNI est arrivé initialement de la direction de Mondicourt (Sud-Ouest) puis s'est dirigé vers   La Bellevue (Est).
L'hypothèse d'une méprise lunaire en prend un sacré coup. Hélicoptère pourquoi pas, je ne sais pas. Mais la description me fait également penser à un projecteur se reflétant sur la couche nuageuse. Evidemment, pas de skytracer à l'époque, mais peut-être un projecteur de DCA, genre hérité de la guerre ?


_________________
C'est pas de la magie, c'est de la science !
DéPANeur de père en fille, depuis 2009.  8)

"Rien n'est aussi fascinant qu'un mystère qui a pris de l'âge. (...) Encore que je puisse ajouter que rien ne serait plus satisfaisant qu'un mystère définitivement résolu" (Stephen Jay Gould)

L.J. Silver


Bob Rekin a écrit: Mais la description me fait également penser à un projecteur se reflétant sur la couche nuageuse. Evidemment, pas de skytracer à l'époque, mais peut-être un projecteur de DCA, genre hérité de la guerre ?

Peut être, mais qui utiliserait un tel projecteur dans ce coin perdu, dans quel objectif, et à l'heure de lever du Soleil ( environ 7H du matin à cette époque de l'année) ?

Bob Rekin

avatar
Membre d'honneur
Membre d'honneur
Je parle du cas de Doullens, qui a lieu à 1h34 du matin, donc en pleine nuit Wink
Quant à utiliser un tel projecteur, je ne sais pas (amusement ?)


_________________
C'est pas de la magie, c'est de la science !
DéPANeur de père en fille, depuis 2009.  8)

"Rien n'est aussi fascinant qu'un mystère qui a pris de l'âge. (...) Encore que je puisse ajouter que rien ne serait plus satisfaisant qu'un mystère définitivement résolu" (Stephen Jay Gould)

L.J. Silver


On dit qu'au volant, "la vue, c'est la vie", ce qui est encore plus vrai lorsqu'on se déplace en hélico.

Or les témoins ne décrivent nulle part la présence de la verrière d'un hélico, et on ne voit rien de ce type sur leur dessin.

Ils auraient donc été capables de distinguer le petit détail du "tuyau", mais, là encore, pas la verrière ?

Du reste, une verrière devrait se remarquer, ne serait ce que par les reflets du soleil.

Donc :
Pas de bruit, pas de verrière, pas de roues, une "porte" bizarrement placée...

L.J. Silver


Bob Rekin a écrit:Je parle du cas de Doullens, qui a lieu à 1h34 du matin, donc en pleine nuit Wink

Ok, pardon, autant pour moi, j'étais resté sur l'autre cas !
Le cas de Doullens est très intéressant aussi.

Par contre, il serait peut être préférable, pour éviter la confusion entre ces deux cas, d'ouvrir un autre fil pour le cas de Doullens ?

Du coup, je comprends mieux l'hypothèse du projecteur, qui me paraît effectivement crédible ! Smile

marcassite

avatar
Membre d'honneur
Membre d'honneur
LJS , tu oublies qu'il y a des témoins qui inversent le sens de l'objet observé en dessinant -hé oui ; que ce n'est pas un des témoin qui a fait le dessin mais un gendarme ; qu'on a aucun dessin direct des 2 témoins ; qu'il n'y a pas de précision G/D pour les détails dans ce qui est écrit (presse et PV) ; qu'il n'est même pas certain qu'ils aient vu un tube d'échappement mais juste qu'ils aient vu de la fumée sorti du dessous du bouzin en vol (fumée échappement => reconstruction d'un tuyau !).


En s'élevant l'engin nous a permis de découvrir comme un tuyau d'échappement duquel s'échappait une fumée gris-bleu et peu dense. L'engin avait une couleur sale, soit noire ou bleu foncé. La fumée était visible jusqu'é ce que l'engin ait atteint une dizaine de mètres.

Enfin si ce n'est pas un hélico qui fume au décollage comme le font les S55 et H34 alors c'est une soucoupe qui marche au carburant gras et les ETs sont des salopards de pollueurs !
C'est ça ton explication la plus probable ou tu en as une autre plus pertinente qu'un S55 (hormis le "je sais pas ce que c'est mais c'est un vrai ovni parce la porte n'est pas du bon côté !") ?

EDIT : question aussi d'angle de vision ... Compare avec le dessin du PV qui montre une porte à droite et échappement qui dépasse en bas à gauche :
http://a136.idata.over-blog.com/600x338/1/95/08/26/Sikorsky-H-34/File1103_WEB.jpg
http://a141.idata.over-blog.com/600x361/1/95/08/26/Sikorsky-H-34/File1104_WEB.jpg

EDIT 2 ;
"Les HSS sont dans leur dixième année, et corrosion et criques font leur apparition; phénomène normal, compte tenu du vieillissement du matériel. Les incidents en vol se font alors de plus en plus fréquents. Ils sont dus principalement à des défaillances moteur qui se manifestent par de forts claquements, pertes de puissance, fumées moteur, nécessitent des retours en urgence, ou plus précipitamment, des posés en campagne ou des amerrissages forcés."
http://patrianostra.forum-actif.eu/t356-helicoptere-banane-flotille-31f

oncle dom

avatar
L.J. Silver a écrit:Hormis la présence de la "porte", je ne vois pas, en ce qui me concerne, de ressemblance entre l'objet décrit par les témoins et un hélicoptère.
Il y a la taille, et la couleur aussi

Et encore...j'ai une question : sur ces hélicos, il n'y a qu'une seule porte, n'est ce pas ?  je veux dire, il n'y en a pas des deux côtés de l'hélico ?

Sur les photos, on voit la porte du côté droit des hélicos.
Or si l'on se reporte au dessin figurant sur le procès verbal des gendarmes, la "porte" ou ouverture se situe, sauf erreur de ma part, du côté gauche de l'engin.

En examinant le dessin :
Soit la "porte" est à droite, mais alors elle est mal positionnée, complètement à l'arrière de l'appareil,
Soit la "porte" est à gauche de l'appareil, ce qui ne s'accorde pas avec les photos d'hélicos postées ici.
On ne peut guère se fier au dessin. Il a été fait d'après les déclarations des témoins, mais il n'est pas dit qu'il ait été fait par l'un des témoins. Et l'avant de l'appareil n'est pas indiqué. Donc on ignore si la porte est à droite ou à gauche, et si elle est bien positionnée.

Du reste, il y a quelque chose d'insolite :
Les témoins ne décrivent pas la présence de roues, or ils ont été capables de distinguer le "tuyau d'échappement",
comment l'expliquer ?
Ils ont deviné le tuyau d'échappement à cause de la fumée. Mais surtout, à quelle distance étaient ils de l'engin? Sur la couverture de Semaine du Nord, l'engin est représenté au dessus de M. Renard, ce que j'ai respecté dans ma reconstitution. En réalité, il était bien plus loin. Il est bien connu - et vérifié - que les les témoins sous-estiment les distances. Ici, M. De Gillaboz estime qu'au départ l'engin semblait posé à 150 m de la route. Or le petit chemin parallèle à la route est à 380 m, et le bosquet  à 700 m. Donc quand M. Renard dit qu'il n'était plus qu'à 100 m de l'engin, il faut plutôt compter 200 ou 300 m. Surtout que les témoins ne savaient pas exactement où était situé l'engin. Il se comprend mieux qu'à cette distance ils n'aient pas remarqué les roues.

http://oncle-dom.fr/index.htm

oncle dom

avatar
Grace aux photos de Semaine du Nord, nous allons pouvoir reconstituer ce qu'aurait vu les témoins depuis la route si l'engin était un S55 vu de profil au niveau du chemin.
Le reportage de Semaine du Nord s'est fait sur les lieux, avec les témoins, qui ont refait le chemin qu'ils avaient suivi. La première photo est manifestement prise depuis la route, à peu près à l'endroit où les témoins ont commencé à courir vers l'engin



Grace aux repères que constituent les zones boisées, nous pouvons retrouver l'endroit exact d'où la photo a été prise, sur une photo aérienne de l'IGN prise en avril 1955. Nous pouvons même en donner les coordonnées d'après Géoportail: 50.018435° N, 02.489266° E



Supposant un hélicoptère S55 au niveau du chemin, et connaissant ses dimensions et l'échelle, nous pouvons maintenant insérer l'image d'un S55 dans la photo originale



On voit qu'on est loin de la couverture de Semaine du Nord, qui plaçait l'engin au dessus des témoins, et qui s'était, pour la forme de l'engin, basé sur le puisard de château d'eau indiqué par l'un des témoins. Ici, on comprend mieux que les témoins n'aient pas vu les roues. Maintenant, il faut nous rappeler que l'engin n'a probablement pas été vu exactement de profil.

http://oncle-dom.fr/index.htm

Patrice

avatar
Administration
Administration
Bob
Quant à utiliser un tel projecteur, je ne sais pas (amusement ?)

Crédible voir le cas de Taizé qui fit autant couler d'encre et de délire ufologique. :-)

http://ufo-scepticisme.forumactif.com

marcassite

avatar
Membre d'honneur
Membre d'honneur
LJ Silver va peut être enfin comprendre avec la reconstitution visuelle très parlante d'Oncle Dom.
Si on pouvait avoir d'aussi belles photos des sites pour les autres cas de 1954 (et plus récents) cités dans la presse, ce serait le bonheur pour travailler certains cas. Bravo aux anciens journalistes Ch'ti de la Semaine du Nord.

Bob Rekin

avatar
Membre d'honneur
Membre d'honneur
Superbe reconstitution Oncle Dom ! diablotin content
On comprend aisément qu'un hélicoptère un peu particulier puisse ne pas être reconnu.


_________________
C'est pas de la magie, c'est de la science !
DéPANeur de père en fille, depuis 2009.  8)

"Rien n'est aussi fascinant qu'un mystère qui a pris de l'âge. (...) Encore que je puisse ajouter que rien ne serait plus satisfaisant qu'un mystère définitivement résolu" (Stephen Jay Gould)

oncle dom

avatar
marcassite a écrit:Si on pouvait avoir d'aussi belles photos des sites pour les autres cas de 1954 (et plus récents) cités dans la presse, ce serait le bonheur pour travailler certains cas. Bravo aux anciens journalistes Ch'ti de la Semaine du Nord.
Ce qui est fort, c'est qu'en 1954, de simples journalistes, comme ceux du Courrier Picard ou de Semaine du Nord, donnaient des documents utilisables, alors que 20 ans plus tard, des ufologues s'ingénieront à photographier le témoin depuis le lieu d'atterrissage supposé, au lieu de l'inverse.

http://oncle-dom.fr/index.htm

Contenu sponsorisé


Revenir en haut  Message [Page 2 sur 2]

Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum